La Chine influence l’enseignement supérieur et la recherche aux Pays-Bas, selon un groupe de réflexion

Par Alexander Zhang
7 juillet 2020
Mis à jour: 7 juillet 2020

Le régime chinois exerce une influence politique dans les universités et les instituts de recherche néerlandais, a mis en garde un rapport d’un groupe de réflexion.

Le rapport d’étude, publié par l’Institut Clingendael, un important groupe de réflexion néerlandais sur les affaires internationales basé à La Haye, a conclu que « la Chine exerce une influence politique dans l’enseignement supérieur et la science aux Pays-Bas ».

Après s’être entretenus avec plus de 100 chercheurs, étudiants et décideurs politiques aux Pays-Bas, les auteurs, Ingrid d’Hooghe et Brigitte Dekker, ont constaté que l’influence politique chinoise prend principalement la forme d’un encouragement indirect à l’autocensure et d’une obstruction à l’enquête indépendante.

« La plupart des chercheurs, des décideurs politiques universitaires, des étudiants et du personnel ou des directeurs d’éditeurs universitaires travaillant avec ou en Chine admettent être engagés dans une forme d’autocensure », indique le rapport d’étude. « Cela concerne non seulement les restrictions auto-imposées à la liberté d’expression, mais aussi le choix des sujets de recherche. »

Les chercheurs qui étudient des « sujets sensibles », tels que les Ouïgours ou les droits du travail, se heurtent à des obstacles et trouvent des informations importantes inaccessibles, a déclaré M. d’Hooghe dans une interview accordée au NRC Handelsblad, un grand journal néerlandais.

CHINE : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

« La Chine souhaiterait que certaines discussions, par exemple sur les droits de l’homme, n’aient pas lieu », a-t-elle déclaré.

Des patrouilles de police sont présentes au moment où les musulmans quittent la mosquée Id Kah après la prière du matin de l’Aïd al-Fitr à Kashgar, Xinjiang, Chine, le 26 juin 2017. (Johannes Eisele/AFP/Getty Images)

Pékin utiliserait également des étudiants chinois aux Pays-Bas pour exercer une influence sur d’autres étudiants chinois, les maintenant fermement dans le rang et diffusant le message du régime, a déclaré M. d’Hooghe.

Les opérations d’influence du régime chinois ont affecté la liberté académique, la liberté d’expression, l’intégrité de la coopération scientifique et la prise de décision administrative dans les institutions du savoir aux Pays-Bas, selon le rapport.

Comme les chercheurs néerlandais évitent les thèmes sensibles ou retiennent la publication de certains résultats, la qualité de la recherche néerlandaise sur la Chine et la connaissance du pays sont compromises, a déclaré M. d’Hooghe.

Ces dernières années, les opérations d’influence chinoise sont devenues un centre d’intérêt public aux Pays-Bas. En particulier, l’élargissement de la collaboration avec la Chine dans le domaine de l’éducation a suscité des inquiétudes quant à la dépendance financière vis-à-vis de la Chine, au transfert indésirable de connaissances, à l’espionnage et à l’influence politique.

Le rapport de l’Institut Clingendael exhorte le gouvernement néerlandais à répondre à la situation en combattant activement la censure et l’autocensure, ainsi qu’en sensibilisant le public sur les risques d’influence politique dans la coopération universitaire avec la Chine.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ