Elle était la dernière de sa classe à cause d’un trouble visuel – elle est aujourd’hui enseignante

Par Jocelyn Neo
26 mai 2020
Mis à jour: 19 septembre 2020

Lorsque Yang Chih Chiao a été mutée avec succès à l’Université nationale d’éducation de Taichung à Taïwan lors de sa deuxième année, ses anciens camarades de classe ont pensé que la nouvelle était une blague. Ils n’avaient jamais imaginé qu’une élève qui était autrefois dernière de leur classe était aujourd’hui en passe de devenir enseignante.

Pour la jeune Yang – qui est maintenant enseignante en maternelle – la vie n’avait jamais été facile depuis sa plus tendre enfance. Son enfance a été remplie de souvenirs gris et flous, car elle souffrait d’amblyopie, un trouble du développement de la vision – également appelé « œil paresseux » – dans lequel un œil ne parvient pas à atteindre une acuité visuelle normale. Cependant, après 18 ans de souffrance pour Yang, une série d’événements a contribué au rétablissement de sa santé.

Yang Chih Chiao avec sa mère et son frère. (Avec l’aimable autorisation de Yang Chih Chiao)

Handicapée visuelle

Se remémorant un douloureux incident d’enfance, Yang a raconté à Minghui.org qu’une fois, son professeur d’école primaire leur avait montré comment distinguer les billets de 5 et 10 dollars.

« Je n’arrivais pas du tout à les distinguer l’un de l’autre », a raconté Yang, 31 ans. « Je ne pouvais pas rattraper le ballon quand je le faisais rebondir. C’est à ce moment-là que mes parents ont découvert que j’avais une faible vue. »

Bien qu’elle ait trouvé l’origine du problème de son handicap visuel et qu’elle ait commencé un traitement de correction de la vue, la vue de Yang ne s’est pas améliorée. En outre, l’état de Yang s’est aggravé pendant le traitement lorsque son optométriste a accidentellement interverti les cristallins de son œil gauche et de son œil droit.

« Pendant six mois, je me suis sentie terriblement étourdie chaque fois que je portais mes lunettes. J’ai pleuré et pleuré. Ils n’ont pas trouvé l’erreur avant que je passe mon deuxième examen oculaire », se souvient Yang.

À cause de cette maladie, Yang, qui avait de mauvais résultats scolaires à l’époque, a commencé à se sentir « peu en confiance » devant ses camarades de classe. En tant qu’étudiante qui avait presque perdu son courage à cause de l’immense souffrance, elle a dit qu’elle ne connaissait la réponse à aucune des questions qui lui étaient posées à ce moment-là et qu’elle n’était pas en mesure de partager ses pensées avec ses camarades de classe.

Yang Chih Chiao. (Minghui)

Pour ajouter à la misère que Yang connaissait déjà, la mère du premier de sa classe lui a dit des choses blessantes. « Si mon fils était aussi stupide que toi, je l’aurais tué ! » lui avait lancé la femme.

Ces mots ont transpercé le cœur de la petite Yang comme un poignard. Cet incident inoubliable est également devenu un souvenir qui lui est resté en mémoire jusqu’à ce jour. Néanmoins, la petite Yang, au cœur brisé, a continué à faire de son mieux pour bien faire ; cependant, les choses ne se sont pas encore passées comme elle le souhaitait. Elle a commencé à se sentir plus craintive, et son stress a augmenté, affectant sa santé.

« Il n’y a pas eu un seul jour où je n’ai pas eu mal à la tête », a précisé Yang. « Je me réveillais souvent avec un terrible mal de tête. » Ce mal de tête a failli affecter son examen d’entrée à l’université nationale. Yang se souvient qu’à l’époque, elle se demandait «  pourquoi la vie était si pénible », mais elle était déterminée à terminer son examen tout en ayant un autre épisode de mal de tête.

« Je ne pouvais pas penser du tout. Il m’était difficile de bouger ! Je pensais que c’était la fin », a-t-elle avoué.

L’espoir frappe à la porte

Bien que Yang ait réussi à entrer à l’université en 2008, elle s’est souvent demandé si elle allait continuer à souffrir de la sorte pour le restant de ses jours. Yang n’avait alors qu’un seul souhait, celui de mener une vie normale. C’est à ce moment-là, que l’espoir est arrivé.

La mère de Yang souffrait énormément et ne pouvait pas se tenir droite pendant trois ans à cause d’une tumeur de l’utérus, et son médecin ne pensait pas que la chirurgie l’aiderait. Un jour, sa mère a été initiée à une discipline spirituelle appelée Falun Dafa. Après que la mère de Yang eut pratiqué les exercices lents et doux du Falun Dafa pendant quelques mois, son état s’est considérablement amélioré.

Le Falun Dafa, également connu sous le nom de Falun Gong, est une ancienne discipline de culture de l’esprit et du corps pratiquée par plus de 100 millions de personnes dans le monde entier depuis son introduction en Chine en 1992. Composée de cinq exercices et d’enseignements moraux basés sur les principes de Vérité, Compassion et Tolérance, la pratique a gagné une énorme popularité et a été reconnue pour améliorer la santé des gens.

(Dai Bing/The Epoch Times)

Voyant sa mère recouvrer la santé, Yang a décidé d’essayer de tenter sa chance. Après seulement trois mois de pratique, les 18 années de souffrance de Yang ont pris fin.

« [Auparavant,] j’avais un mal de tête terrible, et même les dos-d’âne sur la route me faisaient très mal, quand je prenais le bus », explique-t-elle. « Maintenant, prendre le bus pour aller à l’université est amusant parce que je me sens enfin comme une personne normale ! »

Une fois sa santé rétablie, Yang a pu se concentrer à nouveau sur ses études. Elle a réussi à être mutée à l’Université nationale d’éducation de Taichung pendant sa deuxième année d’université. Les progrès de Yang ont laissé ses anciens camarades de classe perplexes, car chacun d’eux se souvenait d’elle pour ses mauvais résultats scolaires par le passé.

Son parcours professionnel

Yang a ensuite obtenu une maîtrise et est également devenue institutrice dans un jardin d’enfants. Cependant, le travail d’un enseignant peut être assez difficile, surtout lorsqu’il faut faire face à des « demandes déraisonnables » de la part de certains parents.

Certaines des demandes faites par certains parents allaient de faire des jus de fruits pour un garçon parce qu’il refusait de manger des fruits coupés, à la prise en note de tout ce que les élèves avaient fait à l’école, « y compris le temps qu’ils passaient aux toilettes », a confié Mme Yang.

Yang Chih Chiao lors de la cérémonie de remise de son diplôme de maîtrise. (Avec l’aimable autorisation de Yang Chih Chiao)

En entendant des demandes aussi ridicules, Yang a voulu « discuter » avec certains parents. Cependant, elle s’est retenue après s’être rappelée qu’elle devait agir conformément aux principes du Falun Dafa, à savoir Vérité, Compassion et Tolérance. Elle a également appris à voir les choses du point de vue des parents.

« Je me suis demandé pourquoi je n’avais pas réfléchi à ce qui avait motivé les parents à réagir ainsi », a déclaré Yang. « Les enfants sont très précieux aux yeux de leurs parents. Je devrais corriger ma mentalité. »

« Depuis lors, je laisse toujours les parents finir de parler de leurs demandes, quel que soit le type de demande. Je fais preuve de compréhension et je réponds patiemment à leurs questions. Je suis devenue leur amie », a-t-elle ajouté.

Cependant, surmonter ces défis et ces souffrances à un jeune âge n’a pas été facile pour Yang. Elle attribue à la pratique de Falun Dafa le fait qu’elle ait réalisé son seul souhait de vivre une vie normale.

« C’est Falun Dafa qui m’a donné la paix et a fait de moi une personne attentionnée », a déclaré Yang. « Je remercie Dafa de m’avoir donné une nouvelle vie, une vie vraiment heureuse et saine ! »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ