Bill Gates a rencontré Jeffrey Epstein plusieurs fois après sa condamnation pour agression sexuelle

Par Zachary Stieber
15 octobre 2019
Mis à jour: 15 octobre 2019

Le co-fondateur de Microsoft Bill Gates a rencontré Jeffrey Epstein à de nombreuses reprises après que Jeffrey Epstein a été condamné pour agression sexuelle, selon un nouveau rapport.

J. Epstein, qui s’est, selon les autorités, suicidé en prison plus tôt cette année en attendant son procès pour trafic sexuel, a été accusé d’avoir agressé des centaines de jeunes filles en 2006. La plupart des accusations ont été abandonnées dans le cadre d’une entente relative au plaidoyer où J. Epstein a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de sollicitation de la prostitution d’une mineure. Il a ensuite dû s’enregistrer comme délinquant sexuel.

Après la condamnation et la courte peine de prison, Epstein et Gates ont appris à se connaître au cours d’un certain nombre de réunions, rapporte le New York Times.

M. Gates a visité le manoir de J. Epstein à Manhattan au moins trois fois et les employés de la Fondation Bill et Melinda Gates y ont également passé du temps.

« Son style de vie est très différent et intrigant, même si cela ne marcherait pas pour moi », a écrit Bill Gates à propos d’Epstein à ses collègues en 2011, après la première rencontre du duo.

C’était en référence « seulement au décor unique de la résidence Epstein et à l’habitude d’Epstein d’amener spontanément des connaissances pour rencontrer M. Gates », a déclaré une porte-parole du New York Times. « Il ne s’agissait en aucun cas de transmettre un sentiment d’intérêt ou d’approbation. »

Selon le New York Times, la Dre Eva Andersson-Dubin et sa fille de 15 ans étaient présentes à la première réunion de Bill Gates et d’Epstein. La réunion a duré plusieurs heures et par la suite, Bill Gates a envoyé des courriels aux gens pour leur en parler.

(Photo prise par Emmanuel Dunand | AFP | Getty Images)

« Une très jolie Suédoise et sa fille sont passées et j’ai fini par y rester assez tard », écrit-il dans certains messages.

Une photo prise plus tard en 2011 montre Jeffrey Epstein, Bill Gates, l’ancien secrétaire au Trésor Lawrence Summers et un cadre supérieur de JPMorgan, James Staley, chez J. Epstein.

En août, M. Gates a nié avoir eu une relation avec Epstein malgré les dossiers de vols montrant que le philanthrope avait volé avec Epstein. Les journaux de bord montrent que Bill Gates a volé avec Epstein de l’aéroport de Teterboro à Palm Beach, en Floride, le 1er mars 2013.

Le mois suivant, Bill Gates a déclaré : « Je l’ai rencontré. Je n’avais aucune relation d’affaires ou d’amitié avec lui. Je ne suis pas allé au Nouveau-Mexique, en Floride, à Palm Beach ou ailleurs. »

« Il y avait des gens autour de lui qui disaient : hé, si vous voulez collecter des fonds pour la santé mondiale et obtenir plus de philanthropie, il connaît beaucoup de gens riches », a déclaré Bill Gates dans une interview au Wall Street Journal.

« Toutes les réunions où j’étais avec lui étaient des réunions avec des hommes. Je n’ai jamais été à une fête ou quoi que ce soit du genre. Il n’a jamais donné d’argent à quoi que ce soit que je sache. »

On ne lui a pas posé d’autres questions sur Epstein, d’après les questions et réponses transcrites au sujet des « riches » dont il faisait référence.

En plus de son penchant pour les jeunes filles, Epstein a également passé du temps avec des gens haut placés dans les milieux scientifiques, technologiques, politiques, médiatiques et des affaires, dont Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, George Stephanopoulus, présentateur de ABC News et Bill Clinton, ancien président.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ