Biden présente une mesure des dépenses liées à la pandémie d’une valeur de plusieurs milliers de milliards de dollars

Par Ivan Pentchoukov
9 janvier 2021
Mis à jour: 11 janvier 2021

Le président élu Joe Biden a présenté vendredi ses priorités en matière de dépenses pour faire face à la pandémie du virus du PCC, qui pourrait coûter « des milliers de milliards » de dollars aux contribuables.

Biden a déclaré que le projet de loi sur l’aide à la lutte contre la pandémie adopté en décembre 2020 n’était qu’un « acompte ». Il a présenté un plan qui inclurait un paiement direct de 2 000 dollars aux particuliers et un soutien aux petites entreprises.

En présentant ce plan, le président élu a déclaré « qu’il est temps d’augmenter le salaire minimum » à 15 dollars, mais n’a pas expliqué comment cette mesure aiderait les petites entreprises qui ont déjà du mal à payer leur personnel. Le Bureau du budget du Congrès a estimé en juillet 2019 que l’augmentation du salaire minimum fédéral à 15 dollars entraînerait la perte de 1,3 million d’emplois dans tout le pays. L’équipe de transition de Biden n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Le sénateur Bernie Sanders (Parti indépendant, Vermont), un socialiste démocrate, a longtemps fait pression pour un salaire minimum à 15 dollars. Biden a déclaré qu’il envisageait de nommer Sanders comme son ministre du Travail. Il a déclaré que les deux hommes étaient d’accord pour garder Sanders au Sénat afin d’éviter un défi électoral particulier.

« Je ne peux pas imaginer un allié plus passionné et dévoué des travailleurs dans ce pays », a déclaré Biden à propos de Sanders. « Mais après le résultat de mardi en Géorgie, qui a donné aux démocrates le contrôle du Sénat sur un vote à égalité, Bernie et moi avons convenu que nous ne pouvons pas mettre en danger le contrôle du Sénat sur le résultat d’une élection spéciale dans le Vermont. Il a convenu que nous ne pouvions pas prendre ce risque. »

L’ancien vice-président a cité « des études économiques » pour soutenir que le climat économique actuel, notamment les faibles taux d’intérêt, mérite que l’on s’attaque immédiatement aux grandes dépenses.

« En fait, les études économiques confirment qu’avec des conditions comme la crise actuelle, en particulier avec des taux d’intérêt aussi bas, prendre des mesures immédiates, même avec un financement du déficit, aidera l’économie, réduira les problèmes de la main-d’œuvre, augmentera la croissance et réduira le fardeau de notre dette nationale », a déclaré Biden.

M. Biden a exposé ses priorités avant de désigner officiellement ses candidats pour les postes de ministre au Commerce et au Travail, de ministre adjoint au Travail et d’administrateur des petites entreprises.

« Le Congrès doit agir le plus rapidement possible sur toutes les questions que je viens d’exposer. C’est ainsi que nous pourrons contenir la pandémie et mieux reconstruire avec une économie qui fonctionne pour tous les Américains. Et c’est l’équipe qui nous aidera à y parvenir », a déclaré Biden.

Le Congrès a adopté, et le président Donald Trump a signé le mois dernier un projet de loi de 900 milliards de dollars pour lutter contre la pandémie, qui prévoit 600 dollars de versements directs aux particuliers. Trump a insisté pour obtenir 2 000 dollars de paiements directs et pour réduire les dépenses inutiles, comme 10 millions de dollars pour les programmes d’égalité des sexes au Pakistan. Les démocrates ont accepté l’offre de 2 000 dollars, mais ont ignoré les appels du président à réduire les dépenses. Les républicains ont bloqué le versement des chèques de 2 000 dollars.

Biden a déclaré que la priorité pour la relance des petites entreprises concernera « les petites entreprises appartenant à des Afro-Américains, des Latino-Américains, des Asiatiques et des Amérindiens, ainsi que les entreprises appartenant à des femmes, ayant enfin un accès égal aux ressources nécessaires à la réouverture et à la reconstruction ».

Nouvel Horizon – Accord UE-Chine : Pékin impose sa loi

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ