Le cancer n’arrête pas ce petit garçon mexicain qui fabrique des porte-clés pour payer son traitement coûteux

Par Celeste Armenta - La Gran Epoca
18 septembre 2019 Mis à jour: 18 septembre 2019

Le cancer est une maladie difficile à affronter pour quiconque en souffre, mais lorsqu’il s’agit d’enfants, il est impossible de garder le cœur calme. Cependant, ces petits combattants peuvent nous donner une véritable leçon d’optimisme, comme cet enfant de Monterrey au Mexique qui, malgré son jeune âge, a décidé de soutenir financièrement sa famille pour les aider à payer son propre traitement.

Gian Carlos est un petit garçon de 5 ans, et son histoire est devenue virale sur les réseaux sociaux quand on a su que l’enfant a un type de cancer avec lequel il lutte depuis deux ans.

Le garçon a reçu un diagnostic de lymphome anaplasique à grandes cellules, un cancer qui est rare et qui se manifeste habituellement chez l’adulte. Au Mexique, il n’avait pas encore été observé chez les enfants. Cette maladie est un type de cancer des ganglions et de la peau qui, chez Gian Carlos, a même infiltré sa tête, selon ce que sa mère a publié sur Facebook.

Le cas de Gian Carlos est donc vraiment unique, mais sa famille n’abandonne pas, et ce qui a fait sensation, c’est que le petit fabrique des porte-clés pour aider sa famille, parce que les médicaments dont il a besoin coûtent presque 3 000 € et que son assurance médicale ne les couvre pas.

La famille a organisé toutes sortes d’activités de financement, des événements, des tombolas et maintenant la création t la vente de porte-clés de super-héros. L’idée est venue d’un don fait en août dernier par Norma Nelly, qui gère la page Facebook Donartex con Alex, afin que la famille puisse recueillir des fonds pour les médicaments.

Et comme le temps c’est de l’argent, 13 jours plus tard, la famille recevait un cours de Norma Nelly puisque, en plus de leur donner des porte-clés, elle leur a appris à les fabriquer.

Gian était tellement heureux d’apprendre à faire les porte-clés que Mme Nelly a écrit sur sa page Facebook : « Il venait à ses cours avec bonheur et prêt [à apprendre], il repartait heureux parce que nous l’avons mis à faire ses personnages préférés. »

Le succès des porte-clés a été tel que la famille a dû publier le message suivant :

« Nous n’avons pas assez de temps pour les faire et répondre à tous vos messages, nous vous demandons d’être patients et nous vous répondrons tous à un moment donné. »

Afin de demander de l’aide pour le traitement de l’enfant, la famille a créé une page Facebook intitulée Chaîne de prière pour Gian Carlos (en espagnol), où ils publient sur la vie quotidienne de l’enfant et sa lutte contre la maladie. Ils publient également les résultats des tirages au sort et de l’achat de médicaments.

Les gens ont tellement soutenu Gian Carlos qu’un jour, même un célèbre footballeur de l’équipe locale de football est venu à l’hôpital pour rendre visite à l’enfant. Dix jours plus tard, il est revenu voir le garçon, mais cette fois-ci il apportait un t-shirt pour le petit et un autre pour la tombola, avec les signatures de tous les joueurs !

La mère du garçon explique que les gens lui demandent comment elle fait pour être si forte. « Tout le monde me dit que je suis très forte, la vérité est que je ne le suis pas, je tombe très souvent, je prends une bonne respiration, je me souviens que pour Dieu rien n’est impossible, et je vois comment mon enfant se bat et continue à se battre, alors il ne reste plus qu’à suivre son exemple », confesse sa mère sur Facebook.

La chemin n’a pas été facile. En 2018, la famille a été informée que l’enfant ne pourrait plus « supporter » la suite. Ils ont appelé toute la famille pour unir leurs forces et leur ont demandé de prier ensemble.

Avec un signe de grande maturité pour son jeune âge, Gian a assuré à sa mère : « Je sais, Maman, que je dois souffrir pour apprendre aux autres enfants à être courageux. »

Une partie du traitement que Gian a reçu consiste à recevoir des greffes de cellules souches, et celles-ci ont été données par sa mère, son père et sa sœur de 14 ans, bien que son corps ne les ait pas toujours bien reçues. Le soutien du personnel médical a également été important, et Gian a gagné l’affection des médecins et des infirmières.

Les commentaires sur les réseaux sociaux ont été d’un grand soutien tout au long du processus, et la famille est toujours reconnaissante dans ses publications.

« Gian, tu es un guerrier très courageux, avec Dieu d’abord, tu vas aller de l’avant. Que Dieu te bénisse, mon beau petit garçon », commente une internaute.

C’est dans les moments difficiles que la créativité de l’être humain a tendance à se déployer le plus, et dans le cas de ce petit, il s’agit aussi de soutenir ses parents au niveau économique. Une inspiration pour beaucoup d’enfants comme lui.

RECOMMANDÉ