Cannes : « Nous irons jusqu’au bout », précise une libraire qui refuse de fermer sa boutique, risquant une amende

Par Emmanuelle Bourdy
16 novembre 2020
Mis à jour: 16 novembre 2020

Bien que le confinement imposé par le gouvernement ait limité l’ouverture des magasins uniquement à ceux qui vendent des produits essentiels, et malgré la menace d’une verbalisation, la libraire Florence Kammermann a décidé d’ouvrir sa boutique. Une démarche avant tout économique, mais qui porte également une dimension « philosophique ». Elle a reçu de nombreux soutiens, notamment celui de l’écrivain Alexandre Jardin, et celui du maire LR de Cannes.   

Florence Kammermann, libraire indépendante à Cannes, est âgée de 52 ans. Pour elle, garder sa librairie ouverte est une question vitale, car elle n’a plus rien à perdre. « Si ma librairie n’avait pas désobéi à l’ordre et avait fermé ses portes ou effectué juste un click and collect, nous aurions liquidé la librairie avant la fin de l’année », explique Florence Kammermann à Europe 1.

Elle ajoute : « On résiste contre un système un peu absurde : nous ne sommes pas un lieu où les gens sont entassés les uns sur les autres, nous faisons respecter le protocole sanitaire… Donc nous avons contacté un avocat, nous ne fermerons pas et irons au bout de notre démarche. » Pour elle, « il n’y avait pas de raison de sacrifier les livres, notre culture, le travail d’auteur. Les librairies ne peuvent pas être fermées au public, ce n’est pas tolérable. Le livre doit être accessible à tous ».

Mais la menace d’une verbalisation plane sur la librairie de Florence, baptisée « Autour du livre ». La commerçante a bien évidemment reçu la visite des forces de l’ordre, venues constater que la boutique était ouverte. Une vidéo a été tournée, elle a circulé sur les réseaux sociaux. On y voit la libraire s’expliquer avec deux policiers, venus constater son ouverture pour ensuite rendre compte de la situation à leur hiérarchie.

Florence Kammermann leur indique : « Nous résistons […] Nous avons décidé d’ouvrir notre librairie […] et l’avons annoncé au gouvernement, au président Macron lui-même, à qui j’ai adressé une lettre, au ministre Griset, qui m’a menacée de fermeture administrative, mais je persiste parce que je considère qu’ici, comme vous le voyez, personne ne risque rien. […] Mon commerce est ouvert,  j’assume complètement mon acte. »

En contrepartie, la libraire indépendante a reçu le soutien du maire de sa ville, David Lisnard – qui est venu acheter un livre par solidarité –, mais également celui de l’ancienne ministre de la Culture Françoise Nyssen. Des écrivains ont également apporté leur appui, Alexandre Jardin est l’un d’entre eux. L’auteur du livre Le Zèbre », de « Fanfan, ou encore de sa dernière révélation Le Roman vrai d’Alexandre, s’est exprimé au micro d’Europe 1 ce dimanche.

L’auteur a affirmé que des écrivains s’engageaient à payer les amendes des libraires qui défieraient le gouvernement en restant ouverts, la survie économique de la filière étant en jeu. Un réconfort pour ces libraires, d’autant plus que la période qui précède Noël (novembre et décembre), représente 25 % du chiffre d’affaires annuel, selon Olivier Nora, PDG des éditions Grasset qui était également l’invité d’Europe 1 ce dimanche.

 NOUVEL HORIZON – Élections américaines : fraudes et manipulations

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ