La Chine a de plus en plus faim

Les pénuries alimentaires et économiques poussent Pékin vers de nouveaux extrêmes
Par James Gorrie
19 août 2020
Mis à jour: 19 août 2020

La direction du Parti communiste chinois (PCC) sait ce qui attend le peuple chinois : la pénurie de nourriture. C’est la raison du dernier décret draconien de Pékin, la « Campagne des assiettes terminées« . Une fois promulguée, la nouvelle loi limitera la quantité de nourriture que les gens peuvent commander dans un restaurant et pourrait même s’étendre aux quantités que les citoyens chinois peuvent consommer dans leur propre foyer.

Cette dernière mesure totalitaire du PCC fait suite à l’arrestation très médiatisée par Pékin du magnat des médias de Hong Kong, Jimmy Lai, qualifié par Pékin de menace pour la sécurité nationale. Les deux peuvent ne pas sembler liés, mais de toute évidence, la liberté d’expression et la liberté de manger sont toutes deux considérées par le Parti comme des risques pour la sécurité nationale.

Malheureusement, la Chine a connu une hausse importante des prix des denrées alimentaires, en particulier du porc, qui est l’aliment de base du pays. En juillet dernier, une hausse de près de 90 % du prix du porc a été enregistrée d’une année sur l’autre, et le prix global des denrées alimentaires a augmenté de 10 % sur la même période.

Le Parti craint à juste titre que les pénuries alimentaires et l’inflation qui les accompagne puissent entraîner des troubles civils généralisés en Chine. De plus, les pénuries ne devraient pas non plus se terminer de sitôt. En fait, elles vont probablement s’aggraver.

Les autorités gouvernementales chinoises et leurs médias officiels invoquent le gaspillage alimentaire des citoyens ordinaires comme raison de cette nouvelle politique. En fait, ils accusent la population d’être responsable des pénuries alimentaires, tout en ignorant délibérément les véritables causes. La faute incombe en partie à Mère Nature, mais dans une large mesure, c’est le PCC qui est à blâmer.

CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Le PCC aggrave les catastrophes naturelles

Considérez, par exemple, qu’en 2019, la Chine a perdu au moins la moitié de ses troupeaux de porcs en raison de la mauvaise gestion de la crise de la grippe porcine africaine par le régime. La Chine possédant plus de la moitié de la population porcine mondiale, il n’y a pas assez de porcs dans le reste du monde pour combler ce manque. Dans certaines régions, la présence de porc sur le marché est aussi rare que l’observation d’un panda.

Mais en plus de la grippe porcine africaine, les cultures chinoises sont menacées par l’infestation d’insectes voraces. Des essaims de criquets pèlerins aux proportions bibliques ont ravagé l’Afrique de l’Est et le Pakistan. Ils pourraient aussi bientôt avoir un impact sur la production céréalière chinoise dans la province du Yunnan, située dans le sud-ouest de la Chine. Mais il n’y a pas les seuls criquets. Des essaims d’une race différente de celle du Laos mangent déjà les cultures chinoises.

Une menace encore plus dangereuse se profile cet automne avec la résurgence attendue du lépidoptère Spodoptera frugiperda. Ce ravageur, qui se reproduit encore plus vite que les criquets, est apparu pour la première fois en Chine l’année dernière, mais il a maintenant pris pied dans le sud et le sud-ouest du pays. Les autorités agricoles chinoises craignent que les pertes des cultures de maïs et de blé soient bien pires qu’en 2019.

Ensuite, il y a les inondations. Plus de 5,2 millions d’hectares de terres agricoles sont sous l’eau, détruisant au moins 5 % de la production de riz de la Chine, et peut-être le double si les inondations se poursuivent. Les coûts financiers dépassent les 21 milliards de dollars et ont touché plus de 55 millions de citoyens.

L’épuisement des réserves de céréales et l’augmentation des importations

En conséquence, les importations alimentaires de la Chine ont augmenté de façon spectaculaire. En juillet 2020, les importations de céréales de la Chine étaient déjà de 21 % supérieures à celles de l’année précédente. Mais ce n’est peut-être pas suffisant. Avec la pandémie qui continue d’affecter le monde, l’importation de denrées alimentaires pourrait être moins fiable qu’auparavant. Certains pays ont même arrêté leurs exportations de produits alimentaires pendant la pandémie.

Les tensions géopolitiques avec les États-Unis et l’Australie jouent également un rôle. La Chine a importé plus de 9 millions de tonnes de soja, environ 100 000 tonnes de blé et près de 65 000 tonnes de maïs des États-Unis. Mais si les relations continuent à se détériorer, les États-Unis, premier partenaire commercial agricole de la Chine, pourraient couper la Chine de ses exportations alimentaires, ce qui rendrait la Chine plus vulnérable à la pénurie qu’elle ne l’est déjà.

Un autre signal d’alarme est l’interdiction récente du Parti de photographier les réserves stratégiques de céréales du pays. Cette nouvelle restriction fait suite à l’apparition sur les médias sociaux chinois d’images de maïs moisi prises dans un dépôt de stockage de la province de Heilongjiang.

En général, les réserves stratégiques de nourriture ou de carburant sont utilisées comme outils de propagande pour apaiser les inquiétudes du public. Mais au mois d’août, deux grandes autorités agricoles chinoises, la China Grain Reserves Corp et le National Grain Trade Center, ont déjà libéré des réserves de céréales plus importantes que celles utilisées pendant toute l’année 2019. Les images inquiétantes de réserves alimentaires pourries et l’interdiction de photos subséquente ne feront qu’attiser les craintes et faire douter les gens de la capacité du Parti à les nourrir.

Baisse des revenus et hausse du chômage

Comme si les pénuries alimentaires, l’inflation des prix et les catastrophes naturelles ne suffisaient pas au Parti, le chômage à deux chiffres et la baisse des revenus des consommateurs mettent encore plus de pression sur les citoyens. D’autant que la décision du Parti de mettre plus de sel dans ces plaies avec sa campagne « Terminer son assiette » pourrait ne pas donner les résultats escomptés.

C’est une chose pour une génération de naître dans la pénurie, mais c’en est une autre de la subir de force. Dans le premier cas, on ne connaît pas d’autre réalité ; l’acceptation sans espoir est peut-être tout ce que l’on connaît du premier au dernier jour. Mais dans le second cas, la colère, la dissidence et la rébellion contre le Parti sont beaucoup plus probables que dans le premier cas.

Le virus du PCC* et le boomerang de l’histoire sur la Chine

Le virus du PCC est probablement un pathogène synthétisé selon Luc Montaigner, virologue lauréat du prix Nobel qui a découvert le VIH et le Dr Fang Chi-Tai de l’université nationale de Taïwan. Ses origines chinoises, plus précisément Wuhan, et la mauvaise gestion délibérée ou accidentelle de l’épidémie par le Parti ont été un facteur majeur dans l’apparition de la pénurie alimentaire nationale.

La cause est simple et prévisible. Les mesures de confinement dans les pays exportateurs de produits agricoles ont entraîné une diminution des récoltes et des exportations de denrées alimentaires. En bref, la pandémie a été une cause majeure de la crise alimentaire imminente de la Chine. L’impact politique de la culpabilité du Parti en matière de pandémie et de ses réponses inefficaces, y compris sa dernière campagne insultante « Terminez votre assiette », reste à voir. Mais cela pourrait être beaucoup plus élevé et plus difficile à gérer que ce que les dirigeants du Parti prévoient.

Ce n’est peut-être qu’une coïncidence, mais la dernière fois que la pénurie alimentaire a été un problème majeur en Chine, c’était dans les années 1970, lorsqu’un homme au pouvoir absolu a régné sur la nation avec une main de fer, des camps de rééducation et un petit livre rouge de sagesse. La Chine était aliénée du reste du monde, et le Parti était au bord de l’effondrement, sauvé par l’intervention économique occidentale.

Aujourd’hui, un autre homme solitaire exerce le pouvoir absolu en Chine, qu’il dirige d’une main de fer, avec des camps de rééducation et un petit livre noir de sagesse personnelle. Comme son prédécesseur, il est lui aussi en train d’aliéner rapidement la Chine au reste du monde, poussé par le fait que le Parti abuse du système international et par la séparation économique avec l’occident qui en résulte.

Oui, la pénurie alimentaire est une question de sécurité nationale pour la Chine, mais c’est une menace bien plus grande pour la survie du Parti.

James R. Gorrie est l’auteur de The China Crisis (Wiley, 2013) et écrit sur son blog, TheBananaRepublican.com. Il réside en Californie du Sud.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ