Biden nie avoir agressé sexuellement un membre du Sénat

Par Zachary Stieber
2 mai 2020
Mis à jour: 2 mai 2020

Le candidat démocrate présumé à la présidence, Joe Biden, a nié une allégation d’agression sexuelle de la part d’une femme qui travaillait pour lui au début des années 1990 lorsqu’il était sénateur américain.

« Je veux répondre aux allégations d’un ancien membre du personnel selon lesquelles j’aurais commis une faute professionnelle il y a 27 ans. Elles ne sont pas vraies. Cela n’est jamais arrivé », a déclaré M. Biden, 77 ans, dans une déclaration le 1er mai.

Tara Reade, 56 ans, a déposé un rapport de police contre Joe Biden au début du mois d’avril, l’accusant de l’avoir agressée au Capitole américain en 1993. L’enquête sur cette affaire est sans suite.

M. Biden a répondu à l’allégation plus d’un mois après qu’elle a été faite. Il a pu éviter d’être interrogé sur la question au cours de plus d’une douzaine d’interviews menées par différents médias.

« Si les détails de ces allégations de harcèlement et d’agression sexuels sont compliqués, deux choses ne le sont pas. La première est que les femmes méritent d’être traitées avec dignité et respect, et que lorsqu’elles font un pas en avant, elles doivent être entendues et non réduites au silence. La seconde est que leurs histoires doivent faire l’objet d’une enquête et d’un examen appropriés », a écrit M. Biden dans la déclaration.

« Je dis sans équivoque que cela n’est jamais, jamais arrivé. Et ce n’est pas le cas », a ajouté M. Biden lors d’une apparition sur Morning Joe de MSNBC.

L’ancien vice-président a déclaré que personne d’autre qui travaillait pour lui n’a corroboré les allégations de Tara Reade. D’autres se sont avancés pour raconter ce qui se serait passé au milieu des années 1990.

M. Biden a également déclaré que la plainte déposée par Tara Reade ne figurerait pas dans ses dossiers au Sénat, qui sont protégés de l’accès public par l’université du Delaware. Le document ne peut se trouver qu’aux Archives nationales, a-t-il ajouté. M. Biden demande que les archives publient la plainte si elle s’y trouve.

Les Archives nationales ont déclaré au journal Epoch Times : « Tout dossier de plainte concernant le personnel du Sénat à partir de 1993 serait resté sous le contrôle du Sénat. En conséquence, les demandes de renseignements relatives à ces dossiers doivent être adressées au Sénat. »

Les demandes de commentaires adressées à la secrétaire du Sénat Julie Adams et à Mme Reade n’ont pas été encore retournées.

Dans une déclaration faite après les remarques de Joe Biden, le réseau national de lutte contre le viol, les abus et l’inceste a demandé à l’ancien vice-président « de divulguer tous les documents qui pourraient être pertinents, y compris ceux qui sont conservés à l’université du Delaware, en plus des documents du Sénat conservés aux Archives nationales ».

« Nous l’exhortons, ainsi que sa campagne et ses anciens collaborateurs, à coopérer pleinement et à faire preuve d’une transparence totale », a déclaré Heather Drevna, vice-présidente de la communication du groupe, dans la déclaration.

Le sénateur Joe Biden (à gauche) s’adresse aux journalistes le 12 mars 1993. (J. David Ake/AFP via Getty Images)

Le président Donald Trump a déclaré aux journalistes jeudi dernier que cette allégation pouvait être fausse.

« Je sais tout sur les fausses accusations. J’ai été faussement accusé à de nombreuses reprises », a déclaré Trump à la Maison-Blanche.

Le républicain, qui se présente à la réélection, a été accusé d’agression sexuelle par plusieurs femmes.

M. Biden a reçu le soutien de tout le Parti démocrate après le dépôt du rapport de Mme Reade, y compris de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi (Démocrate-Californie) et de l’éventuelle candidate à la vice-présidence Stacey Abrams.

Portant un foulard sur la bouche et le nez, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (Démocrate-Californie), est entourée de personnel de sécurité et d’employés alors qu’elle arrive pour sa conférence de presse hebdomadaire durant la pandémie de covid-19 au Capitole américain à Washington, le 24 avril 2020. (Chip Somodevilla/Getty Images)

Près de 1 900 boîtes de documents relatifs aux décennies de M. Biden au Sénat américain ont été livrées à l’université du Delaware en 2012. Bien qu’elles restent inaccessibles au public, de nombreuses personnes de la campagne Biden ont eu accès à ces dossiers depuis le printemps 2019, a déclaré une porte-parole de l’université au site web d’informations Business Insider.

Andrea Boyle Tippett, une porte-parole de l’université, n’a pas répondu directement lorsqu’on lui a demandé de confirmer l’information.

Elle a déclaré dans un courriel que l’université avait reçu les documents du Sénat de M. Biden en cadeau.

« Nous sommes actuellement en train de rassembler la collection, un processus qui prend beaucoup de temps. Comme le processus de gestion n’est pas terminé, les documents ne sont pas encore accessibles au public », a-t-elle déclaré.

L’établissement scolaire a changé de position sur la publication des documents juste avant que M. Biden n’annonce sa candidature à la présidence l’année dernière. Il a déclaré que les documents seraient sous scellé au moins jusqu’au 31 décembre 2019, soit deux ans après que M. Biden « se soit retiré de la vie publique ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ