Bitcoin : les monnaies virtuelles seraient-elles l’avenir de la finance ?

Par Epoch Times
4 octobre 2016
Mis à jour: 16 mars 2021

Afin que des placements génèrent de gros gains ou pour éviter des pertes malencontreuses, il est préférable d’aller à contre-courant.

Peu de personnes croient autant à ce principe que Reggie Middleton, PDG de la société de technologie financière (FinTech) Veritaseum.

Sur son site indépendant de recherche, BoomBustBlog, il a appelé à l’éviction de Bear Stearns, Lehman Brothers et le fabricant de Blackberry Research in Motion, le marché des subprimes et à un redressement chez Apple. Reggie parie maintenant sur le Bitcoin comme infrastructure de notre futur système financier.

Dans cette interview exclusive accordée à Epoch Times, M. Middleton explique en quoi le Bitcoin est bien plus que de l’argent numérique et comment grâce à Veritaseum, notre manière de négocier les actions pourrait connaître une révolution.

p09-bitcoin-les-monnaies-virtuelles-seraient-elles-lavenir-de-la-finance-_02

Bitcoin est un marché différent, indépendant des banques centrales. Depuis un certain temps, vous jouez un rôle actif dans ce domaine, pouvez-vous expliquer en quoi consiste la monnaie numérique ?

Le Bitcoin est un réseau de protocole basé sur le consensus. On peut le voir comme une grande toile sur laquelle vous pouvez peindre. Le plus célèbre réseau de protocole très familier est le protocole Internet (IP). Le protocole est en fait un ensemble d’instructions sur l’agencement d’une manière d’agir. Les protocoles Bitcoin et Internet sont similaires car ils permettent d’aller sur un grand nombre de plates-formes intéressantes et d’y greffer des applications.

Ainsi avec le protocole Internet, vous avez des choses de base comme le courrier électronique, le protocole de transfert de fichiers (FTP), ou des choses plus complexes comme le web mondial. Ensuite vous avez des applications qui s’y implantent : Facebook, YouTube, Google Voice et ainsi de suite.

Au-delà du protocole Bitcoin similaire à l’email, la monnaie numérique Bitcoin équivaut au service le plus fondamental. Il s’agit d’une application au dessus du protocole, une monnaie P2P qui a ses propres circuits de transport, éprouvés et sécurisés et se passe de tierce partie pour des opérations de transactions gratuites.

Quels services propose votre entreprise ?

Veritaseum utilise un protocole Bitcoin qui permet à chaque membre de deux ou plusieurs parties de procéder à des transactions directement les uns avec les autres, en peer to peer. L’application permet d’acheter et de vendre la valeur de chacun des 45 000 instruments financiers qui affichent des symboles boursiers  : des actions, des matières premières, des obligations, des revenus fixes, des indices, des devises…

Vous négociez une valeur par le biais d’un échange numérique, en peer-to-peer sans recourir à une banque ou à un courtier. Vous êtes assuré d’être payé la valeur du contrat, car c’est une question de contrepartie [donc] sans risque. Les deux parties précisent la valeur sur le Blockchain, la base de données en consensus qui garantit la visibilité de toutes les actions par chacun et le paiement en retour.

Cette valeur est mise en avant et il est impossible de ne pas être payé dans ce scénario, parce que même si votre contrepartie baisse, la transaction a toujours de la valeur. La transaction est nommée un contrat à puce (contrat intelligent). Fondamentalement, c’est l’équivalent d’un contrat juridique ou social, mais exécuté en langage informatique.

 Comment éviter les honoraires de tiers ?

L’élimination des tiers est intéressante parce que vous n’avez pas besoin de bourse, ni d’une banque, ni d’un courtier pour négocier la valeur des instruments financiers.

Dans le marché capital peer-to-peer que Veritaseum essaie de créer, vous éliminez toutes les frictions et toutes les entités qui n’ajoutent pas de valeur à la transaction.

Faire payer des frais sans ajouter de valeur au service est une rente économique. Pensez à un propriétaire foncier qui a une salle de cinéma sur son terrain et juste devant celle-ci une fosse de 10 pieds impossible à enjamber par les visiteurs.

Il fait payer des frais réguliers ou une taxe pour franchir cette bande de plus de trois mètres pour ceux qui accèdent à la salle de cinéma. Un incendie se déclenche dans la salle de spectacle et tout le monde se précipite vers l’unique sortie. Ce propriétaire exige à nouveau des frais de sortie et ceux ou celles qui n’ont pas les moyens de payer ne peuvent sortir et brûlent à l’intérieur. Il prend des frais ou de la valeur d’une transaction, mais il n’ajoute aucune valeur économique.

Ce que fait Veritaseum consiste à permettre aux personnes coincées dans la salle de construire leur pont sur cette parcelle de terre de trois mètres pour traverser et rejoindre directement l’autre côté. Ainsi, les rentiers économiques n’ont plus le pouvoir dans une transaction parce qu’ils n’ont plus l’accès exclusif aux ponts pour les transactions.

Aujourd’hui, les particuliers peuvent procéder à leurs propres transactions et si un intermédiaire essaie de les taxer, ils peuvent construire un pont pour lui passer par-dessus.

Ainsi, la banque, le courtage, les offres de financement, les prêts, etc., pourraient être effectués en peer-to-peer. Les rentiers, les banques, les courtiers, les échanges, les assureurs de la vieille école, etc., devraient être mis hors service à moins qu’ils se mettent à jour de manière significative et apportent une valeur supplémentaire.

C’est une situation gagnant-gagnant. Vous faites l’impasse sur des dépenses supplémentaires qui allaient dans les poches des gens en bout de chaîne. Grâce à Veritaseum, nous apportons de nouveaux modèles d’affaires, un monde meilleur pour demain.

Et le cours du Bitcoin ?

On me pose souvent cette question. Pour être honnête, je n’en sais rien, mais si nous ramenons cela à une option binaire que ce soit acheter ou vendre, je pense qu’il va augmenter. Le Bitcoin Blockchain est la plus éprouvée. Depuis 2009, sa valeur sur le marché est passée de 9 milliards à 10 milliards de dollars. Jusqu’à aujourd’hui il n’a jamais été piraté, pas une seule fois.

Ce sont les échanges de Bitcoin, les entreprises privées qui se font pirater comme récemment BitFinex, mais pas Bitcoin lui-même.

Exact, les échanges ont été piratés, cela revient à dire que le cambriolage de la Citibank a un impact négatif sur le dollar américain.

Lorsqu’au XIXe siècle, les gens au Texas se faisaient voler l’or qu’ils stockaient dans les banques, cela ne diminuait en rien la valeur de l’or !

En effet. Parce que la valeur de l’or ne change pas. Les victimes de vol perdront leurs richesses, mais l’or gardera toujours sa valeur. Un fait très intéressant également est qu’aucune nation développée ne se passe de devises numériques. Une parfaite illustration réside dans la somme d’argent que vous gardez sur vous, dans votre poche.

Peut-être 50 dollars…

Je doute que la somme de 50 dollars soit représentative de tous vos actifs ou de leur valeur nette. Je veux dire que l’essentiel de l’argent que vous possédez est ailleurs sous une forme numérique. L’argent liquide, et non numérique, est généralement inférieur à 1% de l’avoir de chaque utilisateur.

Ces avoirs sont stockés sur les bilans des banques privées. Et les fiches des banques privées, pour le dire en termes d’actifs numériques, ne sont pas des bases de données consensuelles, c’est fondamentalement une chaîne de blocs (blockchain) analogique dépassée. La banque elle-même est un portefeuille numérique centralisé, rien de plus. Le concept est identique à celui du Bitcoin.

Un système décentralisé ?

Les banques sont un réseau localisé et centralisé, elles ont des réseaux de serveur, mais elles conservent des actifs numériques. Alors que Bitcoin n’a jamais été piraté, les banques se font pirater régulièrement. Selon un rapport, JP Morgan subit chaque jour 100 000 tentatives d’intrusions pirates.

Et personne ne sait combien de ces attaques sont couronnées de succès, puisque JP Morgan ne divulgue pas cette information. Mais si vous êtes un voleur de banque de la trempe de Willie Horton et que vous pouvez trouver une entité avec un billion de dollars d’actifs, puis une autre avec 10 milliards. Mais si la seconde entité est répartie autour de 400 millions de nœuds, vous pouvez décider d’essayer 400 millions de mots de passe ou alors de tenter directement le jackpot.

Les gens iront toujours dans les banques. C’est cela qui rend l’archétype du Bitcoin plus sûr. Comme disait Willie Horton quand on lui demandait pourquoi il volait les banques, il répondait : « Parce que c’est là que l’argent se trouve ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ