Joe Biden : « C’est grossier » de s’en prendre à mon fils Hunter pendant la campagne

Par Jack Phillips
26 octobre 2020
Mis à jour: 26 octobre 2020

Le candidat démocrate à la présidence américaine Joe Biden a condamné les commentaires du président Donald Trump sur les relations d’affaires de sa famille à l’étranger qui ont été révélés dans plusieurs nouveaux rapports explosifs, déclarant qu’il est « grossier » de s’en prendre à son fils Hunter.

« C’est une décision spécifique. Je pense juste que c’est grossier », a fait remarquer M. Biden au podcast de gauche Pod Save America ce week-end. « Je me présente contre Donald Trump, pas contre ses enfants, et les Américains veulent entendre parler de leur famille, pas de la famille de Trump ou de la mienne, bien que je sois très fier de ma famille. Ce n’est tout simplement pas la façon dont j’ai été élevé. C’est aussi simple que cela. C’est Donald Trump ».

Un ensemble de documents trouvés sur un ordinateur portable qui aurait appartenu à Hunter Biden et des déclarations de son ancien partenaire commercial Tony Bobulinski suggèrent que le fils de l’ancien vice-président a profité de la position de force de son père pour conclure des accords avec des entreprises en Chine et en Ukraine. La campagne de Biden a nié à plusieurs reprises qu’il ait profité de ces accords, bien que la campagne n’ait pas contesté l’authenticité des e-mails ou des photos trouvés sur l’ordinateur portable, se concentrant plutôt sur des allégations selon lesquelles ils font partie d’une campagne de désinformation russe. De hauts responsables des services de renseignement américains ont contesté ces affirmations.

Le 23 octobre, le vice-président Mike Pence a demandé à M. Biden de « se manifester et de faire la lumière » sur les rapports concernant les liens commerciaux de sa famille. « Joe Biden devrait se présenter, il devrait répondre aux questions sur l’ordinateur portable, sur Hunter Biden, sur ces fonds étrangers qui circulent en direction de sa famille », a déclaré Mike Pence à la chaîne de télévision Fox News, ajoutant que « le peuple américain a le droit de savoir ce que Joe Biden et sa famille ont fait. »

Au cours du débat, M. Trump a évoqué les prétendus courriels de Hunter Biden, que ce dernier a encore une fois démentis.

« Vice-président Biden, il y a eu des questions sur le travail que votre fils a fait en Chine et pour la compagnie d’énergie ukrainienne lorsque vous étiez vice-président. Rétrospectivement, ces relations étaient-elles inappropriées ou contraires à l’éthique ? » a demandé le modérateur du débat le 22 octobre.

« Rien n’était contraire à l’éthique », a répondu M. Biden, ajoutant que les responsables de M. Trump qui ont témoigné lors de l’enquête de mise en accusation de l’année dernière « ont dit que j’avais fait mon travail de manière impeccable. »

« Pas une seule chose n’était contraire à l’éthique, pas une seule », a affirmé M. Biden. « Je n’ai jamais pris un centime d’une source étrangère dans ma vie. »

Le président américain Donald Trump (à gauche) et le candidat démocrate à la présidence Joe Biden (à droite) s’affrontent lors du premier débat présidentiel à la Case Western Reserve University and Cleveland Clinic à Cleveland le 29 septembre 2020. (Jim Watson, Saul Loeb/AFP via Getty Images)

Cependant, M. Bobulinski a confié aux journalistes quelques heures avant le débat qu’il avait rencontré Joe Biden en mai 2017 et discuté d’un accord avec une entreprise énergétique chinoise. M. Bobulinski a contesté les affirmations de M. Biden selon lesquelles il n’avait jamais parlé avec son fils de ses relations d’affaires à l’étranger.

« J’ai entendu Joe Biden dire qu’il n’avait jamais discuté d’affaires avec Hunter. C’est faux. J’en ai une connaissance de première main, car j’ai traité directement avec la famille Biden, y compris Joe Biden », a affirmé M. Bobulinski lors de la conférence de presse. « Le 2 mai 2017, la veille du jour où Joe Biden devait se présenter à la conférence de Milken, j’ai été présenté à Joe Biden par Jim Biden et Hunter Biden. Lors de ma rencontre d’environ une heure avec Joe ce soir-là, nous avons discuté de l’histoire des Biden et des plans d’affaires de la famille Biden avec les Chinois, qu’il connaissait bien, en tout cas de façon approfondie. »

« À de nombreuses reprises, il m’a été clairement indiqué que l’implication de Joe Biden ne devait pas être mentionnée par écrit mais seulement en face à face. En fait, j’ai été informé par [James] Gilliar et [Rob] Walker que Hunter et Jim Biden étaient paranoïaques quant à la nécessité de garder secrète l’implication de Joe Biden. »

Dans une déclaration séparée, M. Bobulinski a révélé que le partenariat comprenait la société énergétique chinoise CEFC et la famille Biden.

« La référence au ‘Big Guy'[grand patron] dans le courriel du 13 mai 2017, très médiatisé, est en fait une référence à Joe Biden. L’autre ‘Jim’ mentionné dans ce courrier électronique est Jim Biden, le frère de Joe », a écrit M. Bobulinski. M. Trump, pendant le débat, a fait référence à la revendication du « Big Guy ».

L’équipe de campagne de Biden a affirmé aux médias que les affirmations de M. Bobulinski sont inexactes.

Comme Chris Wallace l’a dit à l’antenne à propos de cette diffamation, « le vice-président Biden a en fait publié ses déclarations d’impôts – contrairement au président Trump – et rien n’indique qu’il ait jamais reçu de l’argent de qui que ce soit dans ces affaires », a exprimé Andrew Bates, porte-parole de la campagne de Biden, dans un communiqué.

L’ancien vice-président « n’a même jamais envisagé de s’impliquer dans des affaires avec sa famille, ni dans aucune entreprise à l’étranger », a soutenu M. Bates. « Il n’a jamais détenu de participation dans de tels accords commerciaux ; ni aucun membre de sa famille ou toute autre personne n’ont jamais détenu de participation pour lui. »

FOCUS SUR LA CHINE – Les acteurs cachés derrière des sociétés-écrans de Hong Kong

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ