La Chine attaquera-t-elle les États-Unis ?

Par John Mac Ghlionn
17 juillet 2021
Mis à jour: 17 juillet 2021

Le 11 juillet, peu après que les États-Unis ont ajouté 23 entités chinoises à une liste noire économique, le Parti communiste chinois (PCC) a répondu par une déclaration incendiaire. Le Parti, nous dit-on, « s’oppose résolument » à la « suppression déraisonnable » des entreprises chinoises. L’ironie du PCC, qui est le maître de la « suppression déraisonnable », de publier une telle déclaration est aussi frappante qu’amusante. Le PCC, cependant, n’est pas amusé. En fait, le Parti est carrément furieux. L’inscription sur la liste noire, qui constituerait selon le PCC une « violation grave des règles économiques et commerciales internationales », a rendu furieux les dirigeants de Pékin, qui ont juré de prendre les « mesures nécessaires pour sauvegarder » les « intérêts » chinois. Quelques semaines avant l’inscription sur la liste noire, lors de la célébration du 100e anniversaire de la fondation du PCC, Xi Jinping a eu des mots forts pour tout ennemi étranger cherchant à « intimider, opprimer ou asservir » ses citoyens. Un ennemi de la Chine, a-t-il averti, peut s’attendre à « des têtes brisées et des effusions de sang ».

Les États-Unis doivent-ils s’inquiéter d’une rhétorique aussi hostile ? Si l’on en croit un haut responsable de la défense japonaise, la réponse est assurément oui. Le PCC, selon ce responsable, prévoit d’attaquer les États-Unis avec des bombes et des balles. Avec l’aide des Russes, les Chinois, nous dit-on, pourraient lancer une attaque de type « Pearl Harbor » sur Hawaï dans un avenir proche. S’il est vrai que la Russie et la Chine ont formé une alliance étroite, il est important de se rappeler ce pour quoi les Russes sont particulièrement doués, et non, cela n’a rien à voir avec la consommation de vodka.

Exposer les cyberfaiblesses de l’Amérique

De nombreux experts en sécurité estiment que la Russie abrite les meilleurs cyberpirates du monde. C’est le cas depuis plus de 20 ans. La Chine représente également une menace cybernétique importante. Ensemble, les deux pays doivent être considérés comme une force extrêmement puissante. Les cyberattaques devenant de plus en plus fréquentes, attendez-vous à ce que la Russie et la Chine fassent bon usage de leurs compétences.

La guerre traditionnelle est désordonnée et coûteuse. La cyberguerre, en revanche, est un moyen rentable de mettre un ennemi à genoux. Aux yeux des responsables chinois et russes, les États-Unis sont l’ennemi numéro un. Bien que les États-Unis soient très forts militairement, ils sont extrêmement faibles du point de vue de la cybersécurité. Si et quand la Chine aura l’intention de viser la jugulaire de l’Amérique, il n’y aura pas besoin de bombes et de balles. Comme l’a dit un jour Sun Tzu, un homme qui connaissait une ou deux choses sur la guerre : « Soyez si mystérieux que vous êtes intangible. Alors vous contrôlerez le destin de vos rivaux. » Avec la cyberguerre, l’invisibilité est garantie. Des prédateurs sans visage, souvent situés dans un pays lointain, peuvent attaquer à tout moment, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. En cliquant sur un bouton, un mauvais acteur peut mettre un pays à genoux. Fait inquiétant pour les États-Unis, la Russie et la Chine ont déjà exploité les faiblesses du pays en matière de cybersécurité.

Début juillet, le Comité national républicain a annoncé qu’il avait été la cible de pirates informatiques. Il y a des raisons de penser que les criminels travaillent pour le Kremlin. Le mois dernier, JBS, l’un des plus grands fournisseurs de viande au monde, a été piraté par REvil, un groupe de cybercriminels basé en Russie.

En mars, Microsoft a accusé Hafnium, un groupe de cyber-espionnage ayant des liens avec le régime chinois, d’avoir piraté sa messagerie. Puis, à peine un mois plus tard, Mandarit, une importante société de cybersécurité, a accusé des pirates informatiques basés en Chine d’avoir ciblé une foule d’entreprises et de bureaux américains, dont le gouvernement américain, un certain nombre d’entreprises privées et même les infrastructures critiques du pays, qui comprennent les réseaux électriques et l’approvisionnement en eau. Le piratage devenant de plus en plus sophistiqué, la ville de New York pourrait se retrouver plongée dans l’obscurité totale. Avec des taux de criminalité déjà en hausse dans la ville, imaginez des scènes de The Purge se déroulant dans la réalité. Cette possibilité, je dois le souligner, ne relève plus de la science-fiction dystopique.

Ensemble, la Russie et la Chine forment une équipe formidable et criminelle. Alors que les pays européens exercent davantage de pression sur la Russie de Poutine, attendez-vous à ce que Moscou se rapproche de Pékin. Cela devrait tous nous inquiéter, en particulier les membres de l’administration Biden. Comme l’écrit Andranik Migranyan de The National Interest, « l’establishment russe et Poutine personnellement comprennent qu’une Chine en pleine expansion » représente « une réelle opportunité ». Aujourd’hui, selon Migranyan, « la Chine, dans de nombreux domaines de la haute technologie, a non seulement rattrapé l’Europe et les États-Unis, mais elle se donne également pour mission de laisser les pays occidentaux loin derrière (dans la technologie 5G, l’intelligence artificielle, la biotechnologie, et autres) ».

Le 12 juillet, le ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information a annoncé son intention d’injecter des milliards de dollars dans le développement de l’industrie de la cybersécurité du pays. La Russie sait reconnaître un allié quand elle en voit un, et la Chine semble en être un de valeur. Selon le Global Times, un fournisseur quotidien de propagande du PCC, l’alliance Chine-Russie est désormais inébranlable.

Revenons donc à la question initiale : la Chine va-t-elle attaquer les États-Unis ? Oui. Elle l’a déjà fait, à de nombreuses reprises. Les temps changent, et les actes de guerre évoluent. Le PCC espionne déjà les citoyens américains, vole des données, de la propriété intellectuelle et de l’argent. À mesure que Pékin et Moscou renforcent leurs liens, il faut s’attendre à ce que ces actes criminels effrontés se poursuivent. Plus inquiétant encore, on peut s’attendre à ce que les cyberattaques augmentent en fréquence et en ampleur. L’administration Biden doit se préparer, car de nouvelles attaques sont à venir. Il ne s’agit pas de savoir si, mais de savoir quand.

John Mac Ghlionn est un chercheur et un essayiste. Ses travaux ont été publiés par des journaux comme le New York Post, le Sydney Morning Herald, l’American Conservative, National Review, The Public Discourse et d’autres entités respectables. Il est également chroniqueur à Cointelegraph.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ