Des cafés à Minneapolis refusent de servir les partisans de Trump

Par Paula Liu
21 octobre 2019 Mis à jour: 21 octobre 2019

Trois femmes à un rassemblement de Trump ont visité un café voisin dans l’espoir d’avoir quelque chose à manger et se sont vues refuser des services par l’établissement, selon de multiples reportages.

Alpha News a rapporté que les trois femmes, qui portaient leur chapeau MAGA (Make America Great Again – rendre leur splendeur aux États-Unis) et un T-shirt « Cops for Trump », ont été appelées « terroristes » et accusées d’avoir « tué » des gens en entrant dans l’établissement.

Ce jour-là, le président Trump se rendait à Minneapolis où le rassemblement avait lieu. Avant le rassemblement, les trois femmes se sont rendu au café HardTimes afin d’acheter quelque chose à manger et d’utiliser les installations du café. Cependant, ce qu’ils ne savaient pas, c’est que l’establishment avait des opinions très arrêtées sur le président.

Jennifer Underwood, l’une des trois partisanes de Trump, a déclaré qu’une femme derrière le comptoir a commencé à dire qu’elle avait peur, selon le journal télévisé, et Mme Underwood était perplexe quant à ce à quoi faisait référence cette femme derrière le comptoir.

Dès que nous sommes entrées à la recherche d’un petit quelque chose à manger, une blonde a secoué la tête en disant qu’elle ne se sentait pas en sécurité et qu’elle « avait peur », a dit Mme Underwood, selon le journal télévisé. « Je me suis retournée en pensant qu’il y avait des gens effrayants derrière nous ou des voleurs, mais quand je n’ai vu personne, j’étais confuse. »

Peu de temps après, Mme Underwood a commencé à enregistrer l’expérience sur son téléphone.

Selon la vidéo sur YouTube, on disait constamment aux trois femmes qu’elles terrorisaient les gens et qu’elles étaient des terroristes. Il y a eu un peu de dispute dans la vidéo, et les trois femmes ont finalement été forcées de partir par les propriétaires du café sans beaucoup d’explications, selon Alpha News.

L’une des deux autres femmes obligées de partir, Jennifer Kearney Pettito, avait également filmé l’incident, mais sous un angle différent. La femme qui était derrière le comptoir s’est dirigée vers l’avant et a essayé d’empêcher Mme Kearney Pettito de filmer.

De plus, vers la fin de la version de Mme Kearney Pettito de la vidéo, un homme s’est approché et a frappé le téléphone de Mme Kearney Pettito avec une fourchette qu’il tenait.

Les femmes se sont ensuite rendues dans deux autres établissements et se sont également vues refuser des services, quoique d’une manière plus respectueuse, d’après Mme Underwood, a rapporté Alpha News.

Lorsque Mmes Underwood et Kearney Pettito ont publié leurs vidéos sur Facebook, de nombreux utilisateurs ont laissé des commentaires négatifs et en colère. Une utilisatrice, Naomi Leiniger, a qualifié Mme Underwood de « nazi » et a écrit : « Porter la peur de Trump, c’est du terrorisme, il est conçu pour inspirer la peur et la terreur. »

De plus, des utilisateurs de Facebook se seraient également rendus sur la page immobilière de Mme Underwood pour laisser des critiques négatives, selon Alpha News.

RECOMMANDÉ