Ce vétéran aide les anciens combattants à faire la transition vers des emplois civils

Par Andrew Thomas
14 janvier 2020 Mis à jour: 14 janvier 2020

L’adaptation à la vie civile peut être une entreprise ardue pour les anciens combattants, et trouver un emploi rémunéré est un facteur important de la transition. Adam Gonzales est un ancien soldat qui a mis ses compétences au service de l’entreprise privée Blackwater, spécialisée dans les activités militaires. Aujourd’hui, il aide d’autres anciens combattants à entrer en contact avec des employeurs qui peuvent tirer le meilleur parti de leurs compétences.

Adam Gonzales, 40 ans, vit dans le nord de la Virginie. Enfant, il était patriote. Il se souvient très bien quand il entendait l’hymne national avant chaque grand événement ; aussi, réciter le serment d’allégeance à l’école chaque matin renforçait son amour pour l’Amérique.

À l’âge de 20 ans, il s’est enrôlé dans l’armée américaine. Il a servi dans une unité de surveillance à distance, et sa mission était de sauter en parachute derrière les lignes ennemies et de recueillir des renseignements sur l’ennemi. Il a été déployé en Afghanistan et a servi partout dans le pays. Après quatre ans de service, il a fait la transition vers le secteur militaire privé et a commencé à travailler pour Blackwater.

Entreprise militaire privée

En janvier 2004, Blackwater a passé deux semaines à évaluer les capacités d’Adam Gonzales. À l’époque, bon nombre des anciens combattants de Blackwater provenaient d’unités militaires d’élite de l’armée, de la marine, de l’armée de l’air et du corps des Marines.

« Ce que j’en ai retiré, c’est que j’avais besoin de m’entraîner dur tout le temps, tous les jours, surtout si je voulais en faire une carrière. Dans mes premières années, j’avais besoin d’être bien formé et d’apprendre autant que possible de ces gars plus âgés et plus expérimentés qui venaient d’unités d’élite de l’armée », a expliqué Adam.

Immédiatement après la période d’évaluation, Adam a été déployé en Irak dans le cadre d’un contrat de protection de l’ambassadeur des États-Unis en Irak, M. Paul Bremer. À l’époque, Al-Qaïda en Irak proposait une prime de 15 millions de dollars sur M. Bremer. Pour les militaires privés, il y avait une prime de 50 000 $ sur leur vie.

Adam Gonzales a travaillé comme soldat dans une société militaire privée après son service dans l’armée américaine. (Avec l’aimable autorisation de Silent Professionals)

Dès leur arrivée, Adam Gonzales et ses collègues sont entrés dans une zone de guerre active. À l’atterrissage, ils sont tombés sur un tronçon de route de 5 km qui menait à la zone verte – le tronçon de 5 km le plus dangereux au monde à l’époque, selon M. Gonzales. Il se souvient qu’environ 20 personnes étaient tuées sur cette route chaque jour.

« C’était comme relever un défi. Ils ne voulaient pas vraiment que les gens conduisent entre sept heures du matin et midi. En fait, c’est à ce moment-là que la plupart des accidents se produisaient. Il s’agissait de tirs d’armes légères, d’embuscades, de lance-roquettes antichar (RPG), d’engins explosifs improvisés (IED), de véhicules piégés (VBIED), qui étaient les engins explosifs improvisés embarqués dans les véhicules, donc les chances de se faire tuer juste sur cette portion de route le premier jour étaient extrêmement élevées », se rappelle Adam.

Heureusement, Adam Gonzales et ses collègues ont pu se rendre à Bagdad sans être touchés. Néanmoins, chaque jour était dangereux. Ils ont transporté M. Bremer dans tout Bagdad et l’ont protégé dans sa résidence. Parfois, ils travaillaient 24 heures sur 24 pour s’assurer qu’il soit en sécurité.

Au bout de six mois, Adam Gonzales et ses collègues ont terminé leur travail. Ils ont escorté M. Bremer jusqu’à un avion, et il est retourné chez lui, sain et sauf, auprès de sa famille.

L’échapper belle

Après quatre ans chez Blackwater, Adam Gonzales a commencé à travailler pour une autre entreprise. Son premier travail consistait à protéger les transports de courrier américain qui étaient livrés aux avant-postes éloignés dans la campagne afghane. Il a appris à quel point le courrier était essentiel pour le moral des troupes américaines, et pour cette raison, cela faisait aussi de lui et de la milice avec laquelle il travaillait une cible constante pour les talibans. À tout moment, de 200 à 300 combattants talibans tendaient une embuscade à leur convoi.

Adam Gonzales a continué à travailler dans le secteur militaire privé jusqu’à ce qu’il lui arrive un dernier coup dur en 2012, toujours en Afghanistan, ce qui l’a fait réfléchir profondément sur son travail. Pendant ce contrat, lui et les combattants afghans avec lesquels il travaillait dans un avant-poste de combat ont été attaqués chaque jour. Un jour, une hutte en bois dans laquelle il vivait a été touchée par une roquette, et elle a brûlé. Heureusement, il était à l’extérieur.

« J’en suis arrivé à un point où je me suis dit qu’il fallait que je rentre chez moi et que je commence à me construire une vie aux États-Unis parce qu’à ce moment-là, je n’avais pas de vie en Amérique », a expliqué M. Gonzales.

Adam Gonzales (C) a eu du mal à s’adapter au marché du travail civil après avoir travaillé comme entrepreneur militaire privé. (Avec l’aimable autorisation de Silent Professionals)

Adam Gonzales est retourné aux États-Unis et s’est promis de s’installer et de trouver un emploi « normal ». Cependant, comme beaucoup de vétérans, il a eu du mal à s’adapter à la vie civile. Son cousin était propriétaire d’une compagnie d’électricité commerciale, ainsi il a pu obtenir un emploi d’assistant chef de projet.

« Ce fut probablement le moment le plus difficile de ma vie, car je suis passé de professionnel dans mon secteur, respecté et digne de confiance, à l’employé non professionnel du niveau le plus bas que l’on puisse avoir dans un travail que je n’aimais pas », a déclaré M. Gonzales.

Il y avait des moments où il s’asseyait dans son camion et pleurait sur le parking ou sur un chantier parce qu’il était si malheureux de ce qu’il faisait et de la direction que prenait sa vie. Il a essayé de faire en sorte que ça marche, mais au bout d’un an, il s’est senti obligé de démissionner.

Utilisation des compétences

Heureusement, un de ses meilleurs amis vivait à Houston et a pu le mettre en contact avec un emploi dans le secteur de la sécurité privée. Il a effectué des missions de protection pour des personnes fortunées, des acteurs et des rappeurs.

« C’est ce qui m’a propulsé dans le domaine de la sécurité privée et m’a permis de vraiment utiliser mes compétences », explique Adam Gonzales.

Après avoir travaillé dans la sécurité privée, lui et sa femme ont lancé leur propre entreprise appelée Silent Professionals en octobre 2017.

À ce jour, Silent Professionals a aidé plus de 5 000 vétérans à trouver un emploi dans le secteur militaire privé, la sécurité privée et la cybersécurité. Le service est également gratuit pour les vétérans qui cherchent un emploi. C’est sa propre expérience personnelle qui l’a motivé à aider d’autres anciens combattants qui se trouvent dans des situations très semblables.

« Il s’agissait en fait de bien comprendre les pièges que rencontrent nos militaires américains lorsqu’ils rentrent chez eux, et les difficultés qu’ils rencontrent pour trouver du travail », a déclaré Adam Gonzales.

RECOMMANDÉ