C’est dans le besoin que l’on reconnaît ses amis

Par James E. Fanell
30 avril 2021
Mis à jour: 30 avril 2021

Au IIIe siècle avant J.-C., le poète romain Quintus Ennius a écrit « y certus in re incerta cernitur », ce qui signifie « c’est dans le besoin que l’on reconnaît ses amis ». Après deux millénaires, cette déclaration est aujourd’hui discutée de Delhi à Washington par ceux qui se demandent si l’administration américaine actuelle est vraiment un véritable ami du peuple indien.

Les événements récents ont amené les Indiens à se demander si, au lieu de s’appuyer sur l’approche pangouvernementale de l’administration précédente à l’égard de l’Indo-Pacifique, qui montrait nécessairement l’importance d’un rapprochement entre les États-Unis et l’Inde, l’administration Biden ne s’adonne pas plutôt à des prises de décisions bureaucratiques en vase clos qui risquent de saper la confiance soigneusement établie.

Le premier événement majeur a eu lieu au début du mois, lorsque l’USS John Paul Jones a mené une opération en faveur de la liberté de navigation (FONOP) dans l’océan Indien occidental, près des Maldives. Les États-Unis ont déjà mené des FONOP similaires dans la région. Malheureusement, étant donné que cela s’est produit si peu de temps après le Sommet des quatre dirigeants, le communiqué de presse habituel de la 7e flotte a inutilement suscité une attention négative injustifiée.

Alors que le programme FON des États-Unis, qui existe depuis 1975, est conçu comme un recours juridique contre les revendications maritimes jugées excessives par les États-Unis et n’est pas dirigé contre une nation en particulier, Delhi se demande toujours pourquoi l’administration actuelle de Washington traite l’Inde de la même manière que la République populaire de Chine, un concurrent stratégique déclaré.

Deux autres actions de l’administration américaine actuelle ont également suscité la perplexité, et même un ressentiment croissant, du peuple indien. La première est l’annonce récente du ministère des Affaires étrangères qui a averti l’Inde qu’elle risquait des sanctions pour ne pas avoir respecté la « liberté religieuse », ce qui est particulièrement exaspérant pour l’Inde qui a une tradition de liberté religieuse et qui a courageusement accueilli le Dalaï Lama pendant plus de soixante ans.

Deuxièmement, le ministère du Trésor de l’administration a ajouté l’Inde à sa liste de surveillance de la manipulation des devises. Bien que l’Inde ait déjà figuré sur cette liste, le moment choisi pour cette annonce, compte tenu de toutes les autres décisions et actions apparemment contradictoires, menace d’ébranler la confiance qui s’est établie au cours des quatre dernières années.

Cependant, la pire décision, et de loin, concerne l’actuelle flambée mortelle du virus Covid-19 en Inde. Avec des centaines de milliers de nouveaux cas et des milliers de décès chaque jour, l’infrastructure médicale de l’Inde a été poussée à ses limites, avec des rapports faisant état d’hôpitaux débordés et de pénuries critiques d’oxygène, de fournitures médicales et de lits de soins intensifs.

Alors que l’administration Modi devra faire face à son propre public pour cette situation, il y avait un besoin évident de soutien international urgent. Très rapidement, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, et même la Chine et le Pakistan ont proposé leur aide. Sans surprise, la Russie a rapidement annoncé qu’elle organisait l’envoi d’oxygène et de médicaments.

Pendant ce temps, du côté des États-Unis, la mise en œuvre en février 2021 de la loi sur la production de défense (DPA) a entraîné l’interdiction d’exporter les matières premières (dont 35 environ proviennent d’Amérique) utilisées pour la fabrication de vaccins antivirus. Cette interdiction a eu un impact négatif sur l’industrie pharmaceutique indienne et l’a dégradée, voire empêchée, de pouvoir produire des vaccins pour sa propre population et de sauver des vies.

Alors que l’administration Biden a justifié l’interdiction générale d’exportation en disant qu’elle faisait partie intégrante du DPA, Delhi s’est demandé pourquoi l’administration Biden n’avait pas cherché à exempter l’Inde de cette loi, surtout après de nombreuses demandes de la part des diplomates indiens.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi les États-Unis avaient bloqué la livraison à l’Inde de matières premières destinées à la fabrication de vaccins, comme cela avait déjà été convenu, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères américain, Ned Price, a répondu : « Premièrement, nous avons une responsabilité particulière envers le peuple américain. Deuxièmement, le peuple américain, ce pays a été frappé plus durement que tout autre pays dans le monde, plus de 550 000 décès, des dizaines de millions d’infections dans ce seul pays. » Il a ensuite ajouté : « Il n’est pas seulement dans l’intérêt des États-Unis de voir les Américains vaccinés, mais il est dans l’intérêt du reste du monde de voir les Américains vaccinés. »

On peut comprendre que les Indiens soient stupéfaits. L’Inde a fait partie de l’équipe dans la lutte contre le Covid-19. Lors de la poussée du virus aux États-Unis en 2020, à la demande des États-Unis, l’Inde a exporté 50 millions de capsules d’hydroxychloroquine vers l’Amérique et a exporté des dizaines de millions de doses de vaccin gratuites dans le monde entier, en partie en partant du principe que les matières premières continueraient à affluer.

Il n’est pas surprenant qu’un présentateur indien respecté et normalement favorable aux États-Unis ait déclaré : « Les Russes nous envoient de l’oxygène, maintenant convainquez-nous que nous ne devrions pas acheter leurs missiles. »

Au cours du week-end, l’administration Biden s’est soudainement réveillée, et maintenant il y a des tweets de soutien et des promesses de livraison des fournitures nécessaires. Outre les vies inutilement perdues, on ne sait pas combien de dommages ont été causés à la réputation du pays. Cela sera-t-il considéré comme une « erreur de débutant » de la nouvelle administration (alors qu’elle est censée être une équipe de politique étrangère éprouvée), ou cela sera-t-il considéré comme un aperçu de la véritable pensée des dirigeants ?

Pour s’en sortir, l’administration Biden devra se rendre compte qu’elle ne peut pas traiter l’Inde de manière cloisonnée, chaque département faisant valoir ses propres arguments pour ses propres raisons, éventuellement influencées par des lobbies spécifiques. À Delhi, les attaques de la Marine, du Trésor et de l’État ne sont pas considérées isolément, mais comme un modèle.

Le fait de traiter l’Inde comme un véritable ami présente un avantage à court terme évident […] sauver des vies. L’avantage à long terme sont la poursuite d’un partenariat stratégique qui sauve le monde de l’idéologie et des actions destructrices du Parti communiste chinois, ce que nous ne pouvons faire qu’ensemble.

Il est temps pour l’Amérique de démontrer que ces paroles prononcées il y a plus de 2 000 ans restent vraies aujourd’hui : c’est dans le besoin que l’on reconnaît ses amis. L’Inde était là quand les États-Unis étaient dans le besoin, maintenant c’est au tour de l’Amérique.

Capitaine de la marine américaine à la retraite, James E. Fanell est actuellement membre gouvernemental au Centre de politique de sécurité de Genève, en Suisse. Ancien directeur des opérations de renseignement et d’information de la flotte américaine du Pacifique, sa carrière de près de 30 ans en tant qu’officier de renseignement de la marine s’est étendue sur une série sans précédent d’affectations à flot et à terre dans la région indo-pacifique, avec une spécialisation dans la marine de la République populaire de Chine et ses opérations. Conférencier international reconnu et écrivain accompli, James Fanell est également le créateur et le directeur du forum de sécurité indo-pacifique Red Star Rising/Risen depuis 2005.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ