« C’est merveilleux ! C’est féérique et c’est extraordinaire », confie un célèbre pianiste à propos de Shen Yun

« C’est merveilleux ! C’est féérique et c’est extraordinaire », confie un célèbre pianiste à propos de Shen Yun

« L’expression des danseurs dans leurs gestes qui expriment vraiment beaucoup de choses, des sentiments et des impressions, c’est très, très, très bien réalisé ! », a déclaré Emmanuel Ferrer-Laloë, pianiste classique, après avoir assisté à une représentation du spectacle Shen Yun au Corum de Montpellier le 12 mars 2020. (NTD Television)

14 mars 2020

Montpellier – Le jeudi 12 mars, les spectateurs du Corum de Montpellier ont pu admirer les artistes de la compagnie de danse classique chinoise Shen Yun pour sa cinquième représentation dans la cité héraultaise.

Présent parmi les spectateurs ce soir-là, Emmanuel Ferrer-Laloë – pianiste franco-espagnol réputé – a confié sa joie d’avoir pu découvrir le spectacle.

Lauréat des conservatoires de Toulouse et de Paris, Emmanuel Ferrer-Laloë s’est produit dans de très nombreux pays au cours de sa carrière. Il a notamment remporté de prestigieux concours internationaux comme ceux de Barcelone, de Paris ou d’Orense.

Féru de musique de chambre, il a enseigné à l’université d’Hartford (Connecticut) et a dispensé des masterclass au sein des universités de Beyrouth et de Taïwan, contribuant à la formation de nombreux interprètes professionnels.

S’il se fait désormais plus rare sur les scènes musicales, Emmanuel Ferrer-Laloë continue à dispenser ses enseignements au sein du Centre supérieur de Musique du Pays basque Musikene de San Sebastián.

« On sent qu’il y a un message derrière, un message spirituel »

À l’issue de la représentation du 12 mars, le concertiste n’a pas hésité à saluer la performance de l’orchestre symphonique de Shen Yun, estimant qu’il était en tout point « excellent ».

Le pianiste franco-espagnol a notamment été séduit par le mélange des instruments occidentaux et des instruments traditionnels chinois comme l’erhu ou le pipa. « C’est très bien fait », a déclaré M. Ferrer-Laloë.

Il a également fait part de son enthousiasme quant à la qualité des danseurs, dont il n’a pas manqué de souligner la grâce et l’habileté. « L’expression des danseurs, leurs gestes qui expriment vraiment beaucoup de choses, des sentiments et des impressions, c’est très, très, très bien réalisé ! »

Au-delà de la beauté des chorégraphies et de l’aisance technique des artistes de la compagnie, Emmanuel Ferrer-Laloë a été particulièrement sensible à la profondeur du message délivré par Shen Yun, dont l’objectif consiste à faire revivre les 5000 ans de culture traditionnelle chinoise et à perpétuer le lien immuable entre l’art et le divin qui a longtemps façonné l’histoire de l’Empire du Milieu.

« On sent qu’il y a un message derrière, un message spirituel. Cet aspect traditionnel est aussi très important. Il faut préserver les traditions », confie l’ancien pensionnaire de l’abbaye de Sorèze.

Une dimension spirituelle qui participe d’un « certain renouveau » et permet au spectateur de s’évader des affres de la modernité. « Aujourd’hui, il y a peut-être une réaction au matérialisme ambiant qui est bienvenue », précise M. Ferrer-Laloë.

« Je crois que le fond de l’Art justement, c’est de transmettre des messages, de transmettre une paix, une vision transcendantale de l’être humain et de ce qu’il représente », poursuit le pianiste.

Afin de respecter la décision du gouvernement français interdisant les rassemblements de plus de 1000 personnes du fait de l’épidémie de Covid-19, la compagnie Shen Yun s’est vue contrainte de doubler le nombre de représentations prévues au Corum de Montpellier.

Cinq séances supplémentaires ont ainsi été programmées afin de permettre à l’ensemble des spectateurs ayant réservé leurs billets d’assister au spectacle qu’ils attendaient depuis plusieurs mois, amenant les artistes à se produire neuf fois en l’espace de cinq jours.

Un effort qui a permis de limiter le nombre de spectateurs à 800 personnes par séance et de satisfaire aux mesures sanitaires en vigueur. L’endurance et le dynamisme des artistes de la compagnie n’ont d’ailleurs pas laissé d’impressionner le pianiste.

« Je trouve remarquable qu’ils puissent répéter le spectacle, alors que ce n’était pas prévu initialement ; et je trouve formidable qu’ils aient l’entraînement et l’énergie suffisante pour doubler, parce que ce n’est évidemment pas de tout repos », a souligné M. Ferrer-Laloë.

« C’est merveilleux ! C’est féérique et c’est extraordinaire »

Si l’entraînement particulièrement rigoureux des artistes de Shen Yun leur permet de multiplier les pirouettes et les arabesques enchanteresses, ils puisent également leur inspiration et leur énergie dans la pratique du Falun Gong : une discipline traditionnelle chinoise de cultivation de l’esprit et du corps qui permet d’élever ses qualités morales.

Axée sur l’Authenticité, la Compassion et la Tolérance, la pratique du Falun Gong confère aux interprètes de Shen Yun une harmonie et une énergie singulières qui leur permet de sublimer les tableaux dansés présentés sur les scènes du monde entier.

« S’ils pratiquent cette méditation, s’ils pratiquent cette manière de faire, évidemment, c’est la meilleure façon de tirer profit des énergies, ils peuvent donner le maximum ! », s’enthousiasme Emmanuel Ferrer-Laloë.

Conquis par le spectacle et les valeurs portées par les artistes de la compagnie, le concertiste ne tarit pas d’éloges au moment de recommander Shen Yun : « C’est merveilleux ! C’est féérique et c’est extraordinaire, avec beaucoup de précision, beaucoup de finesse ».

Epoch Times considère Shen Yun Performing Arts comme l’événement culturel le plus important de notre époque et couvre les réactions du public depuis la création de la compagnie en 2006. En tournée en France jusqu’au 10 mai à Tours, Nantes, Montpellier, Aix-en-Provence, Roubaix, Nice et Paris.