Cette attaque d’un homme par un robot pourrait-elle être le prélude du soulèvement des machines ?

24 novembre 2016
Mis à jour: 24 novembre 2016

Un robot a attaqué un homme en Chine. Selon le site d’information Sina, cet incident est survenu à l’exposition technologique Salut-Tech Fair organisée dans la ville de Shenzhen (province du Guangdong). Les internautes chinois ont traité cette attaque du robot d’un « prélude au soulèvement des machines ».

Le robot nommé Little Chubby (petit dodu), qui rappelle par sa forme et sa taille le robot R2-D2, héros de « Star Wars », a été présenté au stand d’un des exposants. Il a été créé pour éduquer les enfants de 4-12 ans et divertir les visiteurs.

À un certain moment, le robot a été laissé sans surveillance, et il en a profité. Pour une raison inconnue, il a commencé à détruire le stand de la société qui l’avait construit. Lorsqu’un des membres du personnel a essayé de l’arrêter, Little Chubby a roulé sur sa jambe. Le poids du robot était suffisant pour causer des blessures graves. Suite à cette attaque, la victime était incapable de se déplacer, elle a été mise sur un brancard et hospitalisée.

Le robot Little Chubby. (VK)
Le robot Little Chubby. (VK)

Les constructeurs n’ont pas pu donner d’explication d’un tel comportement du robot. Par la suite, certains internautes chinois s’en sont amusés sur la toile en comparant l’incident au « début de la fin de la civilisation humaine ». Pour d’autres, le robot était mécontent du fait qu’il avait été fabriqué en Chine.

Pour de vrai

En juillet 2015, dans une usine allemande de Volkswagen près de la ville de Kassel, un robot devenu incontrôlable a tué un homme. Lors des travaux de montage, le bras automatique du robot a saisi l’ouvrier de 21 ans et l’a écrasé contre une plaque en métal. L’homme a perdu la vie.

En 2013, les spectateurs des courses de taureaux annuels en Virginie ont été attaqués par un drone qui a blessé cinq personnes. Le photographe qui essayait de prendre des photos de cet incident a été le plus gravement blessé.

En février 2015, un robot-aspirateur en Corée du Sud s’est approché de sa propriétaire allongée au sol et a aspiré ses cheveux. La femme a à peine réussi à appeler les urgences qui l’ont finalement sauvée.

En juin 2015, un accident entre deux véhicules sans pilote s’est produit en Californie. Une Audi Q5 équipée de pilote automatique de la société Delphi circulait sur l’autoroute près de San Antonio et se préparait à changer de voie. Tout d’un coup, une Lexus RX450h avec un pilote automatique de Google lui a coupé le chemin.

Les trois lois de la robotique

Isaac Asimov, écrivain de science-fiction américain, a formulé trois lois de l’interaction entre les robots et les humains :

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger

  2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi

  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

En 1942, époque à laquelle Asimov couchait ces lois sur le papier, les robots n’existaient pas. Celles-ci n’étaient qu’une invention jouant un rôle déterminant dans la trame d’histoires devenu de grands succès par la suite. En toute théorie, selon leur auteur, ces lois doivent garantir la sécurité de l’homme : tacitement, elles ont imprégné l’imaginaire collectif, et il demeure acquis encore aujourd’hui que les constructeurs de robots doivent créer des robots agissant en vertu de ces lois.

L’année dernière, Stephen Hawking, Elon Musk et d’autres chercheurs ont signé une lettre d’avertissement sur les dangers potentiels de l’intelligence artificielle. Stephen Hawking a déjà averti à plusieurs reprises que l’humanité pourrait énormément souffrir des technologies modernes. Selon ce savant, le progrès scientifique et technologique conduit à la destruction de la planète.

Version russe : Пролог к восстанию машин. В Китае робот напал на человека

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ