La CBC avait un «récit prédéterminé» pour ses reportages sur Epoch Times, déclare un universitaire interviewé par le radiodiffuseur

Par Omid Ghoreishi
5 juin 2020
Mis à jour: 22 juin 2020

Un expert interviewé par la CBC dans le cadre de sa récente couverture du journal Epoch Times dit qu’il pense que les reporters de la CBC essayaient d’obtenir de lui un « récit prédéterminé », disant que cela a eu un impact sur sa confiance à l’égard du radiodiffuseur national.

« Il me semble qu’ils essayaient d’inventer des informations qui leur permettraient de soutenir un récit prédéterminé. [Il s’agissait] davantage de reportages d’actualité à caractère narratif », a déclaré Stephen Noakes, maître de conférences à l’université d’Auckland, à Epoch Times.

« Ce qu’il se passait, c’était la mise en oeuvre d’une interprétation sélective des faits. »

La CBC a récemment diffusé plusieurs reportages sur ses différentes plateformes à propos d’une édition spéciale d’Epoch Times. Cette édition spéciale se concentre sur la pandémie et sur le rôle du régime communiste chinois qui a dissimulé les faits concernant l’apparition du virus dans les premiers jours, ce qui a conduit à une pandémie mondiale.

Le reportage de la CBC a été fortement critiqué par Cindy Gu, directrice de la publication de l’édition canadienne d’Epoch Times, qui a déclaré que la couverture du réseau caractérisait l’édition spéciale comme raciste même si elle se concentrait sur le Parti communiste chinois (PCC) et non sur le peuple chinois, notant que le journal Epoch Times lui-même a été fondé par des immigrants chinois.

Elle a également souligné que la publication ne publie pas de théories de conspiration, contrairement aux affirmations d’une personne interviewée par la CBC, qui a déclaré que l’édition spéciale dit que le virus a été fabriqué, bien que l’édition spéciale ne fasse aucune affirmation de ce genre.

L’édition spéciale a été distribuée dans différents quartiers du Canada parce que la publication « considère que l’information est importante pour les Canadiens », selon Mme Gu, et aussi dans le cadre des efforts d’ « échantillonnage » pour accroître la notoriété de la marque et attirer de nouveaux abonnés.

Stephen Noakes, un spécialiste de la Chine et de la politique étrangère, dit qu’il a été interviewé par la CBC dans le passé et qu’il avait beaucoup d’estime pour ses reporters et pour « leur préparation et leur professionnalisme ». Mais il a dit que c’était différent cette fois-ci.

« Cette fois-ci, j’ai simplement perçu une différence dans la nature du reportage et dans la nature de la collecte d’informations », a-t-il déclaré. « Il m’a semblé qu’ils posaient des questions suggestives. »

La première page de l’édition spéciale d’Epoch Times, distribuée le 13 avril 2020.

Stephen Noakes dit qu’il n’a pas réalisé ce qui se passait avant de voir les reportages de la CBC et la façon dont ils avaient présenté Epoch Times.

La couverture de la CBC n’examine pas le contenu de l’édition spéciale, mais cite plutôt des personnes qui commentent des choses qui ne sont pas réellement dans l’édition spéciale.

Le radiodiffuseur cite un destinataire, vivant à Kelowna, qui dit que l’édition spéciale « semblait faire allusion à des théories de conspiration comme, vous savez, peut-être qu’il [le nouveau coronavirus] a été fabriqué ». L’édition spéciale ne mentionne pas que le virus a été fabriqué.

Un scientifique est également cité par la CBC comme ayant déclaré qu’il y a un consensus élevé sur le fait que le virus n’est pas « fabriqué ». L’édition spéciale ne contient aucune mention indiquant que le virus a été créé.

Les reportages de la CBC incluent également un courrier anonyme qui dit que l’édition spéciale affirme que le virus « fait partie d’un programme de guerre biologique du peuple chinois ». L’édition spéciale n’affirme rien de tel.

Et la CBC cite un représentant du Syndicat canadien des travailleurs postaux qui affirme que la couverture de l’édition spéciale « encourage la xénophobie envers la communauté asiatique ». Mais la couverture ne parle que du Parti communiste chinois qui cache les faits concernant le virus, et non du peuple chinois ou de « la communauté asiatique ».

Le reportage de la CBC couvre également le Falun Dafa, une pratique de méditation spirituelle persécutée par le régime communiste chinois. Epoch Times a été fondé par des pratiquants de Falun Dafa, mais ne représente pas le Falun Dafa, selon Mme Gu.

Dans sa couverture du Falun Dafa, également connu sous le nom de Falun Gong, la CBC reprend un terme diffamatoire utilisé par le PCC dans le cadre de sa campagne de persécution contre le groupe. Le Falun Dafa a été déclaré « croyance protégée » en vertu du Code des droits de l’homme de l’Ontario. L’article de la CBC dit que « les pratiquants [du Falun Dafa] disent que le gouvernement chinois les persécute », alors qu’en fait, la persécution de cette pratique est bien documentée par les gouvernements et les organisations des droits de l’homme.

En commentant l’interview de la CBC sur lui et les rapports publiés, M. Noakes dit qu’il n’a jamais vu la chaîne « aborder le journalisme de cette manière ».

Il dit qu’ils ont ignoré ses réponses dans son domaine de compétence, et au lieu de cela, il a eu l’impression qu’ils essayaient de lui faire présenter Epoch Times de façon négative.

Dans un des articles de la CBC, M. Noakes, qui a fait des recherches sur la persécution du Falun Dafa pendant des années, n’est pas cité sur la persécution. Il est plutôt cité sur le financement d’Epoch Times en tant que média.

La personne qui est citée sur la persécution est un spécialiste de la sociologie et des études de communication dont les recherches portent notamment sur les médias au service de la diaspora chinoise canadienne.

Le chercheur aurait déclaré : « Il existe de nombreuses histoires sur la façon dont les membres du groupe [les pratiquants de Falun Dafa] ont été persécutés en Chine. Il pourrait y avoir certaines exagérations mais […] il est certain qu’il y a des persécutions et des violations des droits de l’homme. »

M. Noakes, qui dit avoir été interviewé pendant 30 minutes par les reporters de la CBC, a déclaré qu’il trouvait très étrange que la chaîne n’utilise aucun de ses commentaires sur la persécution du Falun Dafa.

« Ils n’ont pas vraiment utilisé ce que j’ai dit sur le fait qu’il y a ici une série d’injustices bien réelles en matière de droits de l’homme », a-t-il déclaré.

L’avocat des droits de l’homme David Matas dans une photo d’archive. (Woody Wu/AFP/Getty Images)

Mais ce sont les journalistes qui choisissent les parties de l’interview qu’ils citent en fonction de l’histoire qu’ils veulent raconter, dit-il.

« Le fait même qu’ils citent une suggestion d’une possibilité hypothétique signifie qu’ils donnent un certain poids à cette possibilité, et cela s’inscrit dans le thème général de l’histoire qu’ils essaient de présenter, et cela montre simplement l’ignorance [de la part de la CBC] », dit David Matas, avocat des droits de l’homme.

David Matas ajoute qu’il ne doute pas que certaines personnes puissent percevoir l’édition spéciale comme étant raciste et s’en plaindre, mais il dit que des gens comme le postier cité par la CBC ne savent peut-être pas grand-chose sur la Chine et sur le fait que le régime totalitaire à parti unique n’est pas synonyme de peuple chinois.

« Mais la CBC devrait savoir discerner cela », dit-il.

Terry Russell, un chercheur du Centre d’études asiatiques de l’Université du Manitoba qui a fait des recherches sur Falun Dafa, dit qu’en tant que grand média, la CBC a « la responsabilité d’éduquer les gens sur le fait que le PCC n’est pas la Chine ».

Il affirme que le régime chinois, à travers ses ambassades, ses consulats et les médias d’État, a diffusé des informations erronées pour détourner les critiques à son égard en qualifiant toute critique d’anti-chinoise, et a également répandu la haine envers le Falun Dafa.

« Je ne pense pas que la CBC ait fait grand-chose pour tenter de désamorcer ce genre de programme », déclare Terry Russell.

Il se dit déçu que la CBC « se soit tellement concentrée sur l’idée qu’Epoch Times promeut une théorie de conspiration ».

« J’ai été un peu déçu qu’ils aient fait écho aux reportages d’Epoch Times  d’une façon quelque peu sensationnaliste », dit-il.

Moins confiance en la CBC

Après la publication de son premier article le 29 avril, la CBC a ensuite publié des corrections et admis certaines erreurs dans le titre et le reportage de l’article.

Le titre original indiquait : « ’Raciste et incendiaire’ : Les Canadiens contrariés par Epoch Times qui prétend que la Chine a fabriqué le virus comme arme biologique ».

Dans le cadre de plusieurs corrections, la CBC a ensuite changé le titre, admettant qu’Epoch Times ne prétendait pas que la Chine avait fabriqué le coronavirus comme une « arme biologique », et le fait qu’un destinataire de l’édition spéciale prétendait qu’il était « raciste et inflammatoire » ne justifie pas un titre impliquant que les Canadiens caractérisent Epoch Times comme tel.

Epoch Times a interrogé la CBC sur les préoccupations de Stephen Noakes, notamment sur le fait qu’il avait découvert que les journalistes faisaient des reportages « narratifs » lorsqu’ils l’interviewaient.

La CBC n’a pas répondu à cette question ; elle a plutôt déclaré que l’article en ligne rapportait ce que Stephen Noakes avait dit « de manière juste et factuelle ».

« Nous sommes désolés d’apprendre que le Dr Noake [sic] est déçu de la façon dont nous avons utilisé ses commentaires dans notre article. Respectueusement, nous ne sommes pas d’accord avec son évaluation de notre reportage », a déclaré Chuck Thompson, responsable des affaires publiques, dans un courriel.

Le Dr Noakes dit qu’il sera plus prudent à l’avenir et qu’il « fera moins confiance à la bonne réputation de la CBC ».

« Je ne serai pas particulièrement enclin à reparler avec la CBC », dit-il. « Je serai certainement un peu plus prudent la prochaine fois. »

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ