Cet employeur n’engage que des femmes victimes d’attaques à l’acide et malvoyantes dans son agence de voyage

Par Robert Jay Watson
9 février 2020 Mis à jour: 9 février 2020

L’entreprise de Monsieur Bhardwaj est unique en son genre. Il n’embauche que des personnes qui ont été victimes d’attaques à l’acide, qui sont malvoyantes, et des personnes touchées par d’autres « handicaps ». « Ils ne peuvent pas voir, mais ils aideront les touristes à voir le monde », a déclaré Akash Bhardwaj à l’Economic Times.

Tout a commencé lorsque Bhardwaj a rencontré une femme de 31 ans, une ancienne gardienne de sécurité, qui a été victime d’une attaque à l’acide. Elle a perdu son emploi et a été délaissée par son mari à cause de son état de santé. « Qui va employer une femme licenciée à cause de son visage défiguré ? » lui demanda-t-elle.

C’est ainsi que M. Bhardwaj a trouvé cette idée.

Photo avec l’aimable autorisation de Akash Bhardwaj

« C’est le jour où j’ai décidé d’utiliser mon expérience dans le secteur du voyage et de lancer une start-up sociale pour aider les personnes comme elle », a déclaré M. Bhardwaj, PDG de l’agence de voyage Khaas, à Subculture. Il a également décidé d’embaucher des hommes qui ont été licenciés en raison de leur séropositivité.

En hindi, le mot « khass » signifie « quelqu’un ou quelque chose qui est spécial et différent de la normale, souvent d’une manière qui le rend meilleur ou plus important que les autres personnes ou choses », selon le dictionnaire Collins. C’est ce que M. Bhardwaj pense de ses employés, qui ont toute l’éducation et les compétences nécessaires pour réussir, mais qui n’ont aucune chance dans les entreprises ordinaires.

Photo avec l’aimable autorisation de Akash Bhardwaj

À Khaas, les employés malvoyants ont été formés aux techniques de pointe qui leur permettent de faire tout ce qu’un employé voyant doit faire. « Je forme les filles à l’utilisation d’un logiciel de lecture d’écran appelé JAWS (Job Access With Speech) », a déclaré M. Bhardwaj, « et maintenant elles sont également compétentes en braille et ont des connaissances techniques sur les forfaits de voyage, les destinations, la personnalisation des voyages ».

Contrairement à d’autres agences de voyage qui se contentent de revendre des contenus et des offres de sociétés partenaires, Khaas crée ses propres itinéraires pour les voyageurs. Les clients sont également informés sur l’entreprise et son personnel spécialisé.

« Nous nous concentrons sur les écoles et les collèges parce que les filles font des recherches sur Google et s’adressent aux directeurs, leur parlent de Khaas, suscitent leur intérêt et organisent des voyages pour les étudiants », explique M. Bhardwaj.

Photo avec l’aimable autorisation de Akash Bhardwaj

Plusieurs des employés de Khaas ont des diplômes supérieurs et une grande expérience professionnelle, en plus d’être des mères de famille qui travaillent. Les défis à relever pour rendre l’entreprise rentable ont été nombreux. Pour commencer, Khaas n’a pas les moyens d’utiliser le logiciel haut de gamme JAWS développé aux États-Unis, et la version locale ne fonctionne pas aussi bien.

Trouver un espace accessible au rez-de-chaussée a également été un défi, alors que d’autres personnes du milieu des affaires n’ont pas toujours été d’un grand soutien.

« L’entreprise avec laquelle nous partageons l’espace fait tout un plat du ‘bruit’ créé par les cannes », explique M. Bhardwaj. Néanmoins, l’entreprise a déjà dépassé toutes les attentes.

M. Bhardwaj ajoute : « Des gens ont dit que ce projet ne se réalisera jamais, puisque personne ne l’a jamais fait dans le monde. Cela m’a inspiré à le faire et à prouver que les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être ».

Photo avec l’aimable autorisation de Akash Bhardwaj

Travailler avec une équipe de professionnels malvoyants a également permis à M. Bhardwaj de mieux apprécier ses employés dits « handicapés ».

« Elles envoient des courriels, font des recherches sur Google, utilisent des téléphones intelligents, utilisent tous les médias sociaux pour Khaas et envoient des mises à jour de Whatsapp à nos clients ! »  a déclaré M. Bhardwaj. Il évoque des exemples impressionnants qui prouvent que les « atouts »  de ses employés dépassent de loin les compétences des personnes « normales » :

« L’année dernière, l’électricité a été coupée et les systèmes se sont arrêtés, et j’ai immédiatement cessé de travailler. Mais elles ont continué à travailler sur le braille et ne se sont même pas rendu compte que les lumières avaient disparu. Nous sommes tellement dépendants de la technologie que nous sommes les handicapés ».

Khaas a également l’intention de s’étendre à d’autres domaines d’activité, notamment un portail de jumelage pour les personnes handicapées en Inde. « Mon rêve est que l’Inde devienne le pays du monde où aucune personne handicapée n’est au chômage », déclare l’entrepreneur idéaliste. « D’ici 2020, Khaas veut employer plus de 5 000 femmes malvoyantes, victimes d’attaques à l’acide et patients séropositifs ».

RECOMMANDÉ