Canular : elles font croire à un grave accident de la route, les secours viennent pour rien

Par Léonard Plantain
22 septembre 2020
Mis à jour: 22 septembre 2020

En Corrèze, le centre des appels d’urgence a reçu un appel indiquant qu’un accident de la route venait de se produire vers Donzenac, impliquant une mère et son fils de 6 ans ainsi qu’un motard. Mais sur place, les secours n’ont rien trouvé, et pour cause : c’était une blague faite par deux jeunes filles.

L’histoire, publiée ce vendredi 18 septembre par la gendarmerie de Corrèze sur Facebook, a eu lieu vendredi 21 août, en début de soirée : « Le centre des appels d’urgence du 15 reçoit un appel indiquant qu’un accident de la circulation vient de se produire à hauteur de la commune de DONZENAC. Cet accident impliquerait une mère et son fils âgé de 6 ans. La mère serait décédée sous une moto. Immédiatement, le centre des appels déclenche l’envoi de nombreux moyens de secours et de recherche composés d’ambulance, équipe cynophile… »

La gendarmerie précise également : « En parallèle, l’hélicoptère gendarmerie du DAG EGLETONS est dépêché sur place en appui de plusieurs patrouilles d’unités du groupement de Gendarmerie de la Corrèze. » Cependant : « Aucun accident n’est localisé. »

Rapidement une enquête est ouverte pour identifier les auteurs de cet appel, amenant à un canular et à deux adolescentes « âgées de 12 et 14 ans », rapporte Ouest-France. Elles et leurs parents « se sont vu notifier une convocation devant le délégué du procureur de la République en vue d’un classement sous condition d’indemnisation du préjudice des victimes, à savoir le coût des moyens de recherche dépêchés sur les lieux », explique la gendarmerie.

Dans son message, la gendarmerie précise également que l’article 322-14 du Code pénal « punit de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende la personne qui communique ou divulgue une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l’intervention inutile des secours. Le texte n’exige pas que l’intervention ait vraiment eu lieu : il suffit que l’appel soit -de nature à- provoquer cette intervention ». En effet, « déclencher l’envoi de moyens et occuper indûment une ligne d’appel d’urgence peut empêcher ces services de secours de mener à bien leur mission », conclut la gendarmerie.

FOCUS SUR LA CHINE – La fille du Premier ministre canadien surveillée par Pékin



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ