Booster le système immunitaire comme stratégie de traitement contre le Covid-19

Des chercheurs remettent en question la théorie du « choc cytokinique » et découvrent une immunité affaiblie, plutôt qu'hyperactive, en réaction au virus
Par Jim Dryden
21 août 2020
Mis à jour: 22 août 2020

Alors que la pandémie du Covid-19 continue de faire des victimes dans le monde entier, de nombreuses recherches se sont concentrées sur le rôle du système immunitaire chez les patients qui tombent gravement malades.

Une théorie populaire veut que le système immunitaire soit tellement stimulé dans sa lutte contre le virus que, après plusieurs jours, il produise un choc cytokinique qui entraîne des lésions organiques potentiellement mortelles, notamment au niveau des poumons.

Mais les nouvelles découvertes d’une équipe de chercheurs dirigée par des scientifiques de l’école de médecine de l’université de Washington à Saint-Louis font ressortir une autre théorie et suggèrent que les patients tombent malades parce que leur système immunitaire ne peut pas en faire assez pour les protéger du virus, ce qui les fait atterrir dans des unités de soins intensifs. Ils suggèrent que le renforcement de l’immunité pourrait être une stratégie de traitement potentielle pour le Covid-19.

Une telle stratégie a été proposée dans deux articles récemment publiés, l’un en ligne dans JAMA Network Open et l’autre dans la revue JCI Insight.

« Les gens dans le monde entier ont traité des patients gravement malades du Covid-19 en utilisant des médicaments qui font des choses très différentes », a déclaré l’enquêteur principal Richard S. Hotchkiss, professeur d’anesthésiologie, de médecine et de chirurgie. « Certains médicaments atténuent la réponse immunitaire, tandis que d’autres la renforcent. Tout le monde semble mettre le paquet sur la maladie. Il est peut-être vrai que certaines personnes meurent d’une réaction hyper-inflammatoire, mais il nous semble plus probable que si vous bloquez trop le système immunitaire, vous ne pourrez pas contrôler le virus. »

CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Les chercheurs de l’université de Washington ont étudié une approche similaire pour le traitement de la septicémie, une affection potentiellement mortelle qui touche également des patients qui semblent avoir un système immunitaire à la fois suractif et affaibli.

M. Hotchkiss souligne que des études d’autopsie réalisées par d’autres groupes ont montré la présence de grandes quantités de virus du PCC* (communément appelé le nouveau coronavirus) dans les organes de personnes décédées des suites du Covid-19, ce qui suggère que leur système immunitaire ne fonctionnait pas assez bien pour combattre le virus. Son collègue, Kenneth E. Remy, l’auteur principal de l’étude JCI Insight, compare les efforts pour inhiber le système immunitaire à la réparation d’un pneu crevé en laissant sortir plus d’air.

« Mais lorsque nous avons examiné de près ces patients, nous avons constaté que leurs pneus, pour ainsi dire, étaient sous-gonflés ou immunodéprimés », a déclaré Kenneth E. Remy, professeur adjoint de pédiatrie, de médecine et d’anesthésiologie à l’université de Washington. « Aller les cribler de médicaments anti-inflammatoires parce que vous pensez qu’ils sont hypergonflés ou hyperinflammés ne fera qu’aggraver l’affaiblissement et la maladie. »

Après avoir recueilli des échantillons de sang de 20 patients atteints du Covid-19 au Barnes-Jewish Hospital et au Missouri Baptist Medical Center à Saint-Louis, les chercheurs ont utilisé un test pour mesurer l’activité des cellules immunitaires dans le sang. Ils ont comparé le sang de ces patients à celui de 26 patients hospitalisés pour septicémie et de 18 autres très malades, mais qui n’avaient ni septicémie ni Covid-19.

Ils ont constaté que les patients atteints de Covid-19 avaient souvent beaucoup moins de cellules immunitaires en circulation que la normale. De plus, les cellules immunitaires présentes ne sécrétaient pas des niveaux normaux de cytokines – des molécules que beaucoup ont proposées comme cause de dommages aux organes et de décès chez les patients atteints de Covid-19.

Au lieu d’essayer de combattre l’infection en interférant davantage avec la production de cytokines, ils ont essayé une stratégie qui a fait ses preuves dans des études précédentes qu’ils ont menées chez des patients atteints de septicémie.

MM. Hotchkiss et Remy ont collaboré avec des chercheurs dans une petite étude menée chez des patients atteints du Covid-19 gravement malades qui ont été hospitalisés en Belgique. Dans cette étude, qui a fait l’objet d’un rapport dans le document ouvert du réseau JAMA, les patients atteints du Covid-19 ont été traités avec une substance appelée interleukine-7 (IL-7), une cytokine nécessaire au développement sain des cellules immunitaires.

Chez ces patients, les chercheurs ont découvert que l’IL-7 aidait à rétablir l’équilibre du système immunitaire en augmentant le nombre de cellules immunitaires et en aidant ces cellules à fabriquer davantage de cytokines pour combattre l’infection.

La recherche n’a toutefois pas démontré que le traitement à l’IL-7 améliorait le taux de mortalité chez les patients atteints du Covid-19.

« C’était un essai compassionnel et non un essai contrôlé et randomisé de l’IL-7 », a expliqué le professeur Remy. « Nous essayions de savoir si nous pouvions faire fonctionner à nouveau ces cellules immunitaires – et nous le pouvions – ainsi que si nous pouvions le faire sans causer d’effets nocifs chez ces patients très malades – et il n’y en a pas eu. Comme il s’agissait d’une étude d’observation impliquant un petit nombre de patients qui étaient déjà sous respirateur, elle n’était pas vraiment conçue pour évaluer l’impact de l’IL-7 sur la mortalité. »

Des études visant à renforcer l’immunité et à améliorer les résultats chez les patients les plus malades atteints de Covid-19 viennent de commencer en Europe, et des essais similaires commencent aux États-Unis, notamment à l’université de Washington.

Selon M. Hotchkiss, trouver des moyens de stimuler la réponse immunitaire devrait aider non seulement les patients atteints du Covid-19, mais aussi lors de la prochaine pandémie.

« Nous aurions dû être prêts et mieux préparés lorsque cet agent pathogène est apparu », a-t-il déclaré. « Mais ce sur quoi Ken, moi et nos collègues travaillons maintenant, c’est de trouver des moyens de renforcer le système immunitaire qui pourraient aider les gens lors de futures pandémies. Nous pensons que si nous pouvons renforcer notre système immunitaire, nous serons mieux à même de combattre ce coronavirus, ainsi que d’autres agents pathogènes viraux et bactériens qui pourraient être libérés à l’avenir. »

Cet article a été publié à l’origine par l’université de Washington à St. Louis. Republié via Futurity.org sous licence Creative Commons 4.0.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ