La Chine a besoin de 30 années supplémentaires pour devenir une puissance manufacturière, admet un responsable du PCC

Par Jennifer Zeng
16 mars 2021
Mis à jour: 16 mars 2021

Un haut responsable du Parti communiste chinois (PCC) a récemment admis qu’étant donné que l’industrie manufacturière chinoise était limitée par le système social chinois, le manque de talents et d’autres facteurs, et que les technologies clés étaient contrôlées par « d’autres », la Chine a besoin d’au moins 30 ans pour atteindre l’objectif de devenir une puissance manufacturière.

Cette déclaration a été faite par Miao Wei, directeur adjoint du Comité économique de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) et ancien ministre de l’Industrie et des Technologies de l’information.

Il a expliqué lors d’une réunion de la CCPPC le 7 mars qu’en termes d’industrie manufacturière mondiale, il existe quatre niveaux différents.

Le premier niveau est mené par les États-Unis, car il s’agit du centre mondial d’innovation scientifique et technologique.

L’Union européenne et le Japon appartiennent au deuxième niveau, car ils se situent au sommet de l’industrie manufacturière.

La Chine et certains autres pays émergents appartiennent au troisième niveau, qui se situe dans le bas et le milieu de gamme de l’industrie manufacturière.

Le quatrième niveau se compose principalement de pays exportateurs de ressources, dont l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), l’Afrique, l’Amérique latine et d’autres pays.

Selon Miao Wei, l’industrie manufacturière chinoise est « grande mais pas forte, complète mais pas bonne », avec des capacités de base faibles, tandis que les technologies clés sont toujours contrôlées par « d’autres ». Pour cette raison, il faudra au moins 30 ans à la Chine pour devenir une puissance manufacturière.

Si M. Zefu, membre du Comité permanent de la CCPPC et président du conseil d’administration de Harbin Electric Corporation, a également admis le même jour que l’industrie manufacturière chinoise n’était « pas aussi bonne que les autres » dans trois « forces molles » : la capacité et le niveau d’innovation ; la qualité et la marque des produits ; et le niveau et l’efficacité de la gestion. « La faible rentabilité est particulièrement visible », a-t-il affirmé.

Miao Wei a également souligné que la contribution du secteur manufacturier au PIB a récemment chuté très rapidement. Cela a non seulement freiné la croissance économique de la Chine, mais a également affecté l’emploi urbain. « Cela entraînera également des risques en matière de sécurité industrielle, ce qui affaiblira la capacité de l’économie chinoise à résister aux risques et à la compétitivité internationale », a-t-il déclaré.

Miao Wei a indiqué qu’à mesure que l’économie chinoise s’orientait vers un modèle basé sur les services, les usines aux cheminées polluantes avaient été fermées et la production manufacturière en tant que part de l’économie avait diminué. En 2020, la part manufacturière du PIB de la Chine était d’un peu plus d’un quart, soit le niveau le plus bas depuis 2012.

Quant au problème du système social chinois, Miao Wei estime qu’un « manque de réformes axées sur le marché » est le problème fondamental qui limite le développement de l’industrie manufacturière chinoise.

Il pense également que, outre le manque de technologies clés, la Chine manque également de talents dans les industries émergentes, ce qui est devenu un obstacle à l’amélioration du statut général de l’industrie manufacturière.

Le PCC semble avoir abandonné son objectif de devenir une puissance manufacturière en 10 ans

En 2015, le PCC a proposé le projet décennal Made in China 2025, envisageant qu’en 2025, la Chine se serait transformée de grand pays manufacturier en puissance manufacturière, et qu’en 2035, l’industrie manufacturière du pays dépasserait celle de pays industriellement avancés comme l’Allemagne et le Japon. Le PCC espère qu’il sera à la pointe de l’innovation dans les principaux secteurs manufacturiers d’ici 2049, date du 100e anniversaire de l’instauration du régime du PCC.

Cependant, après que le projet « Made in China 2025 » est devenu un point de friction dans la guerre commerciale avec les États-Unis, Pékin a cessé d’en parler publiquement. Le projet a disparu du rapport sur le travail gouvernemental de 2019 du PCC.

Entre-temps, selon le Wall Street Journal, le PCC a remplacé son « Made in China 2025 » par le 14e plan quinquennal rédigé par le vice-premier ministre Liu He.

Xi Jinping ressent une mainmise de l’Occident sur les technologies clés

Outre la guerre commerciale, l’administration Trump a imposé des sanctions aux entreprises technologiques publiques du PCC, telles que les géants des télécommunications Huawei et ZTE, et Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC).

En conséquence, le PCC a publiquement admis que la Chine souffrait d’un étranglement dans le domaine de la technologie.

Lorsqu’il a accueilli la Conférence centrale de travail économique du PCC en novembre dernier, Xi Jinping a admis que l’innovation dans l’industrie manufacturière chinoise était loin d’être suffisante. Il a indiqué que les forces stratégiques scientifiques et technologiques du pays devaient être renforcées pour améliorer la capacité de la Chine à rester indépendante et à prendre le contrôle de sa propre chaîne industrielle afin de résoudre les problèmes d’étranglement dans le domaine des technologies clés.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a également souligné, lors de la conférence sur le travail économique de décembre dernier, que « des efforts doivent être faits pour résoudre les principaux problèmes qui entravent le développement et la sécurité du pays », et que la Chine doit « se concentrer sur les maillons faibles de l’industrie, mettre en œuvre des projets d’exploitation des technologies de base et résoudre un certain nombre de problèmes d’étranglement le plus rapidement possible ».

Le commentateur des affaires courantes Zhong Yuan a déclaré dans un article de l’édition d’Epoch Times en langue chinoise que le discours de Li Keqiang a révélé la réalité du retard du PCC en matière de science et de technologie.

Selon Zhong Yuan, bien que le PCC ait volé beaucoup de technologies, il n’a pas été capable de maîtriser les technologies clés les plus importantes. Il était impatient de s’engager dans le plan « Made in China 2025 », et rêvait même de monopoliser le marché mondial. Mais tous ces rêves se sont avérés vains.

Huawei se tourne vers l’« élevage de porcs intelligents » en raison d’une interruption de l’approvisionnement en puces électroniques

Ces dernières années, la Chine est devenue le plus grand pays manufacturier du monde, stimulée par la demande intérieure et internationale, mais la dépendance de son industrie à l’égard des produits high-tech américains tels que les semi-conducteurs est devenue une faiblesse stratégique.

Par exemple, bien que Huawei ait été soutenu par le PCC de toutes ses forces, il a été durement touché par les sanctions américaines.

En conséquence, le PCC a commencé à promouvoir « l’élevage scientifique des porcs ». De nombreuses entreprises de haute technologie sont entrées dans l’industrie de l’élevage de porcs.

Depuis que le premier cas de peste porcine africaine a été confirmé en Chine en août 2018, le prix des porcs n’a cessé d’augmenter.

Récemment, lorsqu’il est devenu difficile de maintenir son activité principale de téléphonie cellulaire, Huawei a été contraint d’annoncer son passage à l’« élevage intelligent du porc » en raison d’une coupure de l’approvisionnement en puces.

Selon Sina.com, la solution « élevage de porcs intelligent » de Huawei comprend la fourniture d’un tableau de bord de surveillance, l’analyse de données massives et la gestion numérique.

Elle prend également en charge l’identification de l’IA (intelligence artificielle), l’apprentissage de l’IA, la prédiction de l’IA, la prise de décision de l’IA, l’inspection des robots et le contrôle à distance par le biais de la normalisation et de la programmation.

En plus de la création de cartes d’identité pour les porcs, la technologie de reconnaissance faciale a également été appliquée aux porcs. La reconnaissance faciale des porcs, ou l’identification « faciale du porc » et d’autres technologies ont également été adoptées dans les solutions d’« élevage porcin intelligent » de Huawei.

Selon un article de Radio Taïwan International, ce qui est désastreux pour Huawei, c’est que même après que Huawei a lutté pour s’accrocher jusqu’à ce que la Maison-Blanche change de mains, l’administration Biden n’a pas assoupli les sanctions.

En février de cette année, Ren Zhengfei, président de Huawei, a juré de « survivre sans téléphones portables » et a lancé les projets « Nanniwan » pour se sauver. Ces projets prévoient des percées dans divers domaines tels que la production de charbon et d’acier, la musique, les écrans intelligents, les ordinateurs PC et les tablettes.

Nanniwan était la « base révolutionnaire » du PCC située près de Yan’an dans la province du Shaanxi en Chine. En mars 1941, la huitième armée de route du PCC a effectué des travaux de récupération militaire à Nanniwan afin de fournir des provisions au PCC.

Depuis lors, Nanniwan est devenu un lieu symbolique « sacré » qui a sauvé le PCC. « L’esprit de Nanniwan est une partie importante de l’esprit de Yan’an », peut-on lire dans un article de Baidu.com sur Nanniwan.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ