Un cabinet d’avocats de Floride lance une procédure collective contre le régime chinois pour avoir causé la pandémie de coronavirus

Par Cathy He
18 mars 2020
Mis à jour: 19 mars 2020

Un cabinet d’avocats de Floride a déposé une action collective fédérale contre le régime chinois pour avoir provoqué la pandémie du virus du Parti communiste chinois (PCC), affirmant que la dissimulation initiale de l’épidémie par Pékin a entraîné sa propagation mondiale.

Dans un procès intenté le 12 mars, le Berman Law Group affirme que le régime chinois « savait que le [virus du PCC] était dangereux et capable de provoquer une pandémie, mais qu’il a agi lentement, a fait l’autruche et/ou a couvert l’épidémie dans son propre intérêt économique ».

L’épidémie, qui a pris naissance dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, en décembre, s’est maintenant étendue à tous les pays, avec presque 200 000 infections en dehors de la Chine et des milliers de décès. Les États-Unis comptent actuellement plus de 6 000 cas de ce virus.

« Comme nous l’avons allégué dans notre plainte, les autorités chinoises savaient dès le 3 janvier que la [maladie] était transmise d’homme à homme et les patients ont commencé à mourir quelques jours plus tard », a déclaré Matthew Moore, l’avocat de la société chargé de l’action collective, dans un communiqué de presse. « Pourtant, ils n’ont cessé de dire aux habitants de Wuhan et au monde entier que tout allait bien, allant même jusqu’à organiser un banquet public à Wuhan pour plus de 40 000 familles le 18 janvier. »

Si les autorités chinoises ont confirmé le premier groupe de cas de coronavirus le 31 décembre 2019, ce n’est que le 20 janvier qu’elles ont confirmé la transmission interhumaine du virus. Avant cela, les autorités avaient décrit l’épidémie comme « évitable et contrôlable ». Pourtant, une étude réalisée en janvier sur les 425 premiers cas de la maladie à Wuhan a révélé « qu’il est prouvé que la transmission interhumaine s’est produite entre contacts étroits depuis la mi-décembre 2019 ».

La République populaire de Chine, la Province de Hubei, la Ville de Wuhan et plusieurs ministères du régime chinois sont cités comme défendeurs.

« Cela aurait pu être endigué pendant ce temps où les responsables chinois cherchaient au contraire à présenter un récit positif de l’épidémie émergente pour l’intérêt économique de la Chine », a déclaré l’ancien sénateur de l’État de Floride Joseph Abruzzo, directeur des relations gouvernementales de la firme.

On s’attend à ce que l’épidémie frappe les économies du monde entier, y compris les États-Unis, certains économistes prévoyant une récession mondiale d’ici la fin de l’année. L’administration Trump a proposé un plan de relance économique de 850 milliards de dollars (774 milliards d’euros) pour soulager les retombées économiques de la pandémie.

« C’est le gouvernement chinois qui devrait payer des dommages et intérêts pour la relance économique aux États-Unis, et non le peuple américain », a déclaré Russell Berman, cofondateur de la firme.

L’action collective, déposée devant le tribunal de district américain pour le district sud de la Floride, cite quatre résidents de Floride comme plaignants, ainsi qu’un centre d’entraînement pour les joueurs de baseball à Boca Raton. Aucun des plaignants n’a contracté le coronavirus, a déclaré Moore à law.com.

Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie COVID-19, de « virus du régime communiste chinois » ou « virus du Parti communiste chinois », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

RECOMMANDÉ