La Chine développe une arme sonique portable destinée à contrôler les foules

27 septembre 2019 Mis à jour: 27 septembre 2019

L’Académie chinoise des sciences a récemment annoncé qu’elle avait mis au point la première arme sonique portable au monde et qu’elle la mettrait bientôt en fabrication en série afin de permettre à la police d’assurer le contrôle des foules.

Cette annonce a été faite le 18 septembre dans un rapport en ligne de l’Institut technique de physique et de chimie (ITPC) de l’Académie chinoise des sciences.

Le nom du projet du développement de cette arme était « Appareil acoustique portable à basse fréquence et haute concentration de décibels, dispersant la foule et destiné à la police ».

Selon le rapport, il s’agit de l’un des dix principaux projets nationaux de la recherche et du développement lancés en Chine en novembre 2016.

Cette arme, développée conjointement avec les équipes de recherche de l’armée chinoise et du ministère de la Sécurité publique, a été testée par des tiers et sur le terrain le 4 septembre dernier. D’après l’ITPC, son développement a été classifié comme « innovation indépendante ».

Intéressant de noter que l’ensemble du rapport a été par la suite retiré du site d’ITPC.

Les armes soniques utilisent des ondes sonores pour blesser, neutraliser ou tuer un adversaire. Il en existe deux grandes catégories : celles qui impliquent des fréquences audibles et celles qui sont ultrasoniques ou infrasonores et inaudibles pour l’homme.

Le nom du projet d’ITPC laisse comprendre que le son produit par cette arme portable est probablement l’infrason (basse fréquence). Selon l’article publié le 25 septembre par Popular Mechanics, les effets des infrasons sur l’oreille interne humaine provoquent, en particulier, « les vertiges, le déséquilibre, les sensations intolérables, l’incapacité, la désorientation, les nausées, les vomissements, les spasmes intestinaux et les résonances dans les organes internes tels que le cœur ».

Les armes infrasonores traditionnelles sont généralement des appareils encombrants qui sont le plus souvent utilisés pour contrôler la foule et repousser les pirates en mer.

Fusil laser brûlant la chair

Dans le passé récent, la Chine avait annoncé avoir mis au point un fusil laser capable de brûler la chair à un kilomètre de distance.

Dans son article paru en août 2018, Phoenix News, un média pro-Pékin basé à Hong Kong, a présenté le fusil laser ZKZM-500 comme une arme puissante capable de causer instantanément de graves brûlures à la chair et de mettre en feu les tissus inflammables, infligeant une douleur « au-delà de l’endurance humaine ». Pour attaquer leur cible, ses rayons laser peuvent même traverser les fenêtres.

Malgré ses horribles effets néfastes, l’article de Phoenix a souligné à plusieurs reprises que ce fusil laser est une arme non létale et qu’il serait tout d’abord utilisé comme équipement anti-émeute par la police armée chinoise.

En outre, la Chine n’envisage pas d’exporter ce puissant fusil laser. Ses seuls utilisateurs seront les militaires et les forces de l’ordre chinoises, a précisé l’article.

Le régime chinois est une « organisation nazie moderne dotée de technologies de pointe »

Zheng Haochang, commentateur chinois basé aux États-Unis, a expliqué à Epoch Times que les pays occidentaux ont toujours utilisé des armes anti-émeute de haute technologie dans le but de lutter contre les terroristes, tandis que le principal objectif du régime en Chine est de réprimer les dissidents.

« Surtout à l’heure actuelle, le Parti communiste chinois (PCC) est très inquiet pour son pouvoir – la répression des dissidents n’a cessé de s’intensifier au fil des ans. »

En outre, les effets néfastes des armes à ultrasons ne sont pas bien visibles. « De ce point de vue, une arme sonique portable peut causer des dommages importants sans laisser de traces. Les victimes auront du mal à prouver l’origine des blessures qu’ils ont subies. Les civils chinois vont courir un plus grand risque lorsque le PCC déploie ce type d’armes pour réprimer les dissidents », a poursuivi M. Zheng.

Li Da, un ingénieur en automatisation travaillant aux États-Unis, a indiqué à Epoch Times que le régime chinois essaie de contrôler les 1,4 milliard de Chinois en développant ces dernières années des armes de haute technologie, des équipements de police modernes et des technologies de surveillance à grande échelle.

À sa connaissance, le régime chinois utilise également des armes biologiques qui détruisent les cellules du foie et finissent par tuer des militants prodémocratie. « Le PCC est une organisation nazie moderne dotée de technologies de pointe », a-t-il martelé.

RECOMMANDÉ