Des chercheurs affirment que la croûte terrestre pourrait être en train de se scinder en deux zones au large des côtes portugaises

12 mai 2019
Mis à jour: 12 mai 2019

Les scientifiques ont découvert qu’une plaque tectonique au large des côtes portugaises pourrait être en train de se scinder en deux couches.

En 1969, un tremblement de terre a provoqué un tsunami et 200 ans auparavant, un séisme d’une magnitude de 8,7 a frappé la région, détruisant la capitale, Lisbonne, et enlevant la vie à 100 000 personnes, selon Joao Duarte, un géologue marin de l’Instituto Dom Luiz de l’Université de Lisbonne.

Les scientifiques ont été perplexes quant à la raison pour laquelle ces deux tremblements de terre ne se sont pas plutôt produits près d’une faille ou d’une fissure dans la croûte terrestre.

Certains scientifiques ont émis l’hypothèse que la croûte terrestre dans cette région pourrait se scinder en deux couches, créant ainsi une nouvelle zone de subduction, c’est-à-dire qu’une plaque tectonique s’enfonce sous une autre, selon un résumé de leurs découvertes.

« Si cela se confirme, ce serait la première fois qu’une plaque océanique est prise en train de s’écailler – et cela pourrait marquer l’un des premiers stades du rétrécissement de l’océan Atlantique, poussant l’Europe vers le Canada, comme le prévoient certains modèles d’activité tectonique »a déclaré le National Geographic.

Fabio Crameri, de l’Université d’Oslo, a déclaré que, même si « c’est certainement une histoire intéressante », l’hypothèse doit être davantage testée.

« C’est une importante déclaration », a noté Joao Duarte. « Ce n’est peut-être pas la solution à tous les problèmes. Mais je pense que nous avons quelque chose de nouveau ici ». Il a ajouté qu’il n’est pas clair comment les zones de subduction se forment réellement, disant qu’il s’agit d’une énigme non résolue.

Environ 90 % des tremblements de terre dans le monde se produisent dans le cercle de feu, dans l’océan Pacifique, qui se situe dans l’océan, allant de la Nouvelle-Zélande à la pointe sud de l’Amérique du Sud, en passant par l’Indonésie, le Japon, l’Alaska, la côte ouest des États-Unis et plus encore.

Cependant, autour de l’océan Atlantique, les plaques tectoniques se séparent et forment une nouvelle croûte.

Le National Geographic a noté que le tremblement de terre de 1969 avait frappé une zone relativement plate sous la surface de l’océan. « C’est [une zone] similaire aux plaines du Kansas sous 4,8 kilomètres d’eau », a déclaré le géologue Marc-André Gutscher, de l’Université française de Bretagne occidentale.

En 2018, un chercheur de l’Institut Dom Luiz de l’Université de Lisbonne a publié une image à haute résolution de la région, montrant des signes d’activité. « Maintenant, nous sommes 100 % assurés que c’est là », a déclaré M. Duarte au point de vente.

Le site web d’actualités scientifique, Live Science, a souligné que M Duarte et son équipe ne sont pas les premiers à proposer cette idée, ajoutant qu’elle n’a pas encore été publiée dans une revue révisée par les pairs.

Le tremblement de terre de 1755

En 1755, un tremblement de terre connu sous le nom de « Grand tremblement de terre de Lisbonne » s’est produit au large des côtes de la ville, provoquant une série d’incendies et un tsunami qui a tué des dizaines de milliers de personnes.

L’emplacement du séisme (USGS)

« Ce tremblement de terre s’est produit le jour de la Toussaint alors que beaucoup des 250 000 habitants de Lisbonne étaient dans l’église. Les bâtiments en pierre ont oscillé violemment et se sont ensuite effondrés sur les gens. Bon nombre de ceux qui cherchaient à se mettre à l’abri sur le bord de la rivière ont été emportés par un grand tsunami. Des incendies ont ravagé la ville. Un quart de la population de Lisbonne a péri. Ce tremblement de terre a eu un effet profond sur la perspective intellectuelle portée sur l’Europe », a déclaré le U.S. Geological Survey

À l’époque, l’événement a été discuté par un certain nombre de philosophes des Lumières, peut-on lire dans l’Encyclopédie du Nouveau Monde.« Grâce à un coup de chance, la famille royale s’est tirée indemne de la catastrophe. Le roi Joseph Ier du Portugal et la cour avaient quitté la ville, après avoir assisté à la messe au lever du soleil, répondant ainsi au souhait d’une des filles du roi de passer les vacances loin de Lisbonne. Après la catastrophe, Joseph Ier a développé une peur de vivre à l’intérieur des murs, et la cour a été logée dans un immense complexe de tentes et de pavillons dans les collines d’Ajuda, puis en périphérie de Lisbonne », explique l’introduction sur le séisme.
RECOMMANDÉ