Canada: premier vote de confiance et premier revers pour les Libéraux de Trudeau

Par Epochtimes.fr avec AFP
11 décembre 2019 Mis à jour: 23 décembre 2019

Les Libéraux du Premier ministre canadien Justin Trudeau, minoritaires à la Chambre des communes, y ont connu mardi leur premier revers depuis les législatives, une majorité de députés ayant approuvé une motion de l’opposition demandant la création d’un comité spécial sur la Chine.

Le gouvernement libéral minoritaire, qui doit compter sur l’appui d’au moins un parti d’opposition pour faire adopter ses projets de loi, a en même temps remporté son premier vote de confiance: 205 députés ont approuvé des mesures budgétaires d’urgence, contre 116 qui ont voté contre, assurant ainsi sa survie.

Mais lors de la même session, les élus ont infligé aux Libéraux leur première défaite en approuvant une motion déposée par les conservateurs d’Andrew Scheer. Ce texte prévoit la création d’un comité spécial chargé d’examiner les relations entre le Canada et la Chine, qui traversent une crise sans précédent depuis un an.

 Anniversaire de l’arrestation en Chine de deux Canadien

La motion, déposée le jour anniversaire de l’arrestation en Chine de deux Canadiens soupçonnés d’espionnage il y a un an, a été adoptée par le Bloc québécois (indépendantistes), le Nouveau Parti Démocratique (NPD, gauche), les Verts, une indépendante ainsi que les élus conservateurs, soit 171 voix contre 148.

Les deux Canadiens avaient été arrêtés dans la foulée de l’interpellation à l’aéroport de Vancouver, le 1er décembre, de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, à la demande des Etats-Unis.

La Chine dément tout lien entre les deux affaires mais le gouvernement Trudeau n’a cessé de dénoncer la détention « arbitraire » des deux ressortissants canadiens, l’ex-diplomate Michael Kovrig et l’homme d’affaires Michael Spavor.

La capacité du Premier ministre de diriger sur la scène mondiale

Le futur comité spécial, composé de 12 députés et appelé à se réunir à partir de janvier, pourra convoquer comme témoins le Premier ministre, son chef de la diplomatie ou l’ambassadeur du Canada en Chine.

Le député conservateur Erin O’Toole, porte-parole du parti pour les affaires internationales, a indiqué lors des débats que ce comité visait avant tout à demander des comptes à Justin Trudeau sur sa politique étrangère.

« Pourquoi lancer ce débat lors de notre première motion d’opposition ? Parce que nous avons de graves inquiétudes quant à la capacité du Premier ministre de gouverner sur la scène mondiale dans l’intérêt national du Canada », a-t-il déclaré, selon la chaîne CBC.

 

RECOMMANDÉ