La Chine rate le 5e lancement de fusée de l’année après une tentative pour dominer l’espace

Par Eva Fu
12 juillet 2020
Mis à jour: 12 juillet 2020

Le régime chinois a échoué au lancement d’une fusée le 10 juillet – la cinquième tentative infructueuse que Pékin a reconnue publiquement en quatre mois – dans sa tentative de poursuivre ses ambitions spatiales.

Le premier lancement de Kuaizhou-11, la plus grande fusée à porteurs solides de Chine à ce jour avec la plus forte capacité de transport, a échoué lors de son décollage sur une base de lancement en Mongolie-intérieure, entraînant la perte de deux satellites de communication qu’elle transportait.

Cet incident a marqué le cinquième échec de lancement de fusée de Pékin depuis le mois de mars de cette année. Les autorités chinoises ont déclaré qu’elles en recherchaient toujours les causes.

Le régime avait initialement prévu le lancement de Kuaizhou-11 dès la fin de 2016, mais a reporté la mission à plusieurs reprises en raison de difficultés techniques.

Le gouvernement n’a pas encore fourni l’estimation des pertes financières dues aux défaillances et à la destruction des satellites.

Une fusée chinoise Longue Marche 3B transportant le satellite Beidou-3GEO3 décolle du centre de lancement de satellites de Xichang, dans la province chinoise du Sichuan, le 23 juin 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Incidents précédents

Le régime chinois a subi un certain nombre de revers au cours de l’année dernière en tentant d’envoyer des satellites dans l’espace.

Le 16 juin, Pékin a retardé d’une semaine le lancement du dernier satellite de navigation Beidou en raison de problèmes techniques. Avec le dernier satellite installé une semaine plus tard, Pékin vise à fournir un système de navigation mondial alternatif pour rivaliser avec le GPS (Global Positioning System) des États-Unis.

Le 5 mai, une grande fusée chinoise, connue sous le nom de Longue Marche 5B, avec un noyau d’environ 20 tonnes, a plongé de l’espace vers la terre après avoir connu un dysfonctionnement. Elle est passée au-dessus de Los Angeles et de Central Park à New York, pour s’écraser dans l’océan Atlantique.

Le 5 mai 2020, une fusée Longue Marche 5B décolle du site de lancement de Wenchang sur l’île de Hainan, dans le sud de la Chine. (STR/AFP via Getty Images)

En avril, une fusée chinoise Longue Marche 3B transportant le Palapa-N1 indonésien, un satellite de communication pour le haut débit et la diffusion, a explosé moins d’une minute après son décollage.

Le 16 mars, la nouvelle version chinoise de la Longue Marche 7A s’est également soldée par un échec lors de son premier lancement.

Dans son évaluation de la menace spatiale pour 2019, le groupe de réflexion Center for Strategic and International Studies, un centre d’études stratégiques et internationales basé à Washington, a constaté que la Chine est l’un des quatre pays qui présentent le plus grand risque pour les systèmes spatiaux américains. Selon le rapport, la Chine a dépensé environ 11 milliards $ pour ses programmes spatiaux.

« Pour atteindre la supériorité spatiale, la Chine doit s’assurer de sa capacité à utiliser pleinement ses propres moyens spatiaux tout en dégradant, perturbant ou détruisant les capacités spatiales de son adversaire », selon les sources chinoises citées dans le rapport.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ