Biden silencieux devant la censure des Big Tech car « il en bénéficie », affirme un journaliste banni

Par Jack Phillips et Jan Jekielek
22 février 2021
Mis à jour: 22 février 2021

 

Après avoir été suspendu de Twitter cette semaine, le journaliste Paul Sperry a déclaré que si la Maison-Blanche reste silencieuse sur la censure des Big Tech, c’est parce qu’elle profite à certains politiciens.

Sperry a déclaré à Epoch Times que le président américain Joe Biden a été « silencieux » devant les entreprises comme Facebook, Twitter et Google qui prennent des mesures contre certains comptes – nommément ceux des conservateurs-  parce qu’il « bénéficie de cette censure ».

« En fait, il est maintenant à la Maison-Blanche en grande partie parce que Twitter a bloqué les scoops du New York Post sur les transactions louches de la famille Biden à l’étranger et leur trafic d’influence en Chine communiste et en Ukraine », a déclaré M. Sperry, en référence aux reportages du New York Post et à d’autres reportages qui ont exposé les transactions commerciales en Chine et en Ukraine des membres de la famille de Joe Biden, dont celle de son fils et de son frère. Pendant la campagne présidentielle américaine de 2020, Biden avait nié les allégations selon lesquelles il aurait fait quoi que ce soit de mal et avait affirmé n’avoir aucune connaissance des  accords commerciaux de sa famille.

« Twitter a un monopole qui rend toute concurrence difficile pour les petites plateformes alternatives. À moins que les conservateurs à la poche bien garnie n’ouvrent leur portefeuille et n’investissent dans des concurrents, Twitter dominera les médias sociaux politiques et restera la brute progressiste du coin », a-t-il fait remarquer dans un courriel, tout en ajoutant qu’il est peu probable que l’article 230 de la loi fédérale sur les communications soit abrogée.

En début de semaine, le compte de Sperry a visiblement été suspendu par Twitter, bien que l’on ne sache pas exactement pourquoi. Twitter n’a pas répondu à une demande de commentaires. Lorsqu’il tente d’accéder à son compte, le message typique « compte suspendu […] Twitter suspend les comptes qui violent les règles de Twitter » s’affiche.

« Aucune règle n’a été enfreinte. Ils n’aiment tout simplement pas mon contenu à cause de leur politique. Ils essaient de prétendre que je suis un ‘robot’ alors qu’ils sont bien sûr mieux informés. Ce sont des Tyrans. C’est la deuxième fois que je suis harcelé depuis que Trump a été banni », a déclaré Sperry à The Gateway Pundit en début de semaine.

Twitter a également suspendu le compte principal de Project Veritas, bien qu’il ait laissé le compte du fondateur James O’Keefe en ligne. Twitter a déclaré que le groupe avait violé ses règles sur la publication d’informations personnelles.

La vague de suspensions de comptes est survenue après que l’ancien président américain Donald Trump a été banni de Twitter à la suite de l’intrusion dans le Capitole le 6 janvier. Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, et d’autres dirigeants ont déclaré que les déclarations de Trump pouvaient inciter à la violence, bien que la décision de l’interdire ait été condamnée par des groupes de défense des libertés civiles tels que l’Electronic Frontier Foundation (EFF) et l’American Civil Liberties Union (ACLU).

Ces groupes ont accusé Twitter, Facebook, Google et d’autres d’outrepasser leur autorité, avertissant que les militants de gauche pourraient être réduits au silence dans un avenir proche.

« Une plateforme ne devrait pas appliquer une série de règles à la majorité de ses utilisateurs, puis appliquer une autre plus permissive aux politiciens et aux dirigeants mondiaux qui sont déjà immensément puissants. Au lieu de cela, ils devraient faire preuve d’autant de discernement pour supprimer le contenu des utilisateurs ordinaires qu’ils l’ont fait jusqu’à présent avec les chefs d’État », a écrit l’EFF en janvier.

Epoch Times a pris contact avec la Maison-Blanche au sujet de la censure perçue dans le domaine des grandes technologies.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ