Cette élection est loin d’être terminée

Par Brian Cates
22 novembre 2020
Mis à jour: 30 novembre 2020

Actuellement, tous les Américains sont divisés en deux camps : ceux qui ne voient rien de mal dans le déroulement de l’élection présidentielle de 2020, et ceux qui ont vu et continuent de voir des problèmes majeurs concernant la façon dont les votes ont été recueillis, vérifiés et comptés

Tandis que de nombreux médias grand public se font le porte-parole du Parti démocrate en expliquant que cette élection a été la plus sûre de l’histoire américaine, des sites d’information alternatifs continuent de rapporter les nombreux exemples de violation des lois électorales fédérales et étatiques.

Malgré les meilleures tentatives de détournement cognitif des médias d’entreprise, plus de la moitié du pays est consciente des graves problèmes liés à l’élection de 2020 telle qu’elle a été menée dans beaucoup de ces États et grandes villes contrôlés par les démocrates.

Nous sommes tous censés croire que, lors d’une élection où le Parti républicain a remporté au moins 12 sièges à la Chambre, a conservé le contrôle du Congrès et a étendu le contrôle du Parti sur les assemblées législatives des États, l’homme qui occupait la première place du Parti républicain sur le bulletin de vote, ait perdu contre Joe Biden.

Trump semble utiliser une stratégie médiatique intelligente alors qu’il travaille en coulisses

Il me semble que pendant qu’il prépare les choses en coulisses, le président Donald Trump se sert de ses spécialistes des médias pour mettre en avant certains récits dans les grands médias.

Aujourd’hui, bien sûr, les grands médias sont très hostiles à Trump et à ses représentants, et les médias ne manquent donc pas de se retourner contre ce récit de fraude électorale. Mais même lorsqu’ils tentent de s’opposer au récit de Trump, les médias finissent par augmenter la visibilité de ce récit.

Ainsi, il est efficace d’avoir votre contre-récit bien en vue dans les grands médias, même si ces mêmes médias vous hurlent sans cesse de céder et de partir.

La célèbre légiste Sidney Powell, l’ancien maire de New York Rudy Giuliani et l’ancien directeur par intérim du renseignement national Richard Grenell ont chacun déclaré que lorsque toutes les preuves seront réunies, personne ne pourra plus soutenir que la fraude massive aux élections fédérales n’a pas eu lieu lors de l’élection de 2020.

Lorsqu’une personne fait de telles affirmations, vous devez examiner ses antécédents sur ce type de déclarations.

Powell, Grenell et Giuliani ont tous obtenu des résultats dans le passé

Quand Powell a dit qu’elle avait des documents explosifs sous scellés qui feraient éclater l’affaire du général Michael T. Flynn au grand jour, elle n’a pas exagéré. C’est exactement ce qui s’est passé. Les documents ont prouvé exactement ce que Powell prétendait qu’ils allaient prouver : que le Général Flynn était victime d’une conspiration criminelle visant à le faire accuser d’un crime inexistant.

Lorsque Giuliani a fait des déclarations sur le contenu explosif de l’ordinateur portable abandonné de Hunter Biden, il s’est avéré que lui aussi n’exagérait pas. Il a déclaré que le contenu de l’ordinateur portable ferait la lumière sur les allégations selon lesquelles la famille Biden est corrompue et probablement compromise par le régime du PCC à Pékin. Et d’après ce que nous avons appris de l’ordinateur portable et des lanceurs d’alerte tels que Tony Bobulinski, l’ancien maire de New York n’embellissait pas les faits.

Grenell a déclaré que lorsque le public verrait les transcriptions déclassifiées des principaux acteurs du Spygate, il comprendrait parfaitement à quel point les démocrates et les médias les ont induits en erreur à propos du Russiagate. Et c’est exactement ce qui s’est passé. Lorsque les transcriptions ont été rendues publiques, tout le monde a pu constater qu’à aucun moment les personnes diffusant le récit du Russiagate n’ont dit sous serment qu’elles avaient vu des preuves de la collusion entre Trump et la Russie.

Quelles sont les allégations de fraude électorale spécifiques qui sont avancées ?

Quelles sont les allégations spécifiques de Grenell, Powell et Giuliani concernant la fraude électorale lors des élections de 2020 ?

 

Grenell a déclaré qu’il y a des milliers de bulletins de vote illégaux déposés au Nevada qui doivent être rejetés, c’est-à-dire des bulletins de vote de personnes décédées et de personnes qui ne vivent pas au Nevada, et qui ont peut-être aggravé leur fraude en votant dans un autre État.

Giuliani a affirmé que des centaines de milliers de bulletins ont été comptés illégalement à Philadelphie, car on a empêché les observateurs du Parti républicain de surveiller le scrutin, ce qui constitue une violation de la loi électorale.

Powell a produit une déclaration sous serment signée par une personne décrite comme un haut responsable militaire vénézuélien qui aurait été présent et aurait observé comment le logiciel Smartmatic aurait été utilisé pour truquer des élections étrangères dans des pays tels que le Venezuela et l’Argentine.

Étant donné les antécédents de ces trois personnes, je pense qu’il est très probable qu’elles confirmeront leurs dires.

Grenell, Powell et Giuliani ne sont pas en train de lancer un récit basé sur de fausses preuves sur la fraude massive aux élections fédérales. Loin de là. Les preuves vont être tout à fait réelles.

Mais leur but n’est pas de faire valoir tous les arguments dans les médias dans le cadre d’une campagne de relations publiques. La fraude électorale ne sera pas prouvée dans une émission médiatique où les différentes parties se disputeront sur leurs différents récits.

Elle sera prouvée devant les tribunaux fédéraux. Ce sera le travail des procureurs américains que le procureur général William Barr a déjà autorisé à enquêter sur la fraude électorale fédérale.

Je ne sais pas exactement ce qui se passera d’ici au 14 décembre, date à laquelle le Collège électoral doit se réunir et voter. Mais ce que je sais, c’est que les prochaines semaines ne seront certainement pas ennuyeuses.

Brian Cates est un écrivain du sud du Texas et l’auteur de Nobody Asked my Opinion… But Here is it Anyway (personne ne m’a demandé mon avis… mais le voici quand même !).

Focus sur la Chine – Trump continue de lutter contre la Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ