Bilan de l’année : 20 faits nouveaux et notables concernant le Spygate aux États-Unis en 2019

Par Ivan Pentchukov
27 décembre 2019 Mis à jour: 27 décembre 2019

Dans la saga du « Spygate », 2019 s’est révélée être l’année où les choses ont changé.

Dans les premiers jours de janvier 2019, un juge fédéral aux États-Unis a prolongé le mandat du grand jury dans l’enquête du conseiller spécial Robert Mueller. Plus tard ce mois-là, le FBI a fait une descente au domicile du stratège républicain chevronné Roger Stone devant les caméras de CNN.

Le raid et l’inculpation de M. Stone étaient symboliques du spectacle qu’était l’enquête sur la Russie. M. Mueller a accusé M. Stone de crimes de procédure ; l’acte d’accusation ne comportait aucune allégation liée au thème central de l’enquête sur la Russie – à savoir si quelqu’un de la campagne présidentielle Trump 2016 était de connivence avec la Russie pour interférer dans l’élection présidentielle de 2016.

Pendant ce temps, la frénésie médiatique du « Russiagate » (déclenchée bien avant la nomination de M. Mueller) se poursuivait, CNN traitant les images du raid matinal avec des armes à feu comme une opération de dernière minute dans le cadre de l’effondrement d’un empire criminel.

Le rapport final de M. Mueller indiquait qu’il n’y a aucune preuve de collusion entre les Américains et la Russie lors des élections de 2016.

Cependant, un nouveau fait a changé encore plus la situation en cette fin d’année.

Avant même que M. Mueller ne publie son rapport sur le président Donald Trump, le procureur général William Barr a envoyé des ondes de choc à travers l’establishment en déclarant clairement que l’espionnage avait bien eu lieu mais envers la campagne de Trump. Alors que l’année touche à sa fin, le chien de garde du ministère de la Justice (MJ), l’inspecteur général Michael Horowitz, a confirmé les allégations de longue date d’erreurs importantes dans les demandes de surveillance sur l’associé de la campagne Trump, Carter Page.

En 2020, les bases jetées par ces développements seront une référence utile alors que l’enquête du procureur américain John Durham sur ce méfait se poursuit. Bien que la liste ne soit pas exhaustive, les 20 moments ci-dessous sont représentatifs du revirement en cours aux États-Unis et sont utiles pour visualiser les événements de l’année à venir.

20. Le Comité sénatorial du renseignement ne trouve aucune preuve de collusion entre la Russie et Donald Trump
Alors que le Comité du renseignement de la Chambre était parvenu à la même conclusion un an plus tôt, les conclusions du Comité du renseignement du Sénat en février étaient importantes parce que le comité a un bilan bipartite. À l’époque, des sources tant démocrates que républicaines siégeant au comité ont confirmé que l’enquête n’avait pas révélé de preuves de collusion entre la campagne Trump et la Russie.

19. Rod Rosenstein a retiré Andrew McCabe de l’enquête sur la Russie après avoir nommé Robert Mueller
À la mi-février, nous avons appris qu’en mai 2017, le procureur général adjoint de l’époque, Rod Rosenstein, avait retiré le directeur intérimaire du FBI de l’enquête sur la Russie, Andrew McCabe, peu après avoir nommé le conseiller spécial Robert Mueller pour diriger l’enquête. La déclaration du ministère de la Justice d’où provenait la nouvelle semblait laisser entendre que la nomination de M. Mueller avait quelque chose à voir avec les mesures prises pour Andrew McCabe.

18. Le ministère de la Justice (MJ) conclut qu’il n’y a pas eu de collusion ni d’obstruction et clame l’innocence
À la fin de mars, le procureur général William Barr a publié un résumé des conclusions fondées sur le rapport de M. Mueller. L’avocat spécial a conclu l’enquête, ne trouvant aucune preuve que Donald Trump ou quelqu’un de sa campagne était de connivence avec la Russie. Bien que M. Mueller n’ait pas demandé si M. Trump avait fait obstruction à la justice, M. Barr et M. Rosenstein ont examiné le rapport et n’ont pas trouvé suffisamment de preuves pour porter des accusations.

17. L’espionnage de la campagne de Donald Trump a bien eu lieu, selon William Barr
Dans son témoignage devant le Congrès au début d’avril, M. Barr a explicitement déclaré que la campagne Trump 2016 avait été espionnée. L’affirmation du procureur général était importante parce que les grands médias avaient depuis longtemps qualifié les allégations d’espionnage de la campagne de théories du complot. Avec le meilleur avocat du pays dans les archives, les médias ont dû être obligés d’expliquer le point de vue de M. Barr au peuple américain.

16. Le rapport Mueller brise la crédibilité du dossier Steele
En plus de révéler, de façon très détaillée, le manque de preuves pour les allégations de collusion entre la campagne Trump et la Russie, le rapport final du conseiller spécial a enfoncé un des derniers clous dans la crédibilité du dossier Steele. Le volumineux rapport ne contenait aucune preuve à l’appui des allégations de dommages soi-disant causés par Donald Trump qui figuraient dans le dossier compilé par l’ancien agent de renseignement britannique Christopher Steele, qui avait utilisé des sources non-vérifiées de deuxième et troisième main ayant des liens avec le Kremlin. En réalité, on a découvert que c’était la campagne d’Hillary Clinton et le Comité national démocrate qui ont financé le dossier Steele, que le FBI a ensuite utilisé pour obtenir un mandat d’espionnage contre Carter Page, l’associé à la campagne de Trump.

15. Le New York Times identifie le second espion qui a ciblé la campagne de Donald Trump
Début mai, le New York Times a révélé les activités d’un deuxième espion chargé par le gouvernement d’enquêter sur la campagne Trump 2016.

14. M. Barr nomme M. Durham pour enquêter sur l’espionnage de la campagne Trump 2016
À la mi-mai, M. Barr a nommé M. Durham pour enquêter sur les origines de l’enquête de contre-espionnage de la campagne Trump. Son choix s’est démarqué parce que M. Durham avait déjà mis au jour une vaste conspiration entre des agents du bureau et des mafieux qui a mené à la réforme du programme des sources humaines confidentielles du FBI.

13. Transcription dans le rapport Mueller édité sélectivement pour jeter le doute sur la campagne Trump
Bien qu’il s’agisse d’un petit événement dans l’histoire plus vaste du Spygate, la révélation que même une transcription citée dans le rapport Mueller a été éditée pour jeter le doute sur Donald Trump était représentative du rapport et du travail du conseiller spécial dans son ensemble. L’équipe de la défense représentant l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, le lieutenant général Michael Flynn, a forcé la publication de la transcription, qui a montré que les auteurs du rapport Mueller avaient omis des parties d’un appel téléphonique, qui, si elles avaient été incluses, auraient fait paraître l’enregistrement et donc les paroles du président Trump inoffensifs.

12. Christopher Steele accepte d’être interrogé par les autorités américaines
En juin, Christopher Steele, l’homme derrière le dossier utilisé par le FBI, avait déjà accepté de parler aux autorités américaines. Le témoignage de M. Steele est crucial parce qu’il était au centre d’un ensemble de fonctionnaires, de médias et de politiciens américains qui ont donné de la validité à son dossier en diffusant ses affirmations non vérifiées dans tout le gouvernement et au public.

11. L’enquête sur le Spygate s’étend aux agences de renseignement étrangères
Peu de temps après la fuite concernant la coopération de M. Steele avec les autorités américaines, le MJ a déclaré publiquement que l’enquête sur le Spygate s’était étendue aux agences de renseignement étrangères.

10. M. Mueller silencieux alors que les républicains s’interrogent sur les conflits et les omissions en Russie
Le témoignage de M. Mueller devait être un moment décisif pour ceux qui, pendant des années, avaient poussé le récit de la collusion avec la Russie. La performance de la fin juillet est plutôt tombée à plat car M. Mueller est resté strictement dans les limites du rapport, qui a conclu qu’aucune preuve de collusion n’avait été trouvée. L’avocat spécial était également muet sur les raisons pour lesquelles il semblait n’avoir pas passé de temps à rechercher des cas de malversation dans l’enquête du FBI qu’il avait prise en charge en mai 2017.

9. L’épouse d’un fonctionnaire du MJ a transmis au FBI le dossier financé par Hillary Clinton sur Manafort
En août, on en savait beaucoup sur Nellie Ohr, l’épouse du haut fonctionnaire du ministère de la Justice (MJ) Bruce Ohr. Mais les documents du FBI publiés ce mois-là sont devenus la première preuve documentée que le couple a servi de canal pour que la recherche anti-Trump soit acheminée aux forces de l’ordre fédérales. Nellie Ohr travaillait pour Fusion GPS, la même entreprise qui employait M. Steele. Bruce Ohr était le lien entre M. Steele et le FBI après que le bureau a congédié l’ancien agent de renseignement britannique pour fuite dans les médias.

8. James Comey a divulgué des informations classifiées et a violé les politiques du FBI, conclut M. Horowitz
Fin août, M. Horowitz a fustigé l’ancien directeur du FBI James Comey pour avoir donné un « exemple dangereux » en divulguant des documents gouvernementaux en violation des politiques du FBI. Les notes de service que M. Comey a divulguées ont déclenché la nomination de l’avocat spécial. M. Horowitz a soumis une fuite classifiée à des poursuites pénales, bien que le ministère de la Justice ait refusé de se saisir de l’affaire.

7. M. McCabe a ouvert une enquête officielle sur Donald Trump un jour avant la nomination de M. Mueller, a révélé une note de service
La publication d’une note de service de M. McCabe à la fin de septembre a ajouté une preuve supplémentaire à la théorie selon laquelle le congédiement de M. Comey n’était pas la seule raison de la nomination d’un avocat spécial. La note de service montrait que M. McCabe avait ouvert une enquête sur le président Donald Trump le 16 mai 2017. Un jour plus tard, Rod Rosenstein nommait M. Mueller et retirait M. McCabe de toute participation à l’enquête sur la Russie.

6. Le ministère de la Justice interrogera M. Brennan dans le cadre de l’enquête sur l’espionnage de la campagne Trump
L’enquête de M. Durham avait atteint le sommet de l’administration Obama en octobre. L’ancien directeur de la CIA, John Brennan, a dit qu’il devait être interviewé par M. Durham. M. Brennan avait précédemment déclaré au Congrès que les renseignements qu’il avait reçus de ses partenaires étrangers avaient servi de base à l’enquête du FBI sur la campagne Trump.

5. La revue du Spygate de M. Durham se transforme en enquête criminelle
Fin octobre, le New York Times et l’Associated Press ont tous deux rapporté que l’enquête de M. Durham avait évolué vers une enquête criminelle. L’évolution de l’enquête sur une affaire criminelle a été le moment décisif du renversement de la situation, lorsque les enquêteurs sur la campagne Trump sont devenus les personnes faisant l’objet de l’enquête.

4. M. Horowitz trouve « 17 erreurs importantes » dans les demandes d’espionnage envers Carter Page
L’enquête de l’inspecteur général, qui a duré près de deux ans, a révélé que les demandes de mandat du FBI pour surveiller Page comportaient des erreurs importantes, notamment plusieurs cas où le bureau a retenu des preuves qui ont nui à son dossier. Le rapport a conclu que les manquements impliquaient toute la chaîne de commandement du Bureau.

3. M. Barr et M. Durham ont énoncé des faits remettant en question certaines conclusions du rapport de l’inspecteur général (IG)
Dans la foulée du rapport Horowitz, M. Barr et M. Durham ont publié des déclarations qui contestaient certaines de ses principales conclusions. M. Barr a dénoncé les méfaits exposés dans le rapport comme étant un abus de pouvoirs d’espionnage. M. Durham a exprimé une différence d’opinion sur la question de savoir si l’ouverture de l’enquête sur la campagne Trump était bien fondée.

2. Un juge de la FISA condamne le FBI pour avoir fourni de « fausses informations«  à la cour
Une ordonnance rendue à la fin de décembre par un juge du tribunal de la Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) a suivi peu après le rapport de M. Horowitz. Le juge a exigé que le MJ explique pourquoi la cour devrait continuer à faire confiance aux informations fournies par le FBI, un défi étonnant pour la plus grande agence d’application de la loi du pays.

1. Le tribunal de la FISA ordonne l’examen des dossiers traités par l’avocat du FBI qui a modifié le message d’un mail
Quelques jours après la première ordonnance, le tribunal a rendu une ordonnance déclassifiée émise plus tôt le même mois. La cour a ordonné au MJ d’examiner toutes les demandes de la FISA traitées par un avocat du FBI qui a modifié un mail afin de dissimuler que Carter Page était une source pour un autre organisme gouvernemental. Un agent du FBI s’était appuyé sur le mail falsifié pour appliquer sous serment une demande de renouvellement de la FISA pour un mandat sur Carter Page, dont le tribunal a approuvé la demande.

RECOMMANDÉ