Biden : les Américains qui refusent des emplois « convenables » perdront leurs allocations de chômage

Par Isabel van Brugen
12 mai 2021
Mis à jour: 12 mai 2021

Le président américain Joe Biden a déclaré lundi que les Américains bénéficiant d’allocations de chômage fédérales élargies, mises en place lors des opérations pour venir en aide aux victimes de la pandémie l’année dernière, doivent accepter des offres d’emploi convenables ou risquer de perdre leur aide financière.

« Si vous recevez des allocations de chômage et qu’on vous propose un emploi convenable, vous ne pouvez pas refuser cet emploi et continuer à recevoir des allocations de chômage », a déclaré M. Biden.

« Notre plan économique fonctionne. Je n’ai jamais dit – et aucun analyste sérieux n’a jamais suggéré – que sortir du profond, profond trou dans lequel se trouve notre économie serait simple, facile, immédiat ou parfaitement étudié », a ajouté le président. « Certains mois dépasseront les attentes, d’autres seront en deçà. »

Les remarques de M. Biden font suite au rapport sur la croissance de l’emploi aux États-Unis du mois dernier, qui était bien inférieur à ce que le marché avait prévu. Selon le Bureau des statistiques du travail, l’économie américaine a créé 266 000 emplois le mois dernier, contrairement à une estimation d’un million. Le taux de chômage est passé à 6,1 %, en hausse par rapport au taux de 6 % enregistré en mars.

En réponse aux appels lancés par les entreprises pour encourager les Américains à retourner au travail, les dirigeants républicains des États de l’Arkansas, du Montana et de la Caroline du Sud ont déclaré qu’ils allaient réduire les allocations de chômage hebdomadaires prolongées prévues par le nouveau plan de relance de l’administration Biden, d’un montant de 1 900 milliards de dollars, et d’autres États, dont la Floride, devraient suivre.

L’aide financière doit expirer en septembre, et les républicains soutiennent que ces prestations ont découragé les gens de retourner sur le marché du travail et sont devenues un frein à la reprise.

« Nous pouvons absolument mettre plus de gens au travail », a affirmé le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, lors d’une conférence de presse mercredi, annonçant que les Floridiens recevant les 300 dollars supplémentaires hebdomadaires devront bientôt fournir la preuve qu’ils recherchent activement un emploi.

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, lors d’une réunion au bureau du gouverneur à Tallahassee, Floride, le 1er avril 2021. (Epoch Times)

« Normalement, quand vous touchez le chômage, l’idée est que c’est temporaire, et que vous devez chercher du travail pour pouvoir sortir du chômage », poursuit M. DeSantis. « C’était un désastre, alors nous avons suspendu ces exigences de recherche d’emploi. Je pense que c’est assez clair maintenant, nous avons une abondance d’offres d’emploi. »

Il a ajouté : « La demande est là. Les entreprises veulent embaucher plus de personnes, et je pense que nous pouvons aller dans cette direction très bientôt. »

Kevin Brady, législateur texan du Grand Old Party (surnom donné au Parti républicain), a quant à lui accusé la Maison-Blanche d’être « dans le déni » du fait que de nombreuses entreprises ont du mal à embaucher davantage de personnes.

Par ailleurs, des entreprises et des organisations, dont la Chambre de commerce des États-Unis, l’un des plus grands groupes de pression des entreprises, ont appelé l’administration Biden à mettre fin aux allocations de chômage.

Il est « clair que le fait de payer les gens pour qu’ils ne travaillent pas freine ce qui devrait être un marché de l’emploi plus fort », a déclaré le groupe.

Le président a fait remarquer lundi que son gouvernement n’avait pas « vu beaucoup de preuves » que les allocations de chômage avaient poussé des Américains à refuser des offres d’emploi.

« Les Américains veulent travailler », a-t-il déclaré, ajoutant que l’administration ne pouvait pas « tourner le dos » aux personnes laissées sans emploi par la pandémie du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois).

« Vingt-deux millions de personnes ont perdu leur emploi dans cette pandémie, sans que ce soit de leur faute », a déclaré M. Biden, ajoutant : « Pour beaucoup de ces personnes, les allocations de chômage sont une bouée de sauvetage. »

La secrétaire d’État au commerce, Gina Raimondo, a déclaré dans une interview accordée à la chaîne CBS dimanche que l’élargissement des prestations de chômage avait été une « bouée de sauvetage » pour les chômeurs pendant la pandémie.

Les démocrates ont déclaré que les entreprises n’offraient pas des salaires suffisamment élevés ou des programmes de garde d’enfants subventionnés, tandis que certains disent que le rapport sur l’emploi du mois dernier suggère que le Congrès doit adopter les projets de loi sur les infrastructures de M. Biden.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ