Des centaines de chiens élevés comme «compagnons et nourriture» ont été sauvés d’une ferme de viande et d’élevage de chiots en Corée du Sud

14 mai 2019
Mis à jour: 14 mai 2019

La Humane Society International a un double plan d’action en ce qui concerne l’élevage de chiots et le commerce de viande canine en Corée du Sud. Tout d’abord, ils visent à sauver et libérer les chiens. Cependant, en jouant le jeu du long terme, ils visent également à doter les éleveurs de viande canine des compétences et des ressources dont ils ont besoin pour adopter des moyens plus humains de gagner leur vie à l’avenir.

Les chiens que HSI a réussi à récupérer seront transportés par avion en Amérique du Nord et au Canada, où ils seront hébergés dans des familles adoptives.

©Getty Images | JUNG YEON-JE/AFP

L’industrie de la viande canine en Corée du Sud est en difficulté, car l’évolution des perspectives culturelles fait que la viande est moins recherchée qu’elle ne l’était dans le passé. Les éleveurs perdent de l’argent. HSI a déjà fermé 13 usines à chiots et à élevage de viande pour chiens, qui opèrent parfois sous le même toit. Les conditions de vie sont toujours les mêmes dans ces usines : des cages sales qui manquent de nourriture et d’eau, les animaux étant cruellement exposés aux éléments.

« Les chiots sont élevés en tant que futurs compagnons et nourriture », rapporte HSI.

©Getty Images | JUNG YEON-JE/AFP

Lors de leur dernière opération de sauvetage à Hongseong, dans l’ouest de la Corée du Sud, HSI a découvert près de 200 chiens et un large éventail de races différentes, notamment des chihuahuas, des corgis, des huskies, des caniches, des spitz nains (aussi appelés loulous de Poméranie) et des bouledogues français. Les nouveau-nés trébuchaient sur des sols grillagés sous des lampes produisant une faible chaleur, blottis contre les murs de pneus en caoutchouc pour essayer de se réchauffer.

Les « chiens de boucherie », qui attendaient d’être achetés par des vendeurs de nourriture, n’avaient pas cette chance ; ils étaient gardés au froid à l’extérieur. Bon nombre des chiens avaient des blessures non traitées, manquaient de nourriture et leur fourrure était sale et emmêlée.

©Getty Images | JUNG YEON-JE/AFP

Nara Kim de HSI Corée du Sud a publié une déclaration au nom de l’association caritative : « Les frontières entre les usines à chiots et les fermes d’élevage de viande canine s’estompent régulièrement dans toute la Corée du Sud », a-t-elle écrit. « Ces chiens souffrent aux mains de deux industries abusives, leur sort final dépendant s’ils peuvent être vendus pour davantage d’argent comme animal de compagnie ou pour leur viande. »

Les activistes de l’organisation caritative ont visité leur dernière ferme cible à plusieurs reprises avant d’exécuter le sauvetage soigneusement planifié. Lors des visites préliminaires, ils ont déplacé certaines cages à l’intérieur et amélioré la surface du sol en utilisant de la paille afin que ce soit plus doux pour les pattes endolories et souvent déformées des chiens.

©Getty Images | JUNG YEON-JE/AFP

Lee Sang-gu est le propriétaire de la ferme. Il était impatient de fermer l’entreprise depuis un certain temps : il ne gagnait plus d’argent avec l’entreprise et les membres de sa famille avaient honte de lui.

« Depuis le tout début, toute ma famille s’est opposée à l’élevage de chiens », a admis Lee Sang-gu. « Toutes mes filles et ma femme veulent que je la ferme, et elles n’ont jamais voulu visiter la ferme. »

©Getty Images | JUNG YEON-JE/AFP

Lee Sang-gu a poursuivi en expliquant qu’il avait lui-même eu honte de sa vocation ces dernières années et qu’il disait rarement aux gens ce qu’il faisait pour gagner sa vie. HSI savait qu’elle pourrait négocier avec cet agriculteur de plus en plus désespéré.

L’association a proposé un contrat de 20 ans dans lequel Lee Sang-gu s’engage à rester en dehors du commerce de la viande canine en échange d’une formation en informatique entièrement financée. Il espère devenir agent de sécurité.

Des bénévoles de HSI ont sauvé avec succès les chiens de Lee Sang-gu au cours de la deuxième semaine de février 2019. Soutenez HSI en Corée du Sud, ainsi que leur excellent travail dans le monde entier, en visitant leur site Web.

RECOMMANDÉ