Biden ouvre la porte aux hommes s’identifiant comme des femmes pour entrer dans les salles de sport, les sanitaires et les vestiaires des femmes

Par Petr Svab
27 janvier 2021
Mis à jour: 27 janvier 2021

Le président Joe Biden a signé un décret chargeant le gouvernement de redéfinir toutes ses politiques et réglementations concernant la discrimination basée sur le sexe afin d’y inclure l’ « identité de genre« , ce qui signifierait que les hommes qui s’identifient comme femmes ne pourront plus se voir refuser l’accès à tous les services et équipements réservés aux femmes.

Cette ordonnance a été saluée par les militants du transgendérisme, mais ses détracteurs affirment qu’elle érode la protection des femmes et des jeunes filles. Il reste à voir comment l’administration interprétera l’ordonnance dans des cas spécifiques, mais le libellé indique que les sports réservés aux femmes, les sanitaires et les vestiaires des institutions financées par le gouvernement fédéral devront être ouverts aux hommes biologiques qui se considèrent comme des femmes et vice versa. Cela inclurait toutes les écoles et tous les collèges qui acceptent des fonds fédéraux.

« Les enfants devraient pouvoir apprendre sans se soucier de savoir si l’accès aux toilettes, aux vestiaires ou aux installations sportives de leur l’école leur sera refusé », précise l’ordonnance.

Le texte va plus loin en intégrant l’ « identité de genre » dans la définition de la discrimination sexuelle dans le logement, le lieu de travail et l’accès à la santé.

« Les adultes devraient pouvoir gagner leur vie et exercer une activité professionnelle en sachant qu’ils ne seront pas licenciés, rétrogradés ou maltraités en raison de leur lieu de résidence ou parce que leur tenue vestimentaire n’est pas conforme aux stéréotypes fondés sur le sexe », précise l’ordonnance. « Les gens devraient pouvoir accéder aux soins de santé et se garantir un toit sans être soumis à une discrimination liée à leur sexe ».

Il ordonne aux agences fédérales de « revoir tous les décrets, règlements, documents de référence, politiques, programmes ou autres actions des agences » qui se rapportent à la discrimination sexuelle et d’apporter des changements ou d’émettre de nouveaux règlements pour inclure l’identité sexuelle.

La manière dont l’ordonnance sera appliquée dans la pratique dépendra de l’interprétation qu’en feront les différentes agences, en particulier de ce qu’elles considéreront ou non comme une identité de genre.

Principalement fluide

Dans le langage courant, on entend généralement par « identité de genre » les hommes, les femmes et les transsexuels, comme les personnes qui choisissent de vivre leur vie comme le sexe opposé en raison d’une dysphorie de genre, soit le sentiment d’un extrême malaise par rapport à leur sexe biologique.

Pourtant, le terme a évolué en un concept fluide qui inclut tout ce à quoi une personne s’identifie à un moment donné sur la base de ce qu’elle ressent.

Environ 2,1 % des étudiants s’identifient comme transsexuels, selon l’enquête du printemps 2020 sur l’évaluation de la santé dans les universités nationales (pdf). Mais seulement 0,3 % s’identifient comme transsexuels d’homme à femme ou de femme à homme. Pour les autres 1,8 %, les identités de genre les plus populaires sont « non binaire« , « fluide de genre« , « queer » et « mon identité n’est pas répertoriée« .

Les discussions en ligne entre les personnes qui se considèrent comme l’un de ces nouveaux genres indiquent que tous ne se disent pas transsexuels. Certaines d’entre elles indiquent qu’elles sont en fait à l’aise avec leur corps. Un thème commun semble être que leur identité de genre est instable. Un jour, ils peuvent se considérer comme des femmes, d’autres jours comme des hommes, des androgynes, ou tout autre chose.

Un autre thème commun est le fait de « sortir du placard » pour affirmer au monde qu’elles ne se considèrent pas comme étant du même sexe que leur sexe biologique et rejettent à des degrés divers les valeurs traditionnelles selon lesquelles les femmes biologiques jouent un rôle féminin et les hommes biologiques un rôle masculin.

Cette déclaration prend souvent une tournure politique dans le sens de la « théorie critique du genre » très proche de l’idéologie marxiste, qui réinterprète l’histoire humaine comme une lutte entre une « cis-hétéro-patriarchie du genre » oppressive et des individus opprimés « non conformes au genre« .

Avec l’ordonnance de Biden, l’idéologie du genre deviendra dans une certaine mesure la politique officielle du gouvernement fédéral. Il faudra du temps pour en déterminer les conséquences, mais dans certains domaines, elles sont déjà visibles.

Sport féminin

Quelle que soit la manière dont les règlements sont rédigés, il est évident que cette ordonnance vise à permettre aux hommes qui s’identifient comme femmes de participer à des compétitions sportives féminines, selon Christiana Holcomb, conseillère juridique de l’Alliance pour la défense de la liberté, un groupe de défense chrétien.

Cette politique a déjà été adoptée dans le Connecticut, avec « un impact dévastateur« , a-t-elle déclaré au téléphone au journal Epoch Times.

En deux ans, deux hommes qui ont changé leur identité pour celle d’une femme ont remporté 15 titres de championnes d’athlétisme féminin, qui étaient auparavant détenus par neuf filles, a-t-elle dit.

« Les jeunes femmes de tout l’État ont perdu des médailles qu’elles avaient gagnées, des possibilités d’avancement pour participer au niveau de compétition suivant, et même des possibilités de concourir devant les scouts des universités, ce qui, comme nous le savons, peut avoir un impact sur les possibilités de bourses d’études d’une jeune femme ».

Les athlètes transgenres qui subissent des procédures de changement de sexe qui abaissent leur niveau de testostérone perdent une grande partie des avantages physiques liés au fait de naître homme, mais les recherches indiquent que le processus prend des années et laisse encore un certain nombre d’avantages physiques intacts.

« Une fois la puberté masculine terminée, la suppression de la testostérone n’annule pas les avantages biologiques que possèdent les hommes : cœurs, poumons et os plus grands, densité osseuse plus importante, sang plus oxygéné, fibres musculaires plus rapides et masse musculaire beaucoup plus importante », a déclaré Abigail Shrier, journaliste et auteur de « Irreversible Damage : The Transgender Craze Seducing Our Daughters » (« Dommages irréversibles : le transgendérisme comme tendance séduit nos filles« ), dans un récent article d’opinion.

Et cela ne tient toujours pas compte de ceux qui ne changent pas du tout de sexe.

Dans le Connecticut, un sportif a participé à des compétitions pendant plusieurs années en tant qu’homme, avant de passer en quelques semaines au sexe féminin, remportant immédiatement deux championnats avec des temps records.

Le débat sur les athlètes transgenres s’est polarisé au point que beaucoup pensent que les athlètes transgenres trichent intentionnellement pour obtenir des trophées, tandis que d’autres pensent que les personnes qui s’opposent à l’inclusion des athlètes transgenres le font par haine.

Les personnes transgenres disent que le fait d’être perçues comme leur sexe désigné améliore leur bien-être. Des enquêtes montrent qu’environ 30 % des jeunes s’identifiant comme transgenres font des tentatives de suicide (pdf). Ceux qui ne sont pas confrontés à des brimades ou qui ne se sentent pas discriminés semblent avoir un taux de tentatives de suicide nettement plus faible, bien que toujours élevé.

Selon M. Holcomb, indépendamment de la sincérité des athlètes quant à leur sexe déclaré, les personnes nées de sexe masculin sont injustement avantagées.

« Honnêtement, c’est illégal », a-t-elle déclaré, soutenant que cela viole le titre IX des amendements de 1972 sur l’éducation, qui garantit l’égalité des chances dans l’éducation.

Le ministère américain de l’éducation est arrivé à la même conclusion dans une lettre du 15 mai 2020, affirmant que la politique du Connecticut viole les droits civils des athlètes féminines. Cette position est l’une de celles qui risquent d’être remises en cause par l’ordonnance de Biden.

Sanitaires, vestiaires et lieux publics

La mention dans l’ordonnance de l’accès aux toilettes et aux vestiaires ravive les inquiétudes concernant la vie privée, et même la sécurité, des jeunes.

« Nous avons des espaces séparés pour la vie privée pour une raison et les districts scolaires ont le devoir de protéger la vie privée et la dignité des jeunes femmes, et cela est complètement violé lorsqu’un homme biologique est autorisé et reçoit la pleine autorisation d’accéder à ces espaces privés« , a déclaré M. Holcomb.

Les critiques affirment également que les politiques d' »inclusion » des toilettes et des vestiaires encouragent les criminels à harceler les femmes en prétendant être transsexuelles. Des incidents soulignant cette préoccupation ont été rapportés par les médias ces dernières années (pdf).

« L’ordre de l’administration Biden est très large et touchera non seulement les écoles publiques mais aussi l’emploi, potentiellement même les refuges pour femmes sans-abri, et les espaces sûrs contre la violence domestique« , a déclaré M. Holcomb.

L’avertissement du juge Alito

L’ordonnance de Biden s’inspire de la décision de la Cour suprême de l’année dernière dans l’affaire Bostock contre le comté de Clayton, qui a jugé que l’interdiction de la discrimination fondée sur le sexe dans le titre VII de la loi sur les droits civils de 1964 couvre également l’orientation ou l’identité sexuelle.

Cette décision a surpris de nombreux conservateurs, car elle a été rédigée par le juge Neil Gorsuch, qui a été nommé par le président Donald Trump en 2017 et dont on attend généralement qu’il interprète la loi telle qu’elle est rédigée.

Pourtant, l’opinion était équivalente à une  » décision judiciaire  » de  » juges s’accrochant à une nouvelle forme de littéralisme vivant pour réécrire le sens commun et remanier le droit américain « , a noté le juge Brett Kavanaugh, un autre candidat de Trump, en total désaccord.

« La décision a été explicitement limitée au cadre de l’emploi et ne devrait pas être interprétée comme s’appliquant de quelque manière que ce soit aux sports féminins », a déclaré M. Holcomb.

Toutefois le juge Samuel Alito, en désaccord, a averti que la décision ouvrirait la porte à l’insertion de l’orientation et de l’identité sexuelles dans la législation interdisant la discrimination sexuelle à tous les niveaux.

« Selon la décision de la Cour … les personnes transgenres pourront faire valoir qu’elles ont le droit d’utiliser une salle de bain ou un vestiaire réservé aux personnes du sexe auquel elles s’identifient, et bien que la Cour ne définisse pas ce qu’elle entend par personne transgenre, le terme peut s’appliquer aux individus qui sont « fluides de genre », c’est-à-dire des individus dont l’identité de genre est mixte ou change au fil du temps », a-t-il déclaré.

« Ainsi, une personne qui n’a entrepris aucune transition physique peut revendiquer le droit d’utiliser les toilettes ou le vestiaire affectés au sexe auquel elle s’identifie à ce moment précis. La Cour ne donne aucune indication sur les raisons pour lesquelles la revendication d’une personne transgenre à un tel accès aux toilettes ou au vestiaire pourrait ne pas aboutir ».

Il a noté que « pour les femmes qui ont été victimes d’agressions ou d’abus sexuels, l’expérience de voir une personne non vêtue ayant l’anatomie d’un homme dans un endroit confiné et sensible tel que les toilettes ou le vestiaire peut causer un préjudice psychologique grave ».

Cette interprétation de la discrimination sexuelle empièterait également sur la prérogative des institutions religieuses d’embaucher des employés qui « vivent la foi« , car elles seraient obligées par la loi d’ « employer des individus dont la conduite bafoue les principes de la foi de l’organisation », obligeant le groupe « à communiquer un message répréhensible », a déclaré M. Alito.

« Le problème est « peut-être encore plus épineux » pour l’embauche des enseignants », a-t-il dit.

« Si une école religieuse enseigne que les relations sexuelles hors mariage et les procédures de changement de sexe sont immorales, le message peut être ignoré si l’école emploie un enseignant qui est dans une relation homosexuelle ou qui a subi ou subit un changement de sexe ».

L’administration Biden semble suivre les prédictions du juge Alito, en déclarant que « selon le raisonnement de Bostock, les lois qui interdisent la discrimination sexuelle (y compris le titre IX des amendements de 1972 sur l’éducation (…) la loi sur le logement équitable, (…) et la section 412 de la loi sur l’immigration et la nationalité, (…) ainsi que leurs règlements d’application respectifs) interdisent la discrimination fondée sur l’identité de genre ou l’orientation sexuelle, tant que les lois ne contiennent pas suffisamment d’indications contraires« .

Raisonnement juridique

L’arrêt Bostock présente un argument essentiel selon lequel la discrimination fondée sur l’orientation ou l’identité sexuelle « applique nécessairement et intentionnellement des règles fondées sur le sexe ».

Dans le cas d’un employé homosexuel, « si l’employeur licencie l’employé masculin sans autre raison que le fait qu’il est attiré par les hommes, l’employeur le discrimine pour des traits ou des actes qu’il tolère chez sa collègue féminine », a déclaré M. Gorsuch.

Dans le cas d’un employé transsexuel, « si l’employeur retient un employé par ailleurs identique qui a été identifié comme une femme à la naissance, l’employeur pénalise intentionnellement une personne identifiée comme un homme à la naissance pour des traits ou des actions qu’il tolère chez un employé identifié comme une femme à la naissance », a déclaré le juge.

Mais est-ce qu’un homme biologique qui, à un certain moment de sa vie, commence à s’identifier comme une femme présente les mêmes « traits ou actions » qu’une femme biologique et que l’attirance d’un homosexuel pour un autre homme se manifeste par les mêmes « traits ou actions » que l’attirance d’un homme pour une femme ?

Du moins aux yeux de l’employeur, non, indique le raisonnement du juge Alito.

« Ces deux employés ne sont pas sensiblement identiques à tous égards, sauf en ce qui concerne le sexe », a-t-il déclaré. « Au contraire, ils diffèrent d’une autre manière que l’employeur juge tout à fait matérielle. Et … c’est un point de vue que l’employeur est autorisé à mettre en œuvre. »

Tout en étant sensible à la motivation de ses collègues, M. Kavanaugh a fait valoir que le tribunal n’avait pas à effacer de facto ce qu’il a décrit comme une distinction bien établie et bien comprise.

« L’opinion majoritaire insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas de réécrire ou de mettre à jour le titre VII, mais plutôt de lire humblement le texte du statut tel qu’il est rédigé. Mais cette affirmation est difficile à accepter », a-t-il déclaré.

« La plupart de ceux qui connaissent l’usage de la langue anglaise en Amérique comprennent que le sens ordinaire de la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle est distinct du sens ordinaire de la discrimination fondée sur le sexe. La loi fédérale fait la distinction entre les deux. La loi des États les distingue. Les affaires de cette Cour distinguent les deux. Les statistiques sur la discrimination distinguent les deux. L’histoire distingue les deux. La psychologie distingue les deux. La sociologie distingue les deux. Les départements des ressources humaines de toute l’Amérique distinguent les deux. Les ligues sportives distinguent les deux. Les groupes politiques distinguent les deux. Les groupes de défense des droits distinguent les deux. Le langage commun distingue les deux. Le bon sens distingue les deux ».

Dans sa conclusion, le juge a prédit que « les implications de l’usurpation du processus législatif par cette Cour se répercuteront probablement de manière imprévisible dans les années à venir« .

Suivez Petr sur Twitter : @petrsvab

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ