Les chiffres du Covid-19 en Suède continuent de baisser, même sans confinement

Par Tom Ozimek
4 août 2020
Mis à jour: 4 août 2020

La Suède, qui n’a jamais été confinée en raison du Covid-19, continue de faire état d’une baisse du nombre de nouvelles infections et de décès, tandis que plusieurs autres pays européens qui ont imposé des restrictions à grande échelle sont à l’affût de pics du nombre de cas et, éventuellement, de décès.

En Suède, les taux quotidiens de décès et d’infection par le virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois) ralentissent progressivement depuis leurs pics respectifs d’avril et de juin. Les nouveaux cas quotidiens ont continué à diminuer, passant d’une moyenne mobile de 1 134 cas sur sept jours le 24 juin à 228 le 2 août, selon le dernier décompte de Worldometers, tandis que les décès quotidiens sont passés d’une moyenne de 99 cas sur 7 jours le 16 avril à une fourchette de 1 à 2 décès depuis le 28 juillet.

Contrairement à la plupart des pays européens, les autorités suédoises ont choisi de ne pas imposer de mesures de confinement strictes et ont maintenu la plupart des écoles et des entreprises ouvertes pendant toute la durée de l’épidémie de Covid. La semaine dernière, le gouvernement a annoncé qu’il cesserait de déconseiller les voyages non nécessaires en Norvège, au Danemark, en Suisse et en République tchèque.

Des gens sont assis dans un restaurant à Stockholm le 8 mai 2020, durant la période de pandémie de coronavirus Covid-19. Photo par Jonathan NACKSTRAND / AFP via Getty Images.

Le Danemark voisin et la Norvège, dont les gouvernements ont adopté une approche plus stricte en matière de verrouillage, voient tous deux leurs nouveaux cas quotidiens rebondir. Le Danemark, qui a atteint le 9 juillet un minimum de 14 nouveaux cas par jour, en moyenne mobile sur 7 jours, a connu une augmentation constante de 50 nouveaux cas par jour le 2 août. La Norvège, qui, le 22 juillet, avait atteint une moyenne mobile de 7 nouveaux cas quotidiens sur une période de 7 jours, a depuis lors augmenté à 21 nouveaux cas par jour, à partir du 2 août.

Les décès quotidiens en Norvège ont fluctué entre 0 et 1 depuis le 21 mai, tandis que les décès quotidiens au Danemark se situent dans cette fourchette depuis le 14 juin.

CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Les deux pays d’Europe qui ont connu les pics les plus importants dans la nouvelle courbe des infections quotidiennes sont l’Espagne et le Royaume-Uni. L’Espagne, après avoir aplati sa courbe, passant d’un pic de 7 800 nouveaux cas quotidiens le 1er avril à 279 le 10 juin, selon une moyenne mobile de 7 jours, a connu une poussée à 2 300 nouveaux cas en 1 jour le 31 juillet, pour diminuer à 1 694 le 2 août. Le nombre de décès quotidiens en Espagne est toutefois resté stable, la moyenne sur 7 jours fluctuant entre 1 et 2 depuis le 14 juillet.

Le Royaume-Uni, qui avait une moyenne de 4 999 nouvelles infections quotidiennes sur 7 jours au 14 avril, a aplati la courbe à 545 le 8 juillet ; depuis, elle a augmenté progressivement pour atteindre 753 nouvelles infections quotidiennes. Le nombre de nouveaux décès quotidiens a fluctué entre 64 et 65 depuis le 27 juillet, en baisse constante par rapport au pic de 943 décès enregistré le 24 avril.

Pourtant, en nombre absolu de décès dus au Covid-19, le bilan de la Suède, qui s’élève à 5 743, soit 568 par million d’habitants, a dépassé celui de ses voisins nordiques, le Danemark et la Norvège, tout en restant inférieur à celui de certains pays européens qui ont été confinés comme le Royaume-Uni et l’Espagne.

Les gens se rassemblent dans un parc à Stockholm le 29 mai 2020, en pleine période de pandémie de coronavirus COVID-19. Photo par Jonathan NACKSTRAND / AFP via Getty Images.

En attendant, les données qui seront publiées le 5 août devraient confirmer que la décision de la Suède de ne pas confiner le pays a adouci le coup porté à son économie par la pandémie.

Les autorités suédoises vont publier une estimation du produit intérieur brut (PIB) pour le deuxième trimestre, les économistes interrogés par Bloomberg prévoyant que ce chiffre soit de moins 7 %. Si les estimations concernant le chiffre du PIB annualisé et corrigé des variations saisonnières se confirment, ce trimestre sera le plus mauvais que la Suède ait connu depuis le début de l’enregistrement des données en 1960. En comparaison, l’économie suédoise a subi sa pire récession au deuxième trimestre de 1980, lorsque le PIB a chuté de 4,8 %. Néanmoins, une baisse de 7 % sera certainement bien inférieure à celle de la zone euro de 19 membres, qui a chuté de 12,1 % au cours du deuxième trimestre (pdf).

« Bien que la Suède n’ait pas été immunisée contre le Covid, malgré son confinement léger, nous nous attendons à ce qu’elle soit la meilleure d’un très mauvais groupe cette année », peut-on lire dans un récent rapport des analystes britanniques Capital Economics.

L’une des raisons possibles pour lesquelles l’économie suédoise a mieux résisté aux retombées de la pandémie que les autres pays de la zone euro est qu’elle a maintenu ses écoles primaires ouvertes, permettant aux parents de continuer à travailler au lieu de prendre des congés pour rester à la maison avec leurs enfants, indique le rapport.

Lars Calmfors, professeur émérite d’économie internationale à l’université de Stockholm, est cité dans le rapport comme ayant déclaré que si une deuxième vague de Covid-19 frappe la Suède à l’automne, cela pourrait freiner la reprise économique.

« Tout dépendra de ce qui se passera pendant l’automne : avons-nous suffisamment réduit la propagation de l’infection ou celle-ci va-t-elle encore augmenter ? Si elle augmente, elle frappera l’économie », a-t-il déclaré.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ