Ce Britannique photographie des visages avec des tâches de rousseur – leur beauté devient virale sur l’Internet

Par Lori C. Summers
2 septembre 2019 Mis à jour: 2 septembre 2019

Ce n’est pas si inhabituel de vouloir s’intégrer à la foule et entrer dans les rangs. Certaines personnes vont même jusqu’à gommer ce qui les rend singulières, leurs traits uniques — comme des taches de naissance, des imperfections cutanées et des taches de rousseur.

C’est ce genre d’imperfections qui a poussé un photographe britannique à passer plus de deux ans à capturer et à partager avec le monde entier la beauté de la peau tachetée de rousseur. Les photos sont à couper le souffle.

Brock Elbank est un photographe londonien connu pour ses portraits qui mettent en valeur des traits inhabituels de ses sujets. Il affirme que son objectif principal dans toutes ses photographies est de « documenter la beauté la beauté des individus », selon Today.

Alors qu’il vivait à Sydney, en Australie, Brock Elbank a eu l’idée de son projet de photographie, #Freckles, quand il a rencontré Eddie, le fils d’un ami. Selon l’artiste, de toute sa vie, il n’avait jamais vu autant de taches de rousseur sur un visage, ce qui a immédiatement attiré son attention.

« C’était un beau personnage, a confié Brock à BuzzFeed, alors j’ai demandé à John si je pouvais faire un portrait, et c’est ainsi qu’est né le projet en 2012 ».

Après son retour au Royaume-Uni en 2015, Brock Elbank a pleinement démarré le projet. En deux ans, il a photographié plus de 150 sujets du monde entier. Un thème commun qu’il a remarqué au sujet de ses modèles était que souvent, ces derniers lui confiaient qu’ils se sentaient mal à l’aise avec leur peau tachetée de rousseur.

« Ce que je trouve intéressant dans les personnages que j’ai eu la chance de photographier, c’est que beaucoup d’entre eux ont lutté contre leurs taches de rousseur depuis leur enfance et qu’ils les haïssaient ou ils ont grandi en faisant avec ou en sont même arrivés à les aimer une fois arrivés à l’âge adulte », explique-t-il.

Voir cette publication sur Instagram

Ok, so this could be the cover and out there next year as a my first art book, published by the wonderful @merrellpublishers and I’m really interested of you all out there who would love to see this in book shops? This would be a labour of love, over 3 years in the making and featuring over 150 subjects from 6 continents, over 160 pages. There’s a publishers link in my bio to see a taste and pre-order. More information to follow and all your constructive comments would be greatly appreciated. The superb @just_manija featuring as our cover subject. Kickstarter going live in the coming week. #Mrelbank #Freckles #Beauty #Portrait #Book #Skin #MerrellPublishers #London http://www.merrellpublishers.com/?9781858946719

Une publication partagée par Brock Elbank (@mrelbank) le

Lorsqu’il s’est adressé à Today, il a noté que beaucoup de ses sujets souffraient d’intimidation de la part de leurs pairs à cause des taches de rousseur. « Beaucoup ont reçu des moqueries, de l’intimidation et de la violence verbale. Maintenant, nous espérons que tous se sentent plus en paix avec leur apparence », selon Today.

Cependant, le photographe lui-même aime l’unicité qui se dégage de tels modèles, et il apprécie la chance qu’il a eu d’avoir l’occasion de la mettre en valeur.

Comme il l’explique dans une interview à la BBC : « J’aime les gens inhabituels, il y a tellement de gens qui sortent presque du même moule […], j’aime les gens qui se démarquent. C’est le genre de personnes que j’aime photographier. Plus il y a d’individualité, pour moi, mieux c’est. » Ses portraits sont en effet une vitrine de beauté et d’individualité.

Il arrive même fréquemment que le photographe soit attiré par des personnes qu’il croise dans le métro. « Chaque fois que je voyage dans le métro londonien, je vois des dizaines de personnes que j’aimerais photographier », dit-il à BuzzFeed.

Certains ont même critiqué en déclarant que les images semblent presque irréelles. C’est dû à la capacité du photographe à mettre en valeur les taches de rousseur de ses sujets et à leur donner une impression presque surréaliste. Quand BuzzFeed l’a interrogé sur son procédé, il lui a révélé : « Je n’utilise pas de lampes UV ni de gadgets. J’ai un processus de post-production qui prend environ quatre heures par portrait. »

Son projet a pris le monde d’assaut lorsqu’il a été rendu public en ligne, et il est devenu viral. Il a fait l’objet de reportages dans plusieurs journaux et a reçu de nombreux courriels de fans lui faisant part de leur appréciation et le remerciant pour l’impact qu’il a eu sur leur vie.

« J’ai reçu littéralement des centaines de courriels de tous les horizons et de toutes les origines ethniques qui disent à quel point ils apprécient la série et adorent qu’elle les montre sous un jour positif », a-t-il dit à Today.

Comme on peut le voir sur l’Instagram du photographe, il a également dirigé des projets de prise de vue d’autres personnes, mettant en vedette des modèles avec des barbes et des cicatrices.

C’est une façon fantastique de célébrer une beauté hors du commun ! Malheureusement, tant de gens ressentent le besoin de mettre de côté ceux qui ont des traits différents de la norme ou de l’idée commune de la beauté. Mais c’est incroyable de voir cet artiste capturer et mettre en valeur cette individualité humaine sous toutes ses formes merveilleuses.

RECOMMANDÉ