En Chine, des sociétés de messagerie livrent des animaux vivants dans des boîtes scellées

Par Jennifer Bateman
12 mai 2021
Mis à jour: 12 mai 2021

Une affaire de « boîtes aveugles pour animaux vivants » dans la province chinoise du Sichuan a récemment suscité l’inquiétude du public dans le pays, et même les médias officiels du Parti communiste chinois (PCC) en ont parlé. L’affaire concerne non seulement la question juridique de la livraison d’animaux par un service postal, mais aussi la « loi sur la prévention des épidémies animales » qui vient d’entrer en vigueur et qui est liée au virus du PCC.

L’expédition d’animaux vivants achetés en ligne par le biais d’une livraison express régulière est illégale mais courante en Chine. Par le passé, les médias officiels du PCC ont accordé peu d’attention à cette pratique.

L’incident qui a attiré l’attention du public dans le Sichuan s’est produit le 3 mars. Des personnes ont trouvé des dizaines de « boîtes aveugles pour animaux » attendant d’être livrées dans une agence de courrier express du centre-ville de Chengdu, dans la province du Sichuan, et elles pouvaient entendre les miaulements des chats et les aboiements des chiens à l’intérieur des boîtes.

Les bénévoles locaux chargés du sauvetage des animaux se sont précipités sur place dès qu’ils ont appris la nouvelle. Ils ont arrêté le camion et ont ouvert les sacs scellés à l’extérieur des boîtes en plastique pour que les animaux à l’intérieur puissent respirer. Il y en avait 156 au total dans ce lot de « boîtes aveugles pour animaux ».

Selon une femme qui a participé au sauvetage, le transporteur était un fourgon entièrement fermé, et les chats et les chiens à l’intérieur des boîtes auraient pu suffoquer pendant la livraison.

La « boîte aveugle » désigne à l’origine les vendeurs qui sélectionnent au hasard un jouet pour les acheteurs en ligne, de sorte que les consommateurs ne découvrent de quel jouet il s’agit qu’après avoir acheté le produit et ouvert la boîte.

Cette pratique est utilisée pour éveiller la curiosité des consommateurs et promouvoir ainsi les ventes.

Après les jouets, les produits contenus dans les boîtes aveugles ont été étendus à la nourriture, aux cosmétiques, aux livres, à la papeterie et, plus récemment, aux animaux vivants. Outre les chats, les chiens, les lapins, les perroquets et les canards, on trouve également des serpents, des scorpions, des araignées et des lézards.

Les médias officiels du PCC ont également reconnu que même si les plateformes de commerce électronique et les sociétés de livraison savaient qu’un service de courrier spécial devait être utilisé pour transporter des animaux vivants, ces dernières années, c’est devenu la norme en Chine de transporter des animaux vivants par livraison express ordinaire.

Fin septembre 2020, un grand nombre d’animaux vivants sans receveurs ont été retrouvés sur un site de livraison express dans la ville de Luohe, dans la province du Henan, en raison de problèmes de mauvaise communication entre le vendeur et l’acheteur. Certains des animaux étaient déjà morts, tandis que plus de 1 000 lapins, 99 cochons d’Inde et 200 chats et chiens étaient encore en vie.

Sur les plateformes de commerce électronique chinoises telles que Taobao et JD.com, une recherche sur « animaux vivants » fait apparaître des dizaines d’animaux à vendre, dont certains ne coûtent que 2 ou 3 euros.

Utiliser des moyens adaptés à l’expédition d’animaux peut coûter jusqu’à 26 euros, de sorte que de nombreuses personnes hésitent à procéder de cette manière.

Les médias d’État ont reconnu que les règles du code postal sur l’envoi d’animaux vivants sont vagues et fondamentalement imparfaites, et que la loi sur la prévention des épidémies animales, qui est entrée en vigueur au début du mois, n’est pas facile à appliquer.

Selon la nouvelle loi, le transport d’animaux et de produits animaux doit faire l’objet d’un certificat de quarantaine avant d’être expédié. La livraison de « boîtes aveugles » par courrier express ordinaire est un moyen de contourner cette réglementation.

Liu Junhai, professeur de droit à l’Université Renmin de Chine, a déclaré que le public était préoccupé par cette affaire non seulement parce que les sociétés de livraison transportaient illégalement des animaux vivants, mais aussi parce qu’elles le faisaient sans respecter les procédures strictes de quarantaine.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ