Du «chien grillé vivant» : la maltraitance animale en Chine atteint de nouveaux sommets

Par Epoch Times
20 mai 2019 Mis à jour: 13 juillet 2019

AVERTISSEMENT : Cet article contient des images pouvant heurter la sensibilité du lecteur.

Un restaurant de la province chinoise du Shandong, servant de la viande provenant de chiens vivants cuits au barbecue, a été dénoncé par des utilisateurs de médias sociaux bouleversés.

Bien que des vidéos aient été originellement diffusées par le propriétaire du restaurant en mars, les utilisateurs des médias sociaux ont exposé les méthodes de cuisson du restaurant le 15 mai, selon divers médias chinois. Selon le post, le restaurant décrivait la viande comme « Chien grillé vivant » et « Chien écorché vif ».

Le 3 mars, ce restaurant – nommé Ol’ Liu’s Dog Meat Restaurant – a d’abord partagé des vidéos des chiens en cours de cuisson. Sur le côté droit du magasin, une pancarte indiquait : « Teriyaki Dog Meat » (viande de chien Teriyaki).

Les utilisateurs ont diffusé les images d’un homme utilisant un chalumeau sur la tête d’un chien, montrant clairement qu’il était encore en vie lorsqu’il s’est levé et a tenté de s’échapper quelques secondes plus tard. La tête du chien était noircie et on pouvait voir du sang sur sa fourrure mouillée. La vidéo du chien brûlé avec un chalumeau a été décrite par le restaurant comme étant « Viande de chien à la peau croustillante à la mode du Sud ».

Un chien cuit vivant au chalumeau (à gauche) et essayant de s’échapper quelques secondes plus tard (à droite). Le premier partage en ligne s’intitulait « Viande de chien à la peau croustillante à la mode du Sud ». (The Beijing News)

L’homme qui a partagé initialement les images est le mari de la propriétaire du restaurant. Il a déclaré au Beijing Times par WeChat que « c’est la recette spéciale d’autres restaurants de viande canine nommée ‘Viande de chien, peau croustillante à la mode du Sud’ (Southern Crispy-Skin Dog Meat)' ». Le mari n’a pas explicitement confirmé ni nié que le chien avait été cuit dans le restaurant de son épouse.

WeChat est le programme de messagerie instantanée le plus populaire en Chine et possède une fonction de partage d’images et de vidéos similaire à Facebook.

Une autre vidéo montrait un chien allongé sur le dos sur une grille de barbecue. Sa mâchoire se contractait encore et il gémissait faiblement. Le chien allongé sur la grille était décrit comme un « barbecue vivant non éviscéré ».

Un chien, toujours vivant, gémissant sur une grille métallique. Il a été décrit comme un « barbecue vivant non éviscéré ». (The Beijing Times)

Une autre image, partagée le 9 mars, montrait un chien écorché vif, avec la légende : « [Un] enfant enlevant la peau d’un chien encore vivant. »

L’image d’un chien qui aurait été écorché vif avec l’aide d’un jeune garçon. (The Beijing News)

Lors d’un entretien téléphonique, la propriétaire du restaurant a répondu aux allégations selon lesquelles un jeune enfant aurait tué un chien. « Comment un enfant peut-il tuer un chien ? », a-t-elle déclaré au Beijing News.

« Mon enfant est en CP, pourrait-il aider à tuer un chien ? », a répété la femme au Beijing Times. « Vous n’y avez pas pensé ? »

Le restaurant qui a été dénoncé, et qui proposait de la « viande de chien Teriyaki », à droite sur l’image. (The Beijing News)

Lorsqu’on lui a demandé s’il était possible de faire cuire un chien vivant au barbecue, la propriétaire du restaurant a répondu que tuer un chien équivaut à tuer des moutons, des porcs et des poules. Elle a également demandé à la journaliste si tuer ces animaux-là était cruel.

« Pourquoi les élevez-vous ? Ne les élevez-vous pas tous pour qu’ils soient mangés ? », a-t-elle rétorqué. « On ne vole pas les chiens, tous les chiens que nous utilisons sont ceux dont les gens ne veulent pas. »

RECOMMANDÉ