Bien dormir pour être mieux réveillé

8 mai 2015
Mis à jour: 3 août 2019

D’après des études scientifiques, un sixième de la population mondiale a des problèmes de sommeil, et les symptômes surviennent à tout âge. Tout dépend de la santé physique et psychologique. Il ne s’agit pas que d’insomnie, la plupart des gens souffrent de somnolence constante.

L’insomnie concerne tant les très jeunes enfants que les personnes âgées, perturbant le cycle du sommeil, notamment la période des rêves. On distingue les gens qui souffrent vraiment d’insomnie de ceux qui croient être insomniaques.

Si un homme dort le jour et ne peut pas dormir la nuit, c’est que son rythme biologique est perturbé. Dans ce cas, il est nécessaire de fixer un temps imparti au sommeil. Mais si une personne ne peut dormir ni le jour, ni la nuit ou seulement quelques heures, c’est un problème qui doit être traité impérativement.

Que risque-t-on si on manque de sommeil ?

Un manque constant de sommeil perturbe la mémoire, l’humeur, augmente l’inattention et diminue la vitalité. Les causes de l’insomnie peuvent être très différentes, par exemple, les troubles psychologiques, la frénésie alimentaire avant le coucher et d’autres situations stressantes.

Des scientifiques de l’université de Chicago ont constaté que le diabète de type II et l’obésité sont maintenant fréquents et souvent dus à un manque de sommeil. Ils ont mené une expérience avec 474 participants. L’expérience a montré qu’un manque de sommeil diminue la capacité à assimiler. Après une première nuit blanche, les acides gras du corps humain ont augmenté de près d’un tiers.

Habituellement, une personne au cours de la journée, voit son niveau d’acides gras dans le sang atteindre un pic, puis diminuer au cours de la nuit. Pour ceux qui ne dorment pas, le taux reste à un niveau élevé. Étant donné que l’indice n’a pas changé, alors la capacité de l’insuline à réguler le taux de sucre dans le sang diminue, ce qui conduit à l’apparition du diabète.

Ce qui perturbe le sommeil

Le cerveau émet des ondes, plus ou moins élevées, en fonction de nos activités. Regarder un programme passionnant, s’adonner à un jeu captivant ou toute autre activité qui mobilise intensément le cerveau va le stimuler. Il faudra alors un certain temps pour que les ondes du cerveau reviennent à un niveau permettant l’endormissement.

Des chercheurs américains ont analysé l’effet de la lecture des médias électroniques sur le sommeil et ont constaté que la lumière bleue émise perturbe le sommeil. Ils ont demandé à une partie des sujets de lire des livres en papier avant de se coucher et à l’autre partie de le faire sur les médias électroniques, avec des écrans brillants. Ils ont constaté que la lumière bleue émise perturbe le rythme circadien de l’organisme et empêche la production de mélatonine – une hormone qui régule le rythme circadien. Les personnes ayant lu avec ces gadgets durant la soirée ne voulaient pas dormir, avaient un mauvais sommeil et ont passé moins de temps dans le sommeil paradoxal. Selon les experts, l’impact de cette technologie sur le sommeil augmente le risque de cancer du sein, de la prostate et du colon.

On compte quatre heures pour digérer. Un repas copieux pris trop tard perturbe le sommeil, car la digestion se fait mal. C’est souvent la source de cauchemars. De même, le tabac, la caféine chez certaines personnes et l’alcool perturbent le sommeil, et plus particulièrement en cas d’excès.

Astuces pour se préparer à un sommeil profond et réparateur

Avant le coucher, on peut faire une marche à l’air frais, prendre un bain chaud, rester tranquille, pratiquer une méditation ou lire un ouvrage instructif. Chacun est différent, c’est en essayant qu’on trouve ce qui nous convient le mieux. Mais, attention, l’essai se fait sur plusieurs soirs, car le corps a besoin de temps pour se réguler.

D’ailleurs, pour éviter de perturber notre horloge interne, il est recommandé de dormir aux mêmes heures avec une fourchette d’une heure et demie les jours de repos.

Bien sûr, le lit doit être confortable et propre. La chambre aérée et plutôt fraîche. Pour avoir un bon sommeil, on a besoin de calme et d’absence totale de lumière. On peut installer des rideaux obscurcissant et porter des bouchons d’oreilles.

La somnolence, un trouble du sommeil beaucoup plus fréquent que l’insomnie

Quand une personne ne dort pas assez, il aura à subir la somnolence, c’est normal. Mais si on dort régulièrement profondément pendant 8 heures et que l’on a toujours envie de dormir, alors ce n’est plus normal.

La somnolence peut aussi provenir d’un manque de vitamines qui demande au corps de produire plus d’énergie. Mais le syndrome de fatigue chronique peut aussi provenir d’apnée du sommeil, de stress profond, d’un début de dépression, si tel est le cas, il est temps de sonner l’alarme et de consulter un médecin.

Un sommeil sain est un indicateur de l’état du corps. Comme chacun est différent, certains ont besoin de moins de six heures de sommeil et d’autres de plus de neuf heures. Cela dépend aussi de son activité. On a parfois besoin de plus de sommeil et parfois moins. Si, au réveil, on se sent frais et dispo, c’est qu’on a assez dormi.

Dormir plus restaure la mémoire

Les scientifiques de l’université de Washington School of Medicine ont découvert que dormir trois ou quatre heures de plus par nuit sur deux jours seulement, permet de restaurer la mémoire chez la drosophile.

Le mécanisme d’action des neurones de la drosophile est très semblable à celui de l’humain. Les biologistes ont mené une expérience dans laquelle les mouches ont reçu un médicament qui éteint l’un des gènes. En conséquence, certaines mouches ont développé un état semblable à celui lié à la maladie d’Alzheimer. D’autres mouches ont eu des problèmes avec les connexions du cerveau qui codent les souvenirs.

Ensuite, ils ont fait dormir plus longtemps toutes les mouches. Il s’est avéré que le rêve a restauré la capacité de vol pour former de nouveaux souvenirs. Les scientifiques ont conclu que le sommeil a un effet positif sur la communication des cellules du cerveau.

Diverses études ont montré, à plusieurs reprises, un effet positif du sommeil sur la mémoire d’une personne. Auparavant, les scientifiques ont constaté qu’une sieste de 45 à 60 minutes peut rendre la mémoire cinq fois plus performante.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ