Un chien errant se cachant sous une voiture à Dubaï supplie un passant de le ramener chez lui

Par Louise Bevan
8 mars 2019 Mis à jour: 24 septembre 2019

Pour un jeune homme sous la chaleur étouffante du soleil de Dubaï, comme pour la plupart des gens, c’était une journée typique. C’était aussi une journée typique pour un chien émacié qui s’abritait sous une voiture et se frayait un chemin parmi les déchets. L’homme en question était Anand Raman ; le chien en question s’était caché sous une voiture devant le bureau de la sœur d’Anand Raman.

Anand Raman, qui était en route pour rendre visite à sa sœur, vit tout de suite le chien.

En s’adressant à The Dodo, Anand Raman décrit le chien malheureux : « Sa fourrure était emmêlée et ses jambes n’étaient pas bien. » Mais Anand Raman ne fut pas découragé par les apparences. Le chien a couru vers lui « avec une attitude curieuse mais enjouée, agitant la queue avec excitation », alors qu’Anand Raman s’agenouillait pour l’attirer. Le chien cherchait à capter toute son attention, comme s’il venait de trouver son meilleur ami.

La bonne manière d’agir semblait incroyablement évidente.

Anand Raman s’est mis à caresser doucement le chien et à réfléchir à un plan. Sa sœur l’aiderait, il le savait. Son beau-frère aussi. Après quelques appels téléphoniques empressés et un solide « oui » des deux membres de la famille, Anand Raman amena le chien dans leur voiture.

« Il s’est immédiatement endormi sur mon épaule », se souvient Anand Raman.

Le premier arrêt prévu était chez le vétérinaire. Le chien qui, d’après son apparence, n’avait jamais appartenu à quiconque ou été aimé de quelque façon que ce soit, était épuisé. À la clinique, Anand Raman en apprit davantage : le chien souffrait de rachitisme, une maladie qui rend les pattes courbées, et d’un retard de croissance, qui sont des conséquences de la malnutrition chronique. Cependant, le vétérinaire assura à Anand Raman qu’il était possible de traiter l’animal.

C’était le jour de chance du chien. Anand Raman avait l’intention d’adopter ce chien, et cette entreprise allait agrémenter sa vie de façon phénoménale, tout comme celle du chien !

À la maison, Anand Raman donna un bain au chien, qui était à la fois sale et plutôt malodorant. « J’ai été surpris d’apprendre que sa fourrure était en fait d’un blanc pur après que toute la saleté et la crasse se sont détachées de son corps », a raconté Anand Raman. Sachant que son nouveau colocataire aurait besoin d’un nom, Anand Raman choisit « Milou ». Après son expérience de changement de couleur à l’heure du bain, cela lui semblait approprié.

Une visite chez le vétérinaire et un bain étaient une excellente façon de débuter, mais l’adaptation de Milou dans son nouveau foyer fut plus difficile que prévu. Et non pas parce que Milou ne voulait pas être là, bien au contraire. Le pauvre chien, qui avait probablement passé toute sa vie dans la rue, n’arrivait pas à croire à sa chance… et c’est pourquoi il ne pensait pas que ça durerait.

« Il ne savait pas trop où aller et quoi explorer, alors il s’asseyait dans un coin », expliqua Anand Raman. « Il était constamment terrifié à l’idée que j’allais le laisser dans la rue. » Anand Raman poursuit en décrivant comment chaque fois que son nouveau propriétaire l’emmenait faire une promenade, Milou tirait sur sa laisse vers l’immeuble où ils vivaient. « Ça a duré un certain temps, poursuit Anand Raman, jusqu’à ce qu’il réalise que nous n’allions pas le laisser partir de sitôt. »

Ainsi, il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que les choses changent. Deux mois plus tard, Milou avait accepté sa nouvelle demeure. Et il était très, très à l’aise, même en dormant sur le lit avec son nouveau meilleur ami. Un million de fois mieux que sous une voiture dans un parking de bureau.

« [Milou] dort et attend qu’on rentre du travail », dit Anand Raman. « Il s’entend étonnamment bien avec n’importe quel chien qu’il croise », poursuit-il, probablement en raison de sa vie dans les rues de Dubaï et d’un mécanisme d’autoprotection bien rodé. En tant que tel, il est aussi « très bien élevé avec les enfants et les invités », a déclaré avec joie Anand Raman.

Ce jeune homme et ce chien autrefois émacié n’avaient pas réalisé au début à quel point leur vie allait changer lors de cette journée chaude et ensoleillée à Dubaï. « Il nous couvre de son amour, dit Anand Raman, et nous lui rendons la pareille. »

Photos : Avec l’aimable autorisation de Anand Raman

RECOMMANDÉ