Calvados : il tabasse un automobiliste, le laisse pour mort sur le bord de la route et écope de 8 mois de prison avec sursis

Par Séraphin Parmentier
19 septembre 2020
Mis à jour: 19 septembre 2020

La victime avait été sauvagement agressée à la suite d’une altercation liée à un motif futile.

Le jeudi 10 septembre, le tribunal correctionnel de Lisieux (Calvados) a rendu son verdict dans le cadre de violences survenues à Trouville-sur-Mer le 29 février.

Ce soir-là, une altercation avait éclaté entre deux automobilistes. Un jeune homme de 19 ans qui conduisait un véhicule où se trouvaient quatre autres passagers estime que le conducteur qui le suit est trop proche.

Les apostrophes fusent et les deux conducteurs finissent par descendre de leurs véhicules respectifs avant que la situation s’envenime, menant à une bagarre.

Si les circonstances de la rixe restent floues, le conducteur qui se trouvait seul a probablement eu affaire à l’autre automobiliste et à l’un de ses passagers, mineur, rapporte Ouest-France.

Frappé au niveau du crâne, il s’effondre. Les deux hommes continueront toutefois à le frapper alors qu’il gît au sol avant de le laisser pour mort.

« Deux dents et des côtes cassées, le nez dévié, plusieurs points de suture dans la bouche »

Pendant l’audience qui s’est déroulée le 3 septembre, l’avocate de la victime avait fait part de son effarement quant à la brutalité des coups portés à son client et au « niveau de violence atteint ».

Il « a eu deux dents et des côtes cassées, le nez dévié, plusieurs points de suture dans la bouche. Il aurait pu mourir », expliquait notamment l’avocate dont les propos avaient été relayés par Ouest-France.

À la suite de son agression, l’automobiliste passé à tabac s’était vu délivrer 14 jours d’Incapacité totale de travail (ITT). Les suspects avaient pu être identifiés après avoir fanfaronné sur les réseaux sociaux.

Si le conseil du prévenu a admis que la réaction de son client avait « été violente », il a insisté sur le fait que la victime l’aurait provoqué.

8 mois de prison avec sursis

Après avoir délibéré, le tribunal correctionnel de Lisieux a finalement rendu son verdict le vendredi 11 septembre, condamnant l’accusé à une peine de 8 mois de prison avec sursis probatoire de 2 ans.

Il devra également verser 300 euros à la compagne de la victime au titre du préjudice moral ainsi que 1000 euros au couple au titre des frais d’avocat. L’accusé devra aussi s’acquitter d’une provision de 3000 euros dans le cadre de la réalisation de l’expertise ordonnée par le tribunal.

Une audience spéciale doit se tenir le 13 novembre pour statuer sur les dommages et intérêts demandés par la partie civile.

Mineur, le second suspect soupçonné d’avoir tabassé la victime doit faire l’objet d’une comparution devant un juge pour enfants.

FOCUS SUR LA CHINE – La déclaration polémique du conseiller de Xi Jinping

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ