Boycottons les Jeux du génocide à Pékin

Par Benedict Rogers
12 août 2021
Mis à jour: 13 août 2021

Il y a quelques jours, les Jeux olympiques de Tokyo ont pris fin, laissant les athlètes fêter leurs médailles et pleurer leurs pertes. Maintenant, tous les regards se tournent vers les prochains Jeux olympiques – les Jeux d’hiver l’année prochaine – et de plus en plus vers la question de la légitimité de la ville hôte : Pékin.

Il est extrêmement rare que deux villes hôtes successives des Jeux – d’été et d’hiver – voient leur légitimité remise en question, mais pour deux raisons totalement différentes. La capacité de Tokyo à accueillir les Jeux olympiques a été mise en doute par certains, non pas en raison d’une quelconque faute du Japon, mais à cause de la pandémie de Covid-19. En effet, les Jeux ont été reportés d’un an et, au début de l’année, les spéculations se sont multipliées sur une éventuelle annulation des Jeux. Finalement, les Jeux de Tokyo ont eu lieu et, malgré les complications liées à la pandémie, ils ont été un succès.

En revanche, les questions entourant Pékin 2022 sont beaucoup plus profondes. Le Covid-19 est à prendre en considération, étant donné que le virus est apparu d’abord en Chine et s’est transformé en pandémie en grande partie à cause de la dissimulation et des mensonges du Parti communiste chinois (PCC). Au lieu de réprimer le virus, le régime a d’abord réprimé la vérité, menaçant, intimidant et faisant disparaître les dénonciateurs, notamment les médecins et les journalistes citoyens qui ont tenté d’alerter le monde. Au lieu d’alerter immédiatement l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le PCC a temporisé et nié. Et au lieu de permettre une enquête transparente sur les origines du virus, le régime a refusé de coopérer et a lancé une guerre commerciale contre ceux, comme l’Australie, qui demandaient une enquête. Alors, pour de simples raisons de santé publique, Pékin mérite-t-elle d’accueillir les Jeux d’hiver ?

Mais l’illégitimité morale de Pékin 2022 va bien au-delà de la santé publique et de la logistique. Il s’agit d’un régime qui est de plus en plus accusé des pires crimes du droit international – génocide et crimes contre l’humanité – et de violations flagrantes des traités internationaux. S’agit-il d’un régime qui mérite le prestige d’accueillir les Jeux olympiques d’hiver ?

L’ancienne et l’actuelle administration américaine, les parlements canadien, néerlandais, lituanien, belge, tchèque et britannique, ainsi qu’un nombre croissant d’experts juridiques et d’universitaires internationaux concluent aujourd’hui que les Ouïghours sont confrontés à un génocide. Un tribunal indépendant présidé par l’homme qui a poursuivi Slobodan Milosevic, l’avocat britannique Sir Geoffrey Nice, évalue cette revendication et publiera son jugement vers la fin de l’année, mais lors de ses audiences publiques, des preuves véritablement déchirantes ont déjà été présentées. Pékin 2022 est de plus en plus connu comme les #GenocideGames.

Un précédent tribunal indépendant, également présidé par Sir Geoffrey Nice, a conclu sans l’ombre d’un doute que des prélèvements forcés d’organes sur des prisonniers de conscience en Chine ont eu lieu, et continuent, à grande échelle. Le jugement du China Tribunal en 2019 a fait valoir que cela équivaut à des crimes contre l’humanité et que toute personne s’engageant avec le régime chinois doit être consciente qu’elle a affaire à un « État criminel ».

Le régime de Xi Jinping a complètement détruit les libertés, la démocratie, l’État de droit et l’autonomie promises à Hong Kong au cours de l’année écoulée, en violation totale et répétée de la Déclaration commune sino-britannique, un traité enregistré aux Nations unies. Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré que la Chine était en « état de non-conformité permanente », un euphémisme diplomatique pour dire que Pékin a déchiré et piétiné un traité international.

Des activistes, dont des membres des communautés locales de Hong Kong, du Tibet et ouïghour, brandissent des banderoles et des pancartes appelant le gouvernement australien à boycotter les Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022 en raison du bilan de la Chine en matière de droits de l’homme, à Melbourne, en Australie, le 23 juin 2021. (William West/AFP via Getty Images)

À tout cela s’ajoutent la répression continue au Tibet, la pire persécution des chrétiens depuis la Révolution culturelle, les agressions permanentes contre les pratiquants de Falun Gong, la répression de la société civile, des défenseurs des droits de l’homme, des journalistes citoyens, des blogueurs et des dissidents dans toute la Chine, ainsi que l’agressivité croissante du PCC à l’égard de ses détracteurs bien au-delà de ses frontières. Faut-il récompenser par les Jeux olympiques d’hiver un régime dont le chef menace les détracteurs à l’étranger avec le risque qu’ils se « fracassent la tête contre une grande muraille d’acier » s’ils osent s’opposer au PCC ?

Les arguments contre Pékin 2022 sont clairs. La question est de savoir ce que nous devons faire.

Idéalement, le Comité international olympique (CIO) devrait déplacer les Jeux, même à la dernière minute, de Pékin vers une autre ville capable d’accueillir les Jeux dans un délai très court. De nombreux candidats ont l’expérience et les installations nécessaires pour accueillir les sports d’hiver – le Canada, certaines régions des États-Unis, diverses parties de la Scandinavie et la Suisse, pour n’en citer que quelques-uns. Si le CIO en avait la volonté politique, cela pourrait se faire.

Malheureusement, le CIO semble être déjà trop à la botte de Pékin pour bouger. Il s’est déjà lié à la ligne de la Chine sur le sujet de Taïwan, par exemple en insistant pour décrire les athlètes taïwanais comme représentant le « Taipei chinois » et en refusant de jouer l’hymne national taïwanais ou d’afficher le drapeau de Taïwan lors des cérémonies de remise des médailles.

Lorsque les athlètes chinois ont porté des badges du président Mao à Tokyo, le CIO les a avertis que leur geste pouvait constituer une violation de la Charte olympique, qui interdit les déclarations politiques, mais il ne faut pas s’attendre à ce que des mesures disciplinaires soient prises.

En supposant, par conséquent, que le CIO ne réponde pas à la pression pour déplacer les Jeux de 2022, que se passera-t-il alors ? Ce qu’il faut, c’est un boycott aussi complet, coordonné et exhaustif que possible.

Au minimum absolu, il doit y avoir un boycott diplomatique. Aucun représentant de gouvernement étranger, diplomate, ministre, membre de la famille royale ou dignitaire ne doit être présent. Bien sûr, certains refuseront de s’engager dans cette voie, mais si le plus grand nombre possible de pays partageant les mêmes idées coordonnent cet effort, cela fera la différence. Pékin déteste être snobé, et déteste être embarrassé. Lorsque les États-Unis ont boycotté les Jeux olympiques de Moscou en 1980 après l’invasion soviétique de l’Afghanistan, plus de 60 pays ont fait de même. Essayons la même approche avec Pékin.

Mais nous devons faire plus. Nous avons besoin d’un boycott des consommateurs. Les spectateurs ne devraient pas aller à Pékin et devraient faire pression sur les entreprises sponsors pour qu’elles se retirent. Les consommateurs devraient boycotter les entreprises qui ont encore leurs logos sur les stands des Jeux de Pékin.

Et, si les Jeux ont lieu, nous devrions utiliser la plateforme qu’ils nous offrent pour attirer l’attention sur les violations des droits de l’homme en Chine. Parlez du génocide ouïghour, du Tibet, de Hong Kong, des persécutions religieuses, de la torture, des prélèvements forcés d’organes, des disparitions, de l’État de surveillance et de la nature de plus en plus totalitaire du PCC à chaque occasion sur les ondes. Transformez Pékin 2022 d’une victoire de propagande pour le PCC en un coup de publicité pour la cause de la liberté et de la dignité humaine.

Quant aux athlètes, je leur laisse le soin de se débattre avec leur conscience. Je sais que participer aux Jeux olympiques est le rêve de tout sportif, et ils auront passé des années à s’entraîner pour cela. Ce n’est pas à moi de leur dire s’ils doivent concourir ou non. Mais s’ils participent, ils doivent le faire les yeux et les oreilles grands ouverts, et profiter de l’occasion qui leur est offerte – sur le terrain, s’ils sont assez courageux, ou dès leur départ de Pékin – pour mettre en lumière la brutalité et la criminalité de la dictature barbare de la Chine.

Une chose dont nous pouvons être sûrs, c’est que si des sportifs courageux d’autres États dictatoriaux prennent position à Pékin comme l’a fait la sprinteuse biélorusse Krystina Timanovskaya à Tokyo, contre leur propre régime, il est peu probable qu’ils bénéficient de la protection qu’ils ont trouvée au Japon. En soi, cela pourrait en dissuader plus d’un de participer.

Une femme tient une pancarte lors d’une manifestation contre les Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022, tenue par des militants tibétains et ouïghours, devant le musée des Jeux olympiques à Lausanne ; quelque 200 participants ont pris part à la manifestation, le 23 juin 2021. (Fabrice Coffrini/AFP via Getty Images)

Certains affirment que les boycotts ne fonctionnent pas. Je ne suis pas d’accord. L’histoire montre qu’ils jouent un rôle important. Et ce qui est certain, c’est que si Pékin 2022 se poursuit sans être contesté, le régime sera enhardi, se comportera de manière encore plus répressive à l’intérieur du pays et agressive à l’étranger, et en fin de compte, ce ne seront pas seulement les peuples de Chine dont nous n’aurons pas réussi à défendre les droits, mais aussi nos propres libertés qui seront en jeu.

Travaillons donc dès maintenant pour que Pékin 2022 devienne un cauchemar pour Xi Jinping et une lumière dans l’obscurité pour ceux qui souffrent sous son régime. Boycottons les Jeux du génocide.

Benedict Rogers est un militant des droits de l’homme et un écrivain. Il est cofondateur et directeur général de Hong Kong Watch, analyste principal pour l’Asie de l’Est au sein de l’organisation internationale des droits de l’homme CSW, cofondateur et vice-président de la commission des droits de l’homme du Parti conservateur britannique, et membre du groupe consultatif de l’Alliance interparlementaire sur la Chine (IPAC), de la Coalition internationale pour mettre fin aux abus en matière de transplantation en Chine et de la campagne Stop Uyghur Genocide.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ