« Trop, c’est trop ! » DeSantis signe des projets de loi pour faire face à l’influence « néfaste » de la Chine

Par Eva Fu
9 juin 2021
Mis à jour: 9 juin 2021

Le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a signé le 7 juin deux textes de loi visant à lutter contre l’influence de la Chine communiste aux États-Unis.

« Si vous regardez en ce moment, il n’y a pas une seule entité qui exerce une influence néfaste plus envahissante sur un large éventail d’industries et d’institutions américaines que le Parti communiste chinois », a déclaré le républicain lors d’une conférence de presse à Miami.

« Tout ce que nous faisons aujourd’hui, c’est dire : ‘Trop, c’est trop.’ Nous devons commencer à nous défendre, et c’est ce que fait l’État de Floride », a-t-il ajouté.

L’un des projets de loi vise à réduire l’accès du Parti communiste chinois (PCC) aux établissements d’enseignement supérieur, publics et privés, en interdisant à ces entités de conclure des accords avec le régime chinois ou des entreprises ayant des liens étroits avec l’État.

Le projet de loi exclura les instituts Confucius, un programme controversé soutenu par Pékin qui a fait l’objet d’un examen minutieux pour son rôle dans l’étouffement de la liberté d’expression sur les campus. Il garantira également que « tous les États-nations, les sociétés, les organisations et les individus qui cherchent à s’engager avec les collèges et les universités sont entièrement contrôlés », a déclaré le gouverneur DeSantis.

La Floride a fermé le dernier Institut Confucius de l’État en septembre 2019 ; il reste encore 47 établissements de ce type aux États-Unis.

Le buste de Confucius, devant le bâtiment de l’Institut Confucius sur le campus de l’Université de Troy, Alabama, États-Unis, le 16 mars 2018.

« Nous ne voulons pas que de mauvais acteurs soient impliqués dans nos collèges et universités, et nous vous tiendrons responsables si vous allez à l’encontre de ces nouvelles lois », a ajouté Ron DeSantis.

La deuxième mesure, appelée Combating Corporate Espionage in Florida Act, ferait du vol et de la vente de secrets commerciaux une infraction pénale, a prévenu M. DeSantis. Le vol ou la tentative de vol d’un secret commercial pour son propre bénéfice constitue un crime de troisième degré passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à cinq ans, a-t-il dit.

« Si la même personne essaie de vendre le secret commercial volé, elle sera confrontée à un crime de deuxième degré avec des peines encore plus lourdes », a-t-il dit, ajoutant que la personne ou l’entité serait confrontée à des peines encore plus sévères si elle agissait pour le compte d’un gouvernement étranger.

« Nous savions que nous devions nous lever, nous savions que nous devions commencer à prendre position contre cela, car cela est vraiment devenu incontrôlable », a-t-il déclaré.

Il a déclaré à Epoch Times lors d’une entrevue le 7 juin qu’avec les deux projets de loi signés, la Floride dispose « des protections les plus robustes contre l’influence du PCC qu’aucun État n’ait faites jusqu’à présent ».

Les deux mesures entrent en vigueur le 1er juillet, a-t-il précisé.

Lors de la conférence de presse, le gouverneur a cité un certain nombre de poursuites fédérales récentes contre des Chinois pour « complicité avec le gouvernement chinois ». Il s’agit notamment d’un professeur de l’université de Floride accusé d’avoir secrètement pris 1,75 million de dollars de l’argent des contribuables américains pour financer des recherches pour une entreprise qu’il a fondée en Chine.

Une femme de Jacksonville, épouse d’un officier de la marine américaine, a plaidé coupable en septembre 2020 d’avoir participé à la contrebande d’équipements de catégorie militaire vers la Chine.

Les Instituts américains de la santé ont déclaré en avril qu’ils avaient signalé 500 chercheurs soupçonnés d’avoir des liens financiers avec le PCC et d’autres adversaires étrangers. Des exemples comme ceux-ci n’ont pas reçu l’attention qu’ils méritent, a déclaré M. DeSantis, ajoutant qu’il y a une raison à cela.

« Il y a beaucoup de gens aux États-Unis qui bénéficient des largesses du Parti communiste chinois », a-t-il déclaré à Epoch Times.

Si l’influence du PCC est omniprésente dans le milieu universitaire américain, l’infiltration ne s’arrête pas là, a-t-il ajouté.

« Si vous regardez les médias d’entreprise, dans l’industrie du divertissement dans ce pays, ils sont dans la poche du Parti communiste chinois », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse. « Ils étaient à l’avant-garde pour essayer de supprimer la vérité sur la théorie de la fuite du laboratoire. »

Ron DeSantis a également noté comment Bing, un moteur de recherche appartenant à Microsoft, a censuré l’image emblématique de l’« Homme de Tian’anmen » lors de l’anniversaire du massacre de la place Tiananmen ; Microsoft a ensuite prétendu que c’était le résultat d’une « erreur humaine accidentelle ».

M. DeSantis dit que c’était une « erreur plutôt commode ».

« Il est étonnant de voir comment ces entreprises de divertissement se plient à tout ce que veut le PCC. C’est étonnant de voir à quel point les médias corporatifs de ce pays ont très peur de leur demander des comptes. Et vous voyez cela à longueur de temps », a-t-il déclaré à Epoch Times.

Ron DeSantis a déclaré qu’il avait l’intention de voir quelle différence l’action du 7 juin ferait.

« C’est une question à long terme sur laquelle nous allons devoir nous engager, et nous allons continuer à le faire. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ