La Chine écrit sa propre Bible et son Coran

Par Brad Johnson
28 janvier 2020 Mis à jour: 28 janvier 2020

En novembre 2019, la Chine a pris la décision officielle de réécrire la Bible et le Coran afin de « refléter les valeurs socialistes ».

Naturellement, c’est un outil politique nécessaire dans le cadre de la répression de la minorité ouïghoure musulmane, qui a été une véritable épine dans le pied du régime socialiste chinois. Le Parti communiste chinois (PCC) a déclaré que la révision permettra de s’assurer que le contenu de la Bible et du Coran ne contredise pas le socialisme.

L’un des pères fondateurs du socialisme moderne, Karl Marx, a écrit que « la religion est l’opium du peuple ». Bien que ce sujet soit souvent abordé, il ne s’agit pas de la citation complète du texte original allemand. La citation complète est généralement traduite par : « La religion est le signe de la créature opprimée, le cœur d’un monde sans cœur, et l’âme des conditions sans âme. C’est l’opium du peuple. »

Cette philosophie antireligieuse de la gauche est omniprésente dans le monde entier, et la méfiance et la haine de la religion sont partagées par tous les régimes socialistes à un degré ou à un autre. Cette haine de la part de la gauche se manifeste à de nombreux niveaux, même aux États-Unis, et repose en fin de compte sur l’éradication de toute concurrence pour le pouvoir absolu.

Comme il l’est très clair en Chine, les fortes convictions religieuses sont une concurrence pour la conquête du cœur et de l’esprit de la population et, en fin de compte, pour le pouvoir, et sont donc intolérables. Cependant, plutôt que d’éradiquer les religions, les socialistes ont conclu qu’il est plus facile et plus efficace de créer des religions parallèles qui se soumettent au socialisme et prétendent se soumettre à Dieu uniquement pour attirer les naïfs.

Dans ce contexte, le PCC appelle la Bible et le Coran des classiques religieux, et ils soutiennent que la révision est justifiée pour assurer la conformité du contenu avec les progrès de l’époque. Il s’agit d’une technique de propagande standard qui, en termes simples, consiste à concevoir une déclaration utile mais dénuée de sens.

La conformité au progrès de l’époque en est un exemple classique. La déclaration est essentiellement dénuée de sens et donc presque impossible à contredire, mais elle sonne bien et justifie tout acte, aussi cruel soit-il. Le citoyen moyen ne regarde pas au-delà de ce point et se contente d’accepter la proposition comme étant la ligne de conduite la plus simple.

Tout ce qui, dans le Coran ou la Bible, soutient ou, du moins, ne contredit pas le socialisme, est retenu et mis en avant, tout le reste est minimisé ou dénigré.

L’agence de presse Xinhua, gérée par l’État, a indiqué que l’ordre de réviser les textes religieux a été donné par le Comité des affaires ethniques et religieuses du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois. Ce comité a été formé par le Comité central du Parti communiste de Chine et dirigé par Wang Yang.

Selon le journal français Le Figaro, M. Wang a déclaré catégoriquement que les religions doivent suivre les ordres du président chinois et être interprétées conformément aux « valeurs fondamentales du socialisme » et aux « exigences de l’époque ».

Alors que la campagne de propagande mondiale de la Chine prend de l’ampleur, la force physique est utilisée simultanément pour persécuter les chrétiens et les musulmans en Chine.

Un grand nombre de photographies et de reportages détaillés ont été sortis clandestinement de Chine et montrent un vaste complexe de camps de concentration, d’églises brûlées et de nombreuses formes de pression sur les personnes qui ne compromettent pas leurs croyances religieuses en faveur du socialisme. Selon les estimations, au moins un million d’Ouïghours et d’autres musulmans ont été envoyés dans des camps de concentration.

Le PCC a longtemps nié l’existence même des camps de concentration, mais après que les preuves sont devenues si abondantes et concluantes, il a admis l’existence de ce qu’il appelle des centres éducatifs dédiés à l’enseignement des compétences professionnelles.

Attaques contre la Constitution américaine

Aux États-Unis et en Occident, les mêmes techniques sont utilisées par la gauche pour les mêmes raisons. Ici, on appelle cela la Théologie de la libération, qui admet ouvertement être une combinaison de théologie chrétienne et de marxisme.

Comme dans le cas du PCC, la justification de nombreux actes cruels est donnée comme une préoccupation pour les pauvres et les opprimés. Une fois de plus, il s’agit essentiellement d’une déclaration vide de sens qu’il est très difficile de contredire, mais qui peut néanmoins servir à justifier à peu près n’importe quoi.

Par exemple, les membres et les sympathisants de l’Église de la Théologie de la libération ont été largement impliqués dans les conflits armés d’Amérique latine des années 1980 et 1990, allant jusqu’à fournir des armes et des munitions aux révolutions marxistes.

La Constitution américaine est le plus grand document jamais écrit par l’homme pour l’homme, bien qu’avec une bonne dose d’inspiration divine ouvertement reconnue par ses auteurs. Dans plusieurs centaines d’années, les futurs historiens verront encore le phare de lumière qui plane sur cette Constitution et qui brille à travers les âges.

Elle devrait être l’une de plus grandes exportations vers le reste du monde, et nous en tirerions tous le meilleur parti.

Brad Johnson est un officier supérieur des opérations de la CIA à la retraite et un ancien chef de poste. Il est le président d’Americans for Intelligence Reform.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ