Bloomberg News reçoit une plainte de la Commission électorale pour avoir enquêté sur Trump mais avoir refusé d’enquêter sur les candidats démocrates pour 2020

Par Zachary Stieber
11 décembre 2019 Mis à jour: 12 décembre 2019

Une plainte de la Commission électorale fédérale (FEC) des États-Unis a été déposée le 10 décembre contre Bloomberg News après que l’agence de presse eut annoncé qu’elle enquêterait sur le président Donald Trump, mais rien sur les démocrates qui tentent de gagner l’élection 2020.

Un rédacteur en chef de l’agence de presse a fait cette annonce le 24 novembre après que le candidat démocrate à la présidence, l’ancien maire de New York et propriétaire de Bloomberg News, Michael Bloomberg, 77 ans, eut annoncé qu’il se présentait à la présidence.

La plainte auprès de la FEC a été déposée par le Media Research Center (un organisme de surveillance des médias) et son président, Brent Bozell.

« La décision de Bloomberg News d’éviter d’enquêter sur le candidat peut constituer une contribution inappropriée à la campagne en vertu des règlements de la FEC et semble violer les règlements de la FECA, et/ou établir Bloomberg News en tant que comité politique tenu de s’enregistrer et de rendre des comptes en vertu des règlements de la FEC, ce qu’il n’a pas fait », déclare la plainte (pdf).

Brent Bozell a dit dans une déclaration que « Bloomberg News se moque du journalisme légitime ».

« Ils ont consciemment choisi d’abandonner leurs responsabilités journalistiques au profit de ce qui leur convient politiquement », a-t-il ajouté.

« Il s’agit d’une déclaration publique selon laquelle la rédaction de Bloomberg adopte des partis pris dans sa politique officielle. C’est non seulement contraire à l’éthique, mais potentiellement illégal, c’est pourquoi nous demandons la tenue d’une enquête. »

Selon son site Internet, le centre de recherche est un organisme de surveillance des médias qui travaille « à exposer et à neutraliser le bras propagandiste de la gauche : les médias nationaux d’information ».

Michael Bloomberg, candidat démocrate à l’élection présidentielle et ancien maire de New York, prend la parole lors d’un événement pour présenter son programme de politique de sécurité des armes à feu au Heritage Christian Center à Aurora, Colo, le 5 décembre 2019. (Michael Ciaglo/Getty Images)

John Micklethwait, rédacteur en chef de Bloomberg News, a déclaré dans une longue note de service du 24 novembre qu’il « continuerait [sa] tradition de ne pas enquêter sur Mike (et sa famille, et sa fondation) ».

« Nous étendrons la même politique à ses rivaux dans les primaires démocrates. Nous ne pouvons pas traiter les concurrents démocratiques de Mike différemment de lui », a écrit Micklethwait, une courtoisie qui n’a pas été accordée à Donald Trump.

La décision a attiré l’attention de tous. L’ancien commissaire du FEC, Hans von Spakovsky, a déclaré à la Daily Caller News Foundation que cette politique « soulève des inquiétudes au regard de la loi fédérale sur le financement des campagnes électorales ».

« Ils ne couvriront qu’un seul candidat adverse, et c’est Donald Trump… s’ils ne sont pas prêts à faire des reportages négatifs sur Mike, alors qu’ils le sont sur Trump, alors ils aident directement sa campagne », a-t-il dit.

Un syndicat représentant les employés du Bloomberg Industry Group a déclaré que la décision de Micklethwait équivalait à « réduire au silence les journalistes« . La campagne Trump a dit qu’elle n’accréditerait pas Bloomberg News jusqu’à ce que la politique change. Plusieurs employés de Bloomberg se sont prononcés, mais aucun ne semble avoir démissionné à cause des restrictions.

Michael Bloomberg a abordé la question pour la première fois au cours du week-end, en disant : « Il faut qu’on apprenne à vivre avec certaines choses. Ils ont un chèque de paie. Avec votre chèque de paie, il y a des restrictions et des responsabilités. »

Des rivaux se sont prononcés sur la question, dont la sénatrice Elizabeth Warren (démocrate – Massachussetts).

« La liberté de la presse est l’une des valeurs les plus importantes de notre pays. La couverture d’un journaliste sur les candidats à la plus haute fonction ne devrait pas être déterminée par l’un des candidats qui contrôle leurs chèques de paie », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

RECOMMANDÉ