Biden se trompe : un salaire minimum de 15$/h ferait bien plus de mal que de bien

Par Michael Busler
12 novembre 2020
Mis à jour: 14 novembre 2020

Le candidat aux élections présidentielles Joe Biden veut porter le salaire minimum à 15 $ de l’heure. Joe Biden affirme que tous les travailleurs devraient pouvoir gagner un salaire correct. Fixer le minimum fédéral à 15 $ (12,7 €), note-t-il, permettrait d’augmenter le salaire de près de 40 millions d’Américains. Selon Joe Biden, ce serait la meilleure chose à faire.

L’Institut de politique économique partage l’avis de M. Biden. Ils affirment que les travailleurs américains « méritent » un salaire plus élevé.

Cependant, une étude récemment publiée par David Macpherson du Collège Trinity au Texas et William Even de l’Université de Miami dans l’Ohio a conclu qu’un salaire minimum de 15 $/h entraînerait le licenciement de 2 millions de travailleurs. Les pertes d’emploi seraient les plus importantes pour les femmes et les jeunes Américains.

En supposant que le Parti républicain garde le contrôle du Sénat, augmenter le salaire minimum fédéral à 15 $/h semble presque impossible. Le Parti républicain estime que le fait de payer un travailleur plus que la valeur de sa production entraînerait des distorsions sur le marché qui seraient préjudiciables à l’économie.

La Chambre des représentants a déjà accepté ce montant de 15 $. La Chambre contrôlée par les démocrates est du même avis que Joe Biden.

Selon le Bureau des statistiques du travail, 1,6 million de travailleurs gagnent le salaire minimum ou moins. L’Institut de politique économique estime qu’environ 40 millions de travailleurs verraient leur salaire augmenter si le salaire minimum était porté à 15 $/h. Cette estimation de 40 millions de personnes représente les conséquences de cette augmentation de salaire.

En d’autres termes, si un travailleur gagne actuellement 13,75 $ de l’heure, soit 6 $ de plus que le travailleur au salaire minimum, quel serait son salaire si le salaire minimum était porté à 15 $ ? Le travailleur le mieux payé verrait-il son salaire passer à 21 $ de l’heure pour conserver l’avantage de ces 6 $ ?

Ce serait très inflationniste. Environ 80 millions d’Américains sont payés sur une base horaire. Augmenter artificiellement les salaires de la moitié d’entre eux entraînerait une augmentation du coût de la main-d’œuvre pour les entreprises, ce qui pourrait se répercuter sur les consommateurs.

La hausse des salaires, qui signifie que les travailleurs sont payés plus que la valeur de leur production, entraînerait une perte d’emploi massive. La raison en est simple.

Beaucoup de ceux qui perdraient leur emploi seraient les employés des restaurants de type « fast food ». Ils sont censés être les personnes que les démocrates veulent aider. La raison de la perte d’emploi est simple : les travailleurs ne valent pas 15 $ de l’heure pour leur employeur, et il existe des alternatives moins coûteuses.

Les employeurs remplaceront le travail par de l’équipement.

Dans la plupart des fast-foods, un employé au salaire minimum prend les commandes, s’occupe du paiement et fait parvenir la nourriture au client. Si le salaire minimum passait à 15 $/h, cela signifierait que le coût du travail pour l’entreprise serait de plus de 33 000 $ par an (28 000 €), et par employé non qualifié. Comme un employé au salaire minimum n’a pas de compétences, ce chiffre signifie que l’entreprise embaucherait moins de travailleurs.

Les travailleurs seraient remplacés par la technologie (donc pas du capital). Un écran tactile prendrait les commandes et le paiement serait effectué par une carte de crédit ou de débit directement sur l’écran tactile. Ce serait simplement un robot qui passerait la nourriture au client. Cela supprimerait suffisamment d’emplois pour que l’entreprise puisse fonctionner efficacement tout en maintenant sa rentabilité, sans avoir à augmenter les prix de manière significative.

Seattle, San Francisco et Portland ont déjà augmenté leur salaire minimum à 15 $/h. L’année dernière, Restaurants Unlimited a déposé son bilan. Ils possèdent 35 restaurants sur la côte ouest.

Dans son dépôt de bilan, Restaurants Unlimited a déclaré : « Au cours des trois dernières années, la rentabilité de notre entreprise a été considérablement affectée par des lois salariales progressistes le long de la côte du Pacifique […] le résultat a été d’augmenter les dépenses salariales annuelles de notre entreprise d’un montant total de 10,6 millions de dollars (8,9 millions d’€). »

Quoi qu’en disent certains économistes libéraux, la vérité est que l’augmentation du salaire minimum réduit toujours le nombre d’emplois disponibles et augmente le taux de chômage. Avant le Covid-19, le taux de chômage global était de 3,5 %, mais le taux de chômage de ceux qui gagnent le salaire minimum était d’environ 13 %. Un taux horaire minimum de 15 $/h augmenterait considérablement ce chiffre.

Même pour les travailleurs qui auraient encore un emploi, l’augmentation des salaires sans exiger une augmentation de la production pose des problèmes à la fois au travailleur et à l’employeur. Les travailleurs actuels au salaire minimum qui conserveraient leur emploi verraient leur salaire plus que doubler avec le nouveau salaire horaire de 15 $/h. Et le travailleur n’aurait plus d’effort à faire pour obtenir cette augmentation de salaire.

Cela poserait des problèmes à long terme, car les travailleurs penseraient avoir droit à des salaires plus élevés, quelle que soit leur productivité. Selon notre système, une personne est payée en fonction de la valeur de sa production en tant que travailleur. Pour gagner plus, les gens doivent trouver le moyen de contribuer davantage.

L’augmentation du salaire minimum ne profite pas aux consommateurs qui paient des prix un peu plus élevés. Il ne profite pas aux entreprises qui se retrouvent avec des coûts de main-d’œuvre plus élevés. Elle ne profite pas à la plupart des travailleurs, car jusqu’à 2 millions d’entre eux peuvent ainsi perdre leur emploi. Même les travailleurs non qualifiés au salaire minimum qui auraient toujours un emploi mieux rémunéré n’en profiteraient pas à long terme, car le salaire plus élevé imposé réduirait les motivations qui poussent à acquérir de nouvelles compétences.

Comme seuls quelques Américains en bénéficient, le salaire minimum ne devrait pas augmenter.

Michael Busler, docteur, est analyste en politique publique et professeur de finances à l’université de Stockton, où il enseigne des cours de premier et de deuxième cycle en finance et en économie.

NOUVEL HORIZON – La loi sur la sécurité menace nos libertés

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ