Certaines villes chinoises de l’épicentre du coronavirus mettent partiellement fin aux mesures de confinement

Par Annie Wu
13 mars 2020
Mis à jour: 13 mars 2020

Cinq administrations locales de la province de Hubei, où la nouvelle épidémie de coronavirus en Chine est la plus grave, ont annoncé que les mesures de verrouillage seraient partiellement levées.

Le 12 mars, les villes de Qianjiang, Jingzhou et Shishou, ainsi que les comtés de Gong’an et Zhuxi, ont annoncé qu’elles autoriseraient des déplacements limités et la reprise des activités commerciales.

Depuis fin janvier, les autorités ont mis en place des mesures de verrouillage des résidents du Hubei, afin de contenir le virus. Ces mesures comprenaient l’interdiction des transports publics, des restrictions sur le moment et la fréquence des sorties de domicile et des contrôles routiers stricts.

Mais à l’occasion de la visite du leader chinois Xi Jinping à Wuhan, le 10 mars dernier, la première depuis le début de l’épidémie de coronavirus, les autorités ont commencé à assouplir les restrictions.

Le gouvernement Hubei a annoncé que les régions locales pourraient autoriser des déplacements limités, sur la base d’un nouveau système dans lequel les habitants téléchargeront une application sur leur téléphone et saisiront leurs informations de santé.

L’application attribuera ensuite un code de couleur en fonction de l’état de santé de la personne : vert, jaune ou rouge – ce qui correspond à différents niveaux de mobilité permise. Les autorités aux points de contrôle autoriseront ou refuseront le passage aux résidents.

Par exemple, la ville de Shishou a annoncé que les personnes ayant le code vert seraient autorisées à entrer ou à sortir des lotissements et des lieux publics.

Mais il semble qu’il y ait eu des erreurs de calcul en cours de route.

La ville de Qianjiang a annoncé le 10 mars que tous les transports publics allaient reprendre, que les entreprises commerciales allaient rouvrir et que les postes de contrôle routier allaient être supprimés. La ville est ainsi devenue la première du Hubei à lever les mesures de verrouillage.

Mais le lendemain, les autorités de Qianjiang ont annulé l’avis et déclaré que tous les transports et les déplacements personnels seraient à nouveau limités.

Et le 12 mars, Qianjiang a de nouveau levé, bien que partiellement, les restrictions.

Au cours des derniers jours, le régime chinois a fait une propagande agressive pour faire croire que l’épidémie avait été endiguée avec succès.

Les autorités chinoises ont multiplié les articles dans les médias qui présentent leurs efforts d’endiguement sous un jour positif.

L’objectif est de « promouvoir les politiques gouvernementales », de « surveiller l’opinion publique en ligne », de « découvrir des modèles exemplaires parmi les personnes en première ligne du travail de contrôle des épidémies » et de « créer une atmosphère forte de personnes unies pour travailler ensemble », selon un document interne des autorités de Shanghai qui a été obtenu par Epoch Times.

Mais les habitants de Wuhan disent que beaucoup sont encore malades.

L’épouse d’un médecin de Wuhan a déclaré au média affilié Epoch Times NTD dans une interview que certains patients qui avaient été libérés des hôpitaux locaux n’avaient pas vraiment récupéré, et avaient ensuite transmis le virus à leurs voisins du district de Hanyang.

RECOMMANDÉ