Chercheurs : le seuil d’immunité collective contre le Covid-19 pourrait être inférieur à ce que l’on croit

Par Isabel van Brugen
22 juillet 2020
Mis à jour: 22 juillet 2020

Le seuil d’immunité collective contre le Covid-19, la maladie causée par le virus du PCC*, pourrait être atteint avec moins de personnes infectées que ce qui a été précédemment estimé, selon de nouvelles recherches.

Selon une étude de l’université d’Oxford (pdf), le seuil d’immunité collective, aussi appelée immunité de communauté, immunité grégaire ou encore immunité de groupe (en anglais, herd immunity threshold (HIT)) pourrait être inférieur aux estimations précédentes, car de nombreuses personnes pourraient être immunisées de façon innée contre le Covid-19, sans jamais avoir contracté la maladie.

Une équipe de chercheurs du département de zoologie de l’université d’Oxford, dirigée par le professeur Sunetra Gupta, a généré un modèle suggérant que seulement 20 % de la population pourrait devoir être résistante au virus pour prévenir la résurgence d’une épidémie.

L’étude, qui a été publiée le 16 juillet, doit encore faire l’objet d’une révision par les pairs.

« Il est largement admis que le seuil d’immunité collective requis pour prévenir une résurgence du SRAS-CoV-2 doit être supérieur à 50 %, pour tout contexte épidémiologique », indique l’étude.

Les chercheurs suggèrent que de nombreuses personnes pourraient déjà avoir acquis un certain degré de résistance au virus à la suite d’une exposition aux coronavirus saisonniers, comme le rhume.

L’immunité collective est obtenue lorsqu’un nombre suffisant de personnes dans une population sont immunisées contre une infection pour être en mesure d’arrêter efficacement sa propagation. Cela réduit les risques de transmission du virus entre les personnes et l’atteinte de ceux qui n’ont pas encore été infectés.

Micrographie électronique à balayage coloré d’une cellule (vert) fortement infectée par des particules de virus du PCC (violet), communément appelée SARS-CoV-2, isolée à partir d’un échantillon de patient le 16 mars 2020. (NIAID)

Les gens peuvent devenir immunisés contre certains virus après avoir survécu à une infection ou avoir été vaccinés. En règle générale, au moins 70 % d’une population doit être immunisée pour que l’immunité collective soit atteinte. Toutefois, la durée de l’immunité varie en fonction du virus.

« Ici, nous démontrons que le seuil d’immunité collective pourrait être beaucoup plus bas si une partie de la population n’est pas en mesure de transmettre le virus en raison d’une résistance innée ou d’une protection croisée à la suite d’une exposition aux coronavirus saisonniers », ont écrit les auteurs de l’étude, Jose Lourenco, Francesco Pinotti, Craig Thompson et Sunetra Gupta.

« Ces résultats aident à expliquer la grande variation régionale observée dans la séroprévalence et les décès cumulés, et suggèrent qu’il pourrait déjà y avoir une immunité collective suffisante pour significativement atténuer une deuxième vague potentielle », ont-ils ajouté.

Les chercheurs ont déclaré que le mélange de personnes résistantes à un virus et de personnes non résistantes au sein d’une population diminue significativement le seuil d’immunité collective.

« Étant donné les preuves de plus en plus nombreuses à l’effet que l’exposition aux coronavirus saisonniers offre une protection contre les symptômes cliniques, il est raisonnable de penser que l’exposition au SARS-CoV-2 lui-même pourrait offrir un degré significatif d’immunité clinique », suggèrent les chercheurs.

« Ainsi, une deuxième vague pourrait se caractériser par beaucoup moins de décès, en particulier parmi les patients qui présentent des comorbidités dans les classes d’âge les plus jeunes. »

Plus de 14,7 millions de personnes auraient été infectées par le virus du PCC dans le monde et au moins 610 000 en seraient décédées, selon la carte évolutive de l’Université Johns Hopkins, bien que certains experts remettent en question la fiabilité des données en provenance de la Chine.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ