Quand la chevalerie était florissante : une brève histoire de la chevalerie

Par Jeff Minick
22 avril 2021
Mis à jour: 22 avril 2021

Dans mon adolescence, mes amis, mon frère et moi faisions souvent semblant d’être des chevaliers. Nos boucliers étaient des couvercles de poubelle en métal et nos épées étaient des bâtons ou du bois de récupération avec des protections de main maintenues en place par des vis. Dans les bois et les champs, nous foncions, prétendant combattre les méchants, sauver les demoiselles en détresse et gagner notre part de gloire. Parfois, je sellais le poney que nous possédions, Fritz, et galopais dans la cour en tailladant l’air avec l’épée que mon grand-père avait fabriquée pour moi, tout en hurlant des jurons à mes ennemis imaginaires.

Nous lisions les histoires du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table ronde, regardions les films Ivanhoé et Robin des Bois, et regardions des livres d’images représentant des hommes en armure d’autrefois. L’un de mes livres préférés de la fin de mes années d’école primaire était le roman d’Howard Pyle de 1891, Men of Iron (les hommes de fer), qui racontait l’histoire de Myles Falworth, d’abord comme écuyer puis comme chevalier, et ses luttes pour racheter le nom de son père.

Peut-être inconsciemment inspiré par cette affection pour les chevaliers et la chevalerie, j’ai ensuite passé deux ans à l’université pour obtenir une maîtrise et entreprendre une année de doctorat sur le Moyen Âge. Dans ma thèse de maîtrise, j’ai écrit sur le règne du roi Henri III, successeur du roi Jean, rendu célèbre dans la légende de Robin des Bois, et j’ai pris plaisir à découvrir l’un des mentors de l’enfant-roi, William Marshal, célèbre chevalier de l’époque.

L’évolution des tactiques de guerre et l’introduction de la poudre à canon sur le champ de bataille ont finalement eu raison de ces guerriers à cheval. Ils ont disparu depuis longtemps et n’apparaissent plus que dans les films et les livres.

Mais la chevalerie a eu une durée de vie beaucoup plus longue.

Le classique pour enfants Les Hommes de fer (Men of Iron) a été écrit en 1891 et traduit en français en 1974.

Des hommes durs

Dans Knight : The Warrior and World of Chivalry, (chevalier : le guerrier et le monde de la chevalerie), Robert Jones, historien militaire et expert en guerre médiévale, consacre un chapitre entier à la chevalerie telle qu’elle était développée et pratiquée il y a 1 000 ans. Il y examine le développement de certaines règles de guerre, l’exclusivité progressive d’une classe de chevaliers, la création de divers ordres de chevalerie, le développement de l’héraldique et des insignes, la fondation d’ordres militaires tels que les Templiers et l’Ordre de Saint-Jean, et les tentatives de l’Église pour mettre fin à la violence et à la brutalité des batailles et des conquêtes.

Comme certaines célébrités d’aujourd’hui, ces guerriers médiévaux étaient très conscients de leur image. Ils souhaitaient ardemment être reconnus, tant sur le champ de bataille que dans les tournois, comme des hommes courageux sachant manier l’épée et la lance et capables de vaincre tous leurs ennemis. Ce désir de reconnaissance de leurs prouesses, de leur force et de leur courage les poussait à tenter de grandes actions, tant au combat que dans les tournois.

Ces chevaliers n’étaient pas exempts de critiques. L’Église, en particulier, tentait de limiter leur violence et leurs déprédations dans les guerres. Dans Knight, Jones cite l’exemple de Bernard de Clairvaux, un abbé français du 12e siècle, qui a dénoncé ces guerriers à cheval de la manière suivante :

« Quelle est […] Cette erreur monstrueuse et quel est le besoin insupportable qui vous pousse à combattre avec tant de pompe et d’ardeur […] Vous couvrez vos chevaux de soie, et vous garnissez vos armures de je ne sais quelle sorte d’etoffes ; vous peignez vos boucliers et vos selles ; vous ornez vos mors et vos éperons d’or, d’argent et de pierres précieuses, et puis, dans toute cette gloire, vous vous précipitez vers votre ruine dans une furie effrayante et une folie intrépide. »

Comme Jones nous le rappelle, les chevaliers du Moyen Âge ne ressemblaient que très peu à l’image romancée que nous en avons aujourd’hui. Il écrit : « La chevalerie et les plaidoiries de l’Église et des légistes pouvaient contribuer à prévenir les pires excès des raids contre la population civile, mais au fond, le chevalier était un guerrier pratique, prêt à mettre de côté les principes de sa caste si la situation l’exigeait. »

Au fil du temps, cependant, d’autres que l’Église ont cherché à adoucir et à affiner la férocité de ces hommes.

Amour et honneur

Pendant plusieurs centaines d’années, la littérature, la chanson et les femmes de la classe supérieure ont contribué à élever les normes du code de la chevalerie.

À la fin du Moyen Âge, l’amour courtois – l’affection chaste d’un chevalier pour sa reine ou pour une autre dame de la cour, et l’accomplissement d’actes héroïques en son honneur – est devenu à la mode. La mesure dans laquelle les chevaliers ont réellement pratiqué l’amour courtois reste discutable, mais il est certain qu’il est devenu le sujet des chansons des troubadours et des contes racontés par les poètes dans les grandes salles.

La littérature écrite de la fin du Moyen Âge s’intéresse aussi fréquemment à la chevalerie. Le poème du XIVe siècle « Sire Gauvain et le Chevalier vert » nous emmène d’abord à la cour d’Arthur à la période de Noël, où nous sommes témoins du comportement courtois des chevaliers et des dames, puis dans une quête avec Sire Gauvain, le plus saint des chevaliers de la Table ronde. Dans les Contes de Canterbury, Geoffrey Chaucer nous donne une merveilleuse description du chevalier : un homme doux et humble, sobrement vêtu, qui a participé à de nombreuses guerres et qui est « un verray, parfit, gentil knyght[un vrai, parfait, gentil chevalier]. »

Image provenant du manuscrit original du poème « Sire Gauvain et le Chevalier vert », vers le 14e siècle (Domaine public)

Publié en 1485, Le Morte d’Arthur (qui signifie la mort d’Arthur), de Thomas Malory est une compilation des contes d’Arthur qui a idéalisé la chevalerie et est devenu la source de tant de nos propres livres et films sur la cour du roi Arthur. Malory a écrit ce livre à une époque où les hommes vêtus d’une armure et chevauchant des chevaux de guerre allaient bientôt disparaître des champs de bataille, mais il a intégré dans son histoire et ses personnages les vertus que nous associons aujourd’hui à la chevalerie.

Voici quelques-unes des vertus chevaleresques que l’on retrouve dans les récits romantiques de Malory :

Comme ses homologues antérieurs, le chevalier devait faire preuve de prouesses et de bravoure sur le champ de bataille.

Il pratiquait la largesse, partageant avec ses compagnons et souvent avec les pauvres les richesses qu’il possédait.

Il était fidèle dans ses pratiques religieuses.

Il s’engageait à protéger les femmes et les opprimés.

Il était loyal envers son roi et son seigneur.

Il était miséricordieux et juste.

Il endurait stoïquement les épreuves.

La chevalerie : une renaissance

Bien que les chevaliers et les châteaux soient devenus obsolètes, le code de la chevalerie est resté et s’est transformé en code des gentlemen. Les pères fondateurs des États-Unis, par exemple, se sont peut-être rebellés contre leur roi, mais ils auraient accepté comme allant de soi les autres vertus vantées par Malory.

Plus tard, lorsque l’Angleterre victorienne s’est entichée du Moyen-âge, ces idéaux de chevalerie ont fait partie de la littérature et de l’art. Le roman Ivanhoé de Sir Walter Scott (1819) a contribué à raviver cet intérêt pour l’Angleterre médiévale. Ce roman a connu un énorme succès, tant en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis, et est aujourd’hui considéré comme l’un des livres phares du XIXe siècle. Les descriptions du roi Richard, de Robin des Bois et des chevaliers et dames fictifs que fait Scott ont contribué à faire revivre les valeurs de la chevalerie.

La chevalerie du Moyen Âge a été adoptée à la fin de l’ère victorienne. (Collection Everett / Shutterstock)

La poésie victorienne reflète également les vertus chevaleresques. Lisez If (version traduite en français ici) de Rudyard Kipling, et vous y trouverez des conseils sur le stoïcisme et l’honneur qui auraient pu plaire à un William Marshal. Visitez le site de Sir Henry Newbolt « Play Up! Play Up! And Play the Game! » (Montrez-vous sous votre meilleur jour, n’hésitez pas ! Et prenez-vous au jeu !) Et les valeurs du XIVe siècle se mêlent à celles du Victorien qui a composé ce poème. Ici, un écolier, comme les écuyers d’autrefois, apprend sur le terrain de jeu des leçons qu’il portera plus tard au combat. Dans Idylls of the King (idylles du roi), Alfred Lord Tennyson raconte l’histoire d’Arthur, de son amour pour Guenièvre et de la chute de son royaume.

Les peintres préraphaélites ont également rendu hommage aux chevaliers et aux dames d’autrefois. Des artistes comme Millais, Rossetti, Hunt et d’autres ont donné au monde de nombreuses œuvres représentant des chevaliers chevaleresques, l’un des thèmes les plus populaires étant le sauvetage d’une jeune fille d’un danger quelconque. Dans l’exposition Pre-Raphaelite Knights : Reinventing the Medieval World, (chevaliers préraphaélites : réinventer le monde médiéval) au Bowes Museum du Nord de l’Angleterre propose une excellente visite vidéo de certaines de ces peintures.

Edmund Blair Leighton, un artiste préraphaéliste, a capturé l’essence de la chevalerie d’un chevalier dans sa peinture Dieu te protège (God Speed). (Domaine public)

La chevalerie est-elle morte ?

De nombreuses personnes, en particulier les femmes, se plaignent de la mort de la chevalerie, du fait que les hommes ne se comportent plus en gentlemen, qu’ils manquent de manières et de politesse. Il y a peut-être une part de vérité dans cette idée. Après tout, nous avons largement banni l’expression « Mesdemoiselles et Messieurs » du discours public, et quand les mots disparaissent, les concepts qu’ils représentent aussi.

Mais la chevalerie a toujours été plus que la courtoisie et les bonnes manières. Elle englobe des valeurs telles que l’honneur, la loyauté, le courage, la générosité en temps et en argent, la volonté de défendre les faibles et, aussi démodé que cela puisse paraître, de traiter les femmes comme des dames. Certains diront que même ces vertus ont disparu chez de nombreux hommes. Il est certain que nos médias rapportent souvent des histoires d’hommes qui n’ont pas pris la défense d’une femme agressée, de dirigeants qui semblent manquer de sens de l’honneur et d’autres qui échouent lorsque les circonstances mettent leur courage à l’épreuve.

Si la chevalerie est en train de disparaître, le coût qui en résultera pour notre culture sera énorme. Le développement de ces vertus a nécessité des siècles de travail et de raffinement, et les vertus chevaleresques font partie des fondements de notre société.

Il y a encore des hommes qui font preuve de chevalerie. (BlueSkyImage / Shutterstock)

D’un autre côté, lorsque je me détourne des gros titres de l’actualité et que je regarde ma famille, mes amis et mes voisins, je vois beaucoup d’hommes qui pratiquent encore les vieilles méthodes de la chevalerie, qui traitent les femmes avec respect, qui aident les autres chaque fois qu’ils le peuvent et qui mènent une vie honorable. Ils ne montent pas des chevaux blancs ni n’agitent pas d’épées brillantes, mais à mes yeux, ce sont des chevaliers, des hommes forts et bons, dignes de respect et d’éloges.

Jeff Minick a quatre enfants et un nombre croissant de petits-enfants. Pendant 20 ans, il a enseigné l’histoire, la littérature et le latin en cours à domicile à Asheville, en Caroline du Nord. Aujourd’hui, il vit et écrit à Front Royal, en Virginie, aux États-Unis.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ