Cantine : suppression de la viande dans les écoles primaires et maternelles dès le printemps 2019

16 février 2019
Mis à jour: 11 juillet 2019

À Rouen, quatorze écoles primaires et maternelles vont tester au sein de leurs cantines un nouveau concept : un repas sans viande une fois par semaine.

La viande sera toutefois remplacée par du poisson, des œufs ou encore des laitages précise le Paris-Normandie. Un nutritionniste sera chargé de garantir l’équilibre alimentaire de ces repas.

Afin d’introduire ce changement en douceur, celui-ci débutera le mardi 23 avril pour terminer juste avant les vacances d’été, le vendredi 5 juillet 2019.

Un courrier a été envoyé aux parents leur proposant de participer au test des repas « sans viande ». Les parents impliqués dans le projet ont également reçu un questionnaire qu’ils devront remplir avant le 8 mars.

Cette nouveauté s’intègre dans un changement des habitudes alimentaires déjà bien ancré au sein des cantines rouennaises, sensibles au développement durable, puisqu’elles avaient introduit le bio ainsi que les produits locaux il y a de cela quelques années.

Frédéric Marchand, adjoint au maire de Rouen en charge des écoles et des centres de loisirs, est très engagé dans cette aventure. Il explique que cette idée a germé « depuis le début du mandat », d’autant plus que « l’évolution de la société et une sensibilité accrue au développement durable modifient le comportement alimentaire de bon nombre de familles. Ainsi, certains enfants mangent moins de viande ».

M. Marchand souligne également : « Nous avons signé il y a un an une convention avec la fondation « Pour la nature et l’homme » afin d’adhérer à mon Restau responsable ».

« C’est parfois l’ensemble de l’assiette qui n’est pas consommée si la viande est présentée mélangée aux légumes et aux féculents. (…) Ces pratiques entraînent un déséquilibre alimentaire et un gâchis sans précédent », souligne t-il.

Pour remédier à cela, Frédéric Marchand souhaite réfléchir, avec les enfants concernés, sur la problématique du gaspillage.

Il est prévu que les cantines gèrent la quantité de nourriture qui sera mise dans l’assiette de chaque enfant lors des repas afin que celle-ci soit adaptée à l’appétit de l’enfant. Il leur sera proposé différentes tailles d’assiettes de la plus petite à la plus grande.

« Cette démarche écologique, je la défends car les enfants que nous formons sont les adultes de demain », explique M. Marchand qui souhaiterait que les enfants restent au moins vingt minutes à table, afin qu’ils prennent le temps de manger tranquillement. Les cantines pourraient être relookées car l’ambiance d’un lieu est un facteur d’influence qui est à prendre en compte.

Ce test sera suivi de près par la Ville qui fera une analyse en fin d’année scolaire, et décidera de son évolution dès la rentrée 2019.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires

VIDÉO RECOMMANDÉE :

« École de la confiance » : l’Assemblée prévoit des drapeaux français et européen dans les classes

RECOMMANDÉ