Des cas d’inflammation corporelle rare signalés après la vaccination contre le Covid-19 font l’objet d’une enquête de l’organisme de surveillance de l’UE

Par Jack Phillips
7 septembre 2021
Mis à jour: 7 septembre 2021

L’organisme de réglementation des médicaments de l’Union européenne a dit qu’il examinait le risque d’une inflammation corporelle liée au vaccin contre le Covid-19 de Pfizer-BioNTech.

Le panel de sécurité de l’Agence européenne des médicaments examine le cas rapporté d’un adolescent danois de 17 ans qui a développé un syndrome inflammatoire multisystémique (SIM). L’adolescent s’est complètement rétabli, a dit l’agence, ajoutant que cette affection avait aussi été signalée après des vaccinations contre le Covid-19 avec des vaccins offerts par des sociétés pharmaceutiques autres que Pfizer.

« Le syndrome inflammatoire multisystémique (SIM) est rare et son taux d’incidence avant la pandémie de Covid-19 estimé à partir de 5 pays européens était d’environ 2 à 6 cas pour 100 000 par an chez les enfants et les adolescents de moins de 20 ans et de moins de 2 cas pour 100 000 par an chez les adultes âgés de 20 ans ou plus », a dit le régulateur dans un communiqué. « À ce stade, il n’y a pas de modification des recommandations actuelles de l’UE concernant l’utilisation des vaccins contre le Covid-19. »

Cette pathologie avait déjà été signalée chez des personnes après une infection au Covid-19 sans lien avec les vaccins, selon l’agence sanitaire. Mais le jeune Danois de 17 ans n’avait pas de tels antécédents médicaux.

« Il est important de comprendre qu’une évaluation minutieuse des SIM est en cours, et qu’il n’a pas été conclu que les vaccins contre le Covid-19 à ARNm provoquent des SIM », a déclaré un porte-parole de Pfizer à Reuters. Epoch Times a contacté la société pour obtenir des commentaires.

Cinq cas de SIM ont été signalés dans l’Espace économique européen au 19 août après le vaccin de Pfizer, tandis qu’un cas a été signalé avec le vaccin de Johnson & Johnson et un autre avec le vaccin de Moderna, a dit le régulateur européen.

Les données de sécurité publiées par les CDC et Pfizer lors d’un meeting lundi n’incluaient aucune incidence de SIM chez les personnes ayant reçu le vaccin, qui a été pleinement approuvé aux États-Unis le mois dernier.

Le panel de sécurité européen a dit qu’il enquêtait sur des cas de caillots sanguins dans les veines, connus sous le nom de thromboembolie veineuse, en relation avec le vaccin de Johnson & Johnson.

« La thromboembolie veineuse a été incluse dans le plan de gestion des risques du vaccin Covid-19 de Janssen comme un problème de sécurité à étudier, sur la base d’une proportion plus élevée de cas de thromboembolie veineuse observées dans le groupe vacciné par rapport au groupe placebo dans les premières études cliniques utilisées pour autoriser ce vaccin », selon l’Agence européenne des médicaments.

Le Covid-19 est la maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

Le SIM chez l’enfant, quant à lui, est un état pathologique dont l’existence a récemment été identifiée et associé au virus, selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies. Elle était d’abord appelée syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique et présentait des symptômes similaires à ceux de la maladie de Kawasaki et du syndrome du choc toxique.

Jack Phillips est un reporter d’Epoch Times basé à New York.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ