Biden nomme son équipe du Conseil national de sécurité, dont beaucoup sont issus de l’ère Obama

Par Masooma Haq
11 janvier 2021
Mis à jour: 11 janvier 2021

À seulement deux semaines du jour de l’inauguration, le président élu Joe Biden a révélé vendredi 21 nominations au sein de sa nouvelle équipe du Conseil national de sécurité (CNS), qualifiant les membres de « divers et expérimentés ».

Beaucoup des personnes nommées ont travaillé sous l’administration Obama, certaines à la Maison-Blanche et d’autres au CNS.

« Le Conseil national de sécurité joue un rôle essentiel pour assurer la sécurité de notre nation. Ces fonctionnaires, qui ont fait leurs preuves et qui ont une grande expérience, travailleront sans relâche pour protéger le peuple américain et rétablir le leadership de l’Amérique dans le monde », a déclaré M. Biden dans un communiqué.

« Ils veilleront à ce que les besoins des travailleurs américains soient au centre de notre politique de sécurité nationale, et notre pays s’en portera mieux. »

Selon la Maison-Blanche, le CNS est « la principale instance du président pour examiner les questions de sécurité nationale et de politique étrangère avec ses principaux conseillers en matière de sécurité nationale et les membres de son gouvernement ».

Depuis sa création sous le président Harry Truman, le rôle du conseil a été de conseiller le président en matière de sécurité nationale et de politique étrangère et d’assurer la coordination entre les nombreuses agences gouvernementales.

Parmi les membres récemment nommés, Melanie Nakagawa occupe le poste de directrice principale pour le Climat et l’Énergie. Mme Nakagawa a été sous-secrétaire adjointe à la transformation énergétique au ministère des.Affaires étrangères américain et a été conseillère stratégique en matière de changement climatique auprès du secrétaire d’État américain de l’époque, John Kerry, au sein du personnel chargé de la planification politique.

Le Vice-Président Joe Biden (à droite) s’entretient avec le secrétaire d’État John Kerry à Washington, dans un dossier photo de 2015. (Mark Wilson/Getty Images)

Ariana Berengaut a été nommée conseillère principale du conseiller à la sécurité nationale. Elle avait auparavant travaillé dans l’administration Obama comme rédactrice de discours et conseillère du secrétaire d’État adjoint de l’époque, Antony Blinken, et comme directrice fondatrice du Penn Biden Center for Diplomacy and Global Engagement.

Si sa candidature est retenue, Jon Finer sera le principal conseiller adjoint pour la sécurité nationale. Il a travaillé à la Maison-Blanche et au ministère des Affaires étrangères du président Obama, notamment en tant que conseiller pour le Moyen-Orient et rédacteur du discours de politique étrangère de M. Biden.

Caitlin Durkovich a été nommée directrice principale pour la résilience et la réaction. Durkovich a été secrétaire adjointe à la protection des infrastructures et chef de cabinet de la Direction nationale de la protection et des programmes (l’ancien nom de l’Agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures) au ministère de la Sécurité intérieure sous l’administration Obama.

Tarun Chhabra a été nommé au poste de directeur principal de la technologie et de la sécurité nationale. Sous l’administration Obama, il a fait partie du personnel du Conseil national de sécurité en tant que directeur de la planification stratégique et directeur des questions relatives aux droits de l’homme et à la sécurité nationale. Chhabra a également été rédacteur de discours pour le secrétaire de la défense au Pentagone.

La nomination du directeur principal pour la sécurité sanitaire mondiale et la biodéfense a été confiée à Elizabeth Cameron, qui faisait auparavant partie du personnel du Conseil national de sécurité de la Maison-Blanche, où elle a créé la direction pour la sécurité sanitaire mondiale et la biodéfense et a joué un rôle important dans le lancement de son programme. Elle a également travaillé au ministère de la Défense en tant que directrice de bureau et conseillère principale et au ministère des Affaires étrangères où elle a travaillé sur des programmes de réduction des menaces mondiales.

Rebecca Brocato, qui a été nommée directrice principale des affaires législatives pour la nouvelle administration, a précédemment occupé à la Maison-Blanche le poste de directrice des affaires législatives au Conseil national de sécurité et celui de chargée de liaison pour les affaires législatives de la Chambre pendant l’administration Obama-Biden. Elle a également travaillé sur la politique du Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères et en tant qu’assistante du sénateur Ben Cardin (Parti démicrate, Maryland).

Tanya Bradsher a été nommée directrice principale pour les partenariats et l’engagement mondial. Elle a été chef de cabinet du député Don Beyer (Parti démocrate, Virginie) et, sous l’administration Obama-Biden, elle a occupé le poste de secrétaire adjointe aux affaires publiques au ministère de la Sécurité intérieure.

Emily Horne sera directrice principale de la presse et porte-parole du CNS. Mme Horne était auparavant fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères et elle a également occupé le poste de responsable de la communication de la politique mondiale sur Twitter.

Peter Harrell pourrait être le prochain directeur principal pour l’économie internationale et la compétitivité. De 2009 à 2014, il a fait partie de l’équipe de planification politique du ministère des Affaires étrangères sous le gouvernement Obama-Biden et a occupé le poste de sous-secrétaire adjoint au Bureau des affaires économiques et commerciales.

Ryan Harper a été nommé chef de cabinet adjoint et secrétaire exécutif adjoint de l’administration Biden. Il était un ancien employé du ministère de la Défense sous Obama.

Sasha Baker a été nommée directrice principale de la planification stratégique. Avant sa nomination, Mme Baker était conseillère à la Sécurité nationale auprès du sénateur Elizabeth Warren (Parti démocrate, Massachusetts) et a occupé le poste de directrice adjointe de la politique pour sa campagne présidentielle.

Yohannes Abraham a été nommé chef de cabinet et secrétaire exécutif. Sous l’administration Obama-Biden, Abraham a été adjoint au président et conseiller principal du Conseil économique national. Il a également travaillé comme chef de cabinet du Bureau de l’engagement public et des affaires intergouvernementales de la Maison-Blanche.

Les candidats aux postes régionaux sont Brett H. McGurk, nommé coordinateur pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, le Dr Amanda Sloat, directrice principale pour l’Europe, Andrea Kendall-Taylor, directrice principale pour la Russie et l’Asie centrale, Sumona Guha, directrice principale pour l’Asie du Sud, et Juan Gonzalez, directeur principal pour l’hémisphère occidental.

Parmi les autres candidats au CNS figurent Carlyn Reichel, directrice principale chargée de la rédaction des discours et des initiatives stratégiques, Ella Lipin, conseillère principale auprès du principal conseiller adjoint pour la sécurité nationale, et Shanthi Kalathil, coordinatrice pour la démocratie et les droits de l’homme.

Focus sur la Chine – Confinement en Chine : des résidents sans nourriture

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ